L'homme et ses ombres

Publié le par Carole

homme-et-ombre.jpg.psd.jpg
 
    J'ai pris ce cliché un soir, alors que je photographiais par jeu cette place, dont j'aime le dallage géométrique et cependant irrégulier. J'avais posé mon trépied, enclenché la télécommande. Un homme est passé, qui s'est trouvé, en quelque sorte, emprisonné dans la photo à l'état d'ombre, comme il arrive dans ces cas-là aux personnages en mouvement. Tout à coup il s'est arrêté, pour répondre, je crois, à un appel téléphonique. Si bien que l'image l'a aussi capturé sous sa forme humaine habituelle, un peu floutée, évidemment, mais bien reconnaissable malgré tout.
    Ainsi, sur mon cliché, j'avais saisi, tout à la fois, et sans l'avoir voulu, un homme vivant, son ombre portée dessinée par la lueur du réverbère, et son fantôme - l'image méconnaissable de ce qu'il était quelques fractions de seconde plus tôt, et déjà n'était plus.
    Et maintenant, bien sûr, à l'instant où je le regarde, où vous le regardez, cet homme est encore un autre, car chaque instant nous éloigne de nous-même. Un autre parmi tant d'autres. Pris entre le fantôme de ce qu'il n'est déjà plus et l'ombre fugitive que projette son corps présent sur ce qu'il deviendra bientôt. Marchant et s'arrêtant, puis reprenant sa route étrange, sur le grand damier de la vie.
    Un humain comme vous et moi, en somme, qui téléphone, bavarde et prend des rendez-vous, sans se douter de rien.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Et, d'un point de vue biologique, les cellules en perpétuel renouveau. 20 ans s'écoulent, et nous sommes refaits à neuf (ou presque) ...
Un homme ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre... L'unicité partagée par tous ...
Merci pour toutes ces pistes de réflexion :-)
A bientôt Carole
Répondre
M
ps concernant la disparition totale des objets qui bougeaient en travaillant en rue à vitesse très lente et ouverture très petite, par contre je suis certaine: je l'ai fait il y a longtemps mais je
n'ai pas conservé car il n'y avait aucune esthétique
Répondre
C


Oui, j'ai essayé cela aussi. en fait, ce n'est intéressant que lorsqu'il se passe quelque chose d'inattendu, comme ici. Sinon, on ne voit "rien".



M
merci, carole, pour ce renseignement. mea culpa pour le commentaire au sujet des ombres.
Répondre
C


Je n'aurais jamais su cela si je n'avais pas suivi tout un cours là-dessus...



M
les ombres sont créées par différentes sources de lumière,c'est ça?
Répondre
C


Non. L'ombre portée seulement. L'autre "ombre" résulte de l'image de l'homme bougeant, prise en vitesse lente (cela crée cet effet "fantomatique"), tu peux essayer sur toi-même en mettant un
retardateur). J'avais expérimenté cela en studio, mais dans la réalité on a rarement la possibilité de photograhier en vitesse lente (sur trépied), sans mise en scène, un sujet qui marche puis
s'arrête (merci au téléphone portable).



M
Super! Cela montre que le temps est relatif et ... technique. Un exemple: trépied posé à une heure de pointe à un carrefour urbain, une pose très longue montre sur la photo où tout ce qui bougeait
a disparu complètement, piétons, vélos, voitures.
Répondre
E
La capture du temps ..... d'un temps ..... qui n'existe déjà plus quand on regarde la photo .... mais qui a été ...
Douce soirée, bises Carole
Répondre
Z
il s'est arrêté pile au bon endroit pour faire une bonne image.
Répondre
D
très très intéressant.. je me demande si en fait tu n'as pas saisi un autre que l'ombre de celui-ci.. Un photographe russe a utilisé ça.. Titarenko
Répondre
C


Merci pour cette référence, je vais aller voir le travail de ce Titarenko.


Sinon, c'est l'impression que j'ai eue aussi en regardant le cliché, d'une "autre personne"... Mais je me souviens très bien que personne d'autre n'est passé... en outre le "fantôme" porte les
mêmes chaussures, exactement.... donc c'est bien lui, mais moi non plus je n'explique pas tout. Une pose d'une vingtaine de secondes, me semble-t-il. J'aime bien ces petites expériences aux
rtésultats souvent troublants.



M
Un beau texte qui interroge brillamment sur "le présent",une notion, à peine palpable!
Répondre
G
Dois je te dire que j'adore ce genre de photo toute en création, tout sauf être banale ta photo est une vraie réussite. La mienne postée demain a des similitudes dans certains détails.
Répondre
C
« - Pourquoi l'homme a-t-il une ombre ?
- Cela est dû à ce que la lumière intérieure y fonctionne mal. »
Répondre
L
Cette photo inattendue est parlante, Carole, à la fois belle et interrogative. Que fait-il, à quoi pense-t-il, qui est-il? On se le demande, mais déjà tu as répondu: nous nous éloignons
insensiblement de nous-mêmes, minute par minute, nous sommes encore nous mais remodelés par l'infime temps qui passe, afin de devenir non un étranger, mais ... un jour, une ombre !..
Répondre
V
... Et il a une autre ombre derrière, en effet, je le découvre maintenant !
Répondre
V
"Sans se douter de rien" !! Superbe ! j'adore tout ton attirail... Ce n'est pas de la bibine, dis donc : télécommande, trépied... Après tu ne réponds plus de rien, ça part tout seul ? Chance que le
passant soit de dos, tu aurais été embêtée pour l'anonymat. Mais ce qui me frappe le plus là-dedans, c'est la forme étrange de l'ombre qui est cassée, comme en équerre - sans doute à cause de la
forme du dallage et d'un creux dans le trottoir. Cela lui donne un air d'extraterrestre, à cet homme qui a eu l'idée magnifique de stationner là, juste à ce moment ... Bises !
Répondre
M
Ce qui était n'est plus, ne sera plus jamais, mais sera autre toujours. Une étonnante et superbe photo symbolique de la condition du monde. Bravo !
Répondre
N
Bonjour Carole !
La photo fait parfois réfléchir, et ce flou de mouvement est très inspirant... Cette ombre étrange est bel et bien cet homme, pourtant cela semble plutôt être un fantôme.
Joli !
Bises, belle journée
Répondre
N
J'ai l'impression de voir là la création d'un mythe, ou d'une métaphysique. C'est merveilleusement vertigineux.
Répondre
J
Oui le droit à l'image mais mes félicitations pour la bonne affaire... Clin d'oeil de jill
Répondre
M
Oh Carole ! Nous ne serions donc que cela. des ombres fugitives, rencontrant d'autres ombres.. courants vers un destin inconnu.. dont les sentiments ne seraient que bruissements d'ailes ?
Répondre
C


Selon le photographe, oui, car la photo ne fixe que nos "ombres"... 



J
Bonjour Carole... Je souris en pensant que peut-être, là ou là-bas, une grand-place, un lieu touristique j'ai été prise malgré moi dans les filets d'un "canon".... Merci
Répondre
E
tous ces personnages qui courent sur les films accélérés, et qui peuvent aussi courir en arriere, des destins qui ne sont qu'un point aussitôt disparu, c'est vertigineux -
mais il y a aussi une autre lecture, ce message d'amour reçu sur son portable, ce rendez vous vers lequel il va, et ce point insignifiant est un monde et une éternité.
Répondre