L'homme qui crie (réédition revue)

Publié le par Carole

L'homme qui crie (réédition revue)
J'ai photographié l'homme qui crie au château de Blois. Anonyme et obscur, barbouillé de lichens, de mousses et de larmes, érodé de poussière et de pluies, on le remarque à peine parmi les gargouilles du toit. 
Il se tient si obscur, au-dessus de la grande statue de Louis XII, le roi pensif qui s'en va vers l'Histoire, noble et raide, sur son cheval caparaçonné d'or.
 
L'homme qui crie jouait simplement du chalumeau, musicien de la fête parmi les autres musiciens, et soudain l'ombre est tombée sur lui.
La vieille douleur des hommes s'est avancée, elle l'a touché de son doigt pâle et mort, tordant d'un long cri tout son corps. Il a tenté de se redresser, pour chercher tout là-bas la paix, et poser ses yeux agrandis de malheur sur ce regard d'en-haut qui pourrait consoler ceux qui souffrent.
Le ciel l'a oublié.
Et, d'en bas, nul ne l'a entendu. Il était si loin, si laid et gargouillant, au bord du toit. Et puis il y en avait tant d'autres, qui criaient comme lui sur la terre. Cela durait depuis tant de siècles que tous étaient devenus sourds.
 
 
Tout à l'heure, l'homme qui crie reprendra son instrument. Il recommencera à jouer son morceau. Car il n'y a rien d'autre à faire. Et peut-être même, il jouera une marche pour saluer le roi qui va, sur son grand cheval blanc, par les durs chemins de l'Histoire tout semés de guerres, d'incendies, de massacres, de désastres, de famines et de pestes. Du roi qui va, sur son cheval de pierre, noble, raide et pensif, et ne peut s'attarder près de cette longue douleur, qui passe d'homme en homme, depuis des siècles, dans le grand cri muet des peuples.
 
 
Louis XII 1.psd version 2-copie-1

Publié dans Blois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Quichottine 22/03/2018 09:40

Si je vais un jour à Blois, je ne manquerai pas de lui rendre visite... en pensant à tes mots.
Merci pour cette page superbe.
Passe une douce journée.

Martine 18/03/2018 02:45

extraordinaire coïncidence de cet homme qui crie ( sublimé par tes mots) et un autre cri, ici, à Carcassonne, gargouille de l'église St Vincent. Cela m'avait inspiré une toile il ya quelques années. Photo sur ta messagerie.


Un texte percutant. Un cri sans écho pour les décideurs, les puissances sans âme.

La Baladine 13/03/2018 22:22

L'absurdité du destin humain... et sa grandeur à continuer, obstinément son chemin, si difficile soit-il...

mansfield 12/03/2018 20:50

L'homme oublié comme tant d'autres, n'est-il pas le symbole de nos souffrances, celles qu'il faut dépasser pour aller de l'avant?

JPT 12/03/2018 13:04

Où se sont perdus les cris de joie ?

Richard LEJEUNE 12/03/2018 07:27

De l'audibilité sélective des Puissants ... qui, toujours pourtant, nous ont "compris" ...

Alain 11/03/2018 09:43

Eternelle histoire des rapports de pouvoir qui séparent les humains.
Les hommes n’ont jamais cessé de crier en espérant qu’un plus favorisé, un roi, un président peut-être, les entendra. Ceux-ci écoutent parfois mais n’entendent pas car leur temps est précieux : ils sont les maîtres du monde.

Loïc Roussain 11/03/2018 08:51

Le cri, intemporel, le visage torturé par toutes les vilénies et les horreurs du monde.

almanito 11/03/2018 08:27

Troublant que cet homme qui crie la misère du monde passée et à venir se trouve justement dans l'un des lieux symbolique de la royauté...

adamante 31/03/2012 14:38

Oui, des hommes qui crient, il y en a encore tant d'autres sur Terre, leurs bouches s'ouvrent sur le vide et leurs mots sont silence pour les seigneurs... de guerre. (je pense au film avec Nicolas
Cage).

Carole Chollet-Buisson 31/03/2012 18:29



C'est ce que je voulais dire, en effet. La souffrance crie partout, et les hommes continuent leur tâche malgré tout.



meng-profane 28/03/2012 10:08

Eh, oui, ce cri m'a tout de suite fait penser à Munch...
L'homme crie toujours....
toujours la souffrance,
toujours le désespoir....
toujours l'appel
Merci Carole pour ces beaux textes.

Carole Chollet-Buisson 28/03/2012 17:48



Oui, et je crois que les sculpteurs de la Renaissance en étaient très conscients.



Nounedeb 26/03/2012 17:18

Ce grand cri muet qui traverse le temps. Jusqu'au cri de Munch.

Carole Chollet-Buisson 26/03/2012 18:06



En effet, j'ai pensé à Munch. Mais j'en reparlerai... dans un autre article auquel je pense (que de projets ! plus que de temps disponible...).


A bientôt, Nounedeb.



Danielle 26/03/2012 09:01

Bonjour Carole

J'ai aimé ce voyage à travers vos mots
La photo est superbe et le texte si bien adapté.
merci
bonne journée
Danielle

Carole Chollet-Buisson 26/03/2012 12:04



Merci, Danielle, à bientôt.



joelle.colomar.over-blog.com 26/03/2012 08:41

Un roi qui n'a pas su s'émouvoir comme Siddharta devant la souffrance et la misère de son peuple !Une histoire si malheureusement humaine ! Joëlle

Carole Chollet-Buisson 26/03/2012 12:06



Un roi comme les autres rois, ni pire ni meilleur. Mais pas un Siddharta en effet.



Oh my Loop ! 26/03/2012 07:15

Un homme sur mon cheval

Je pense qu'il vient d'un royaume lointain

Peut-être demandera-t-il ma main...

Loop

Bonne journée...

Carole Chollet-Buisson 26/03/2012 12:10



Il vient d'un royaume très lointain : le passé ! Attention s'il te demande ta main...



Gérard Méry 26/03/2012 00:17

Dire que j'aurais pu rencontrer ce soldat en souffrance, j'ai passé l'après midi à Blois et son 20è anniversaire ..des milliers de personnes sous le soleil. Quant au cheval et son roi ils sont en
façade dans la cour du château

Carole Chollet-Buisson 26/03/2012 12:01



Tu aurais fait une toute autre photo !!


J'étais justement en train de préparer l'article quand tu m'as dit que tu allais à Blois dimanche. Alors, pour te faire un petit clin d'oeil, je l'ai programmé pour qu'il paraisse le 25 mars.
Ceci dit, le propos de l'article est sérieux, et même triste.


 


 



Parisianne Musardises 25/03/2012 18:42

J'aime beaucoup tes mots sur ce cri !
Bonne soirée
Anne

Carole Chollet-Buisson 25/03/2012 22:04



Merci, Anne, il y a tant d'hommes qui crient en ce monde sans qu'on les entende...


Carole