L'instant qui passe

Publié le par Carole

cours-des-cinquante-otages.jpg
     "C'est une façon de vivre." (Henri Cartier-Bresson)
 
 
   Il y a l'instant décisif, celui de Cartier-Bresson, l'instant du grand photographe, celui qui s'enfoncera comme un clou dans la grande muraille d'éternité, pour y suspendre à jamais l'image en gloire.
   Et puis il y a l'instant qui passe. Et ces photos qu'on prend, sans réfléchir, rapidement, tout en marchant. Comme ça. Pour rien. Juste parce que ce passant qui s'efface, ces livres irradiant dans la nuit, ce photographe qui nous vise, ce soir glacé d'automne, ce vent poussant les feuilles jusqu'au seuil des boutiques, et ces lumières qui veillent avant qu'on éteigne les lampes, tout cela, forcément, dans un instant, va disparaître. Et qu'on le comprend brusquement, à l'instant où l'on passe.
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Un instant superbe Carole. Merci.
Répondre
M
CANON et NIKON réconciliés le temps d'une photo imaginée par un photographe inspiré !... et le passant qui passe indifférent.
Une photo qui m'inspire...
Répondre
C


Pour poursuivre ce que je t'ai écrit : un instantané. Mais au reflex, car j'avais la chance de l'avoir avec moi ce soir-là. Nous devons beaucoup à ces inventeurs du passé qui nous ont libérés du
"temps de pose", et le smartphone, c'est au fond la dernière étape. Ceci dit, le "temps de pose", quand on peut s'y adonner, cela donne des merveilles.



Z
l'instant décisif, l'instant qui passe et l'émotion du moment..
Répondre
C


Tiens, tu viens de passer... ça aussi c'est le charme de l'instant, au fond.



M
Toutes les photos sauf peut être les monnayées (pub) sont prises en effet par des petits, tout petits ou grands photographes pour fixer l'instant, l'instant familial, social, amoureux, triste ou
joyeux que les êtres humains savent éphémère. Et que la photo soit prise par plaisir n'enlève rien à cette conscience de la fugacité.
Répondre
C


Avec la musique, je crois que la photo est vraiment l'art de l'instant.



M
L'instant que ton oeil d'aigle a épinglé pour notre plus grand plaisir.
Tu me fais penser à une chanson d'Aznavour

"Le temps et rien d'autre
Le tien, le mien,
Celui qu'on veut nôtre..."

Ce temps insaisissable, quête éternelle du photographe
L'instant qui passe... déjà... le prochain l'efface...
Répondre
C


merci pour la chanson !



P
Il y a aussi l'instant raté, banal, dérisoire. J'en suis assez souvent coutumié ! Même si je le cache ...
Répondre
C


Et encore : toutes les photos qu'on n'a pas eu le temps de prendre, car l'instant était déjà passé !



G
en tout cas l'instantané est réussi
Répondre
C


Merci Gérard. Un compliment de ta part, ça a de la valeur !



M
La photo, le besoin de la prendre, la trace qu'elle laisse, le souffle vie... Tout est dans ton texte!
Répondre
C


Merci Mansfield.



A
Le photographe est-il celui qui s'évertue, contre vents et marées à retenir le présent, à fixer l'instant, à refuser l'avancée du temps?
Répondre
C


Retenir l'instant, ce n'est pas refuser le temps, c'est plutôt essayer de retenir le charme du passage lui-même.



D
quand tu te mets à "jouer" dans l'image et que tu y ajoutes tes mots, c'est un double plaisir pour moi. J'aime beaucoup, tant l'image que les mots.
Répondre
C


Merci Dominique. La librairie a fermé et s'est éteinte trente secondes après ma photo. L'instant qui passe...



Q
Quelqu'un me disait que le présent n'existe pas... je pense qu'il existe dans ces moments que l'on fige par une photo ou des mots...

Merci pour les tiens.

Passe une douce journée.
Répondre
C


On tente de le saisir, mais déjà il n'existe... plus !



J
L'art d'immortaliser l'instant même petit.... Merci, jill
Répondre
C


Merci, Jill, meilleure santé à toi !



E
rien ne passe après tout, si ce n'est le passant...

( http://eperluette.over-blog.com/article-aragon-mise-en-images-113968925.html )
Répondre
C


L'instant qui passe, c'est lui : le passant.



R
Il y a l'instant qui passe - que vous épinglez aujourd'hui - et celui que l'on voudrait voir durer dans le plaisir de lire que montre cette vitrine.

Il l'a parfaitement compris le libraire qui affiche - bel oxymore - l'instant "Durance" ...
Répondre
C


J'aime beaucoup le nom de cette (vieille) librairie nantaise. Il fallait bien qu'un jour je lui fasse honneur.



J
je vois "Durance"
une rivière de mon coin de France
coule l'instant comme l'eau
difficile à saisir
difficile à garder
et voguent mes idées.
Répondre
C


En effet, l'un des charmes de cette librairie, c'est son nom murmurant. Merci pour le poème, Jamadrou !



P
J'aime l'idée des livres irradiant dans la nuit.
Répondre
A
Chaque instant qui passe étant lui aussi décisif...

(J'aime beaucoup ces deux panneaux de bois sculpté qui entourent la verrière au-dessus de la librairie, rappelant le décor des pharmacies anciennes.)
Répondre