L'homme qui grimpait

Publié le par Carole

homme-qui-grimpe-recadre.psd.jpg
 
Il en avait si longtemps rêvé. De ce bleu, de cette lumière d'au-delà.
Il en avait si longtemps rêvé qu'un jour il s'est hissé, par-dessus les immeubles, qu'il est allé voir tout là-haut ce que c'était qu'azur, ce que c'était qu'espoir.
Quand il est arrivé, enfin, au bord du ciel, l'horizon était si pâle encore, et puis il y avait tous ces nuages bas. Et ces doigts gris comme ceux d'une main prête à le repousser - d'une pichenette.
Mais il était devenu si léger, à force de grimper. Il ne les a pas vus.
Il a poursuivi son chemin de lierre bleu aux murs de l'impossible.
Il a continué à rêver, bien plus haut que lui-même.

Publié dans Nantes

Commenter cet article

MARIE 23/11/2012 00:04

Au delà de ses rêves...

Carole 27/11/2012 13:44



Encore plus loin alors que je ne l'imaginais...



zadddie 21/11/2012 23:44

ton écriture nous fait du bien, vraiment.

Carole 27/11/2012 13:12



C'est gentil de me le dire... car quelquefois... c'est dur pour moi ! Amitiés.



Adam 21/11/2012 21:18

Merci Carole de sublimer nos rêves avec tes écrits si poétiques !
Bises

Carole 27/11/2012 13:48



"Sublimer", merci d'employer ce mot, Adam. Car j'aimerais bien, c'est vrai, qu'il puisse s'appliquer à ce texte-là, au moins - puisque c'est le sujet : aller "au-dessus".



Gérard Méry 21/11/2012 19:56

C'est vrai on s'était habitué aux escalades de Patrick Edlinger, l'homme araignée

Carole 22/11/2012 15:37



J'ai pensé à lui, c'est vrai. Et en même temps je voulais rester dans le symbole, puisque la fresque ne représente personne en particulier (elle est du reste assez ancienne, je passe devant quand
je vais chez ma dentiste, depuis des années).



Nais' 21/11/2012 11:36

Bonjour Carole !
Quel bel espoir... Se dépasser, essayer même si ca semble impossible, c'est important.
Bises, bonne journée

Carole 27/11/2012 13:04



Naïs, ton commentaire résume parfaitement mon propos. C'est souvent ce qui est impossible qui est le plus important.



marisol 21/11/2012 10:05

Cet homme, porté par son espoir, se tient dans un équilibre si fragile que sa vie n'est plus qu'un fil. Votre texte lui rend toute sa force et son émotion.
Très belle journée.

Carole 22/11/2012 19:34



Merci, Marisol. Cette belle fresque se trouve dans un quartier bien modeste, collé au périphérique...



Hélène Carle 20/11/2012 22:50

Et plus on rêve haut, plus on devient oiseau.

Hélène*

Carole 26/11/2012 01:12



Une chanson disait cela...



Valentine :0056: 20/11/2012 21:24

"Bien plus haut que lui-même" : bravo ! Oui, en effet, tu as su saisir ce cliché sous un ciel inaltérablement bleu... Magnifique, ce dessin d'un homme qui grimpe en effet, et lui offrir le ciel
bleu était incontournable. Bonne nuit !

Carole 27/11/2012 12:51



Justement, le ciel n'était pas inaltérable ce jour-là... ce qui m'a frappée, c'était l'éclat soudain de la fresque dans le ciel bleu revenu après la pluie.



Erato :0059: 20/11/2012 19:04

De jolis mots sur une belle photo pleine d'espoir , aller plus haut , au-delà des nuages qui envahissent parfois notre âme. Douce soirée, bises Carole

Carole 27/11/2012 12:43



Une fresque que je vois depuis longtemps s'élever dans le gris de la ville ! Et elle résiste au temps !



michèle 20/11/2012 17:33

Au bout de ses rêves comme JJ goldman le chantait.
Peinture évocatrice aidée en cela par une météo de... rêve. Photo superbe!

Carole 25/11/2012 21:48



Météo de rêve... juste une heure après la pluie, et une heure avant la nouvelle pluie ! Un ciel lavé de frais, passé au bleu...



@nnie54 20/11/2012 17:25

Oui, il faut chercher ailleurs, le rêve, il nous est nécessaire !
@.

Carole 25/11/2012 21:45



Merci Annie. Toute l'humanité est dans ses rêves, non ?



Nounedeb 20/11/2012 17:13

Je verrais bien ce texte inscrit là, sous les pieds du grimpeur...

Carole 25/11/2012 15:33



Mais la fresque est en elle-même un "texte", non ?



mansfield 20/11/2012 15:24

Que cherche donc cet homme qui nous donne envie de le suivre dans les nuages? Que représente cette lumière pour lui, bonheur, éternité?

Carole 25/11/2012 21:41



A chacun d'y rêver. La fresque nous est peut-être tendue comme un miroir ?



Balladine 20/11/2012 15:11

J'aime beaucoup cette peinture, un vrai trompe l'oeil comme on aimerait en avoir sur nos immeubles tristes.

Carole 25/11/2012 15:35



Oui, elle est remarquable, on la voit de loin et elle m'encourage quand je me rends chez... ma dentiste (c'est ainsi que je l'ai connue, car je n'habite pas du tout ce quartier).



Lorraine 20/11/2012 14:45

Nous pouvons tout supposer, son étonnement, son bonheur, sa lumière et peut-être son envol. Mais oui un envol bien plus loin encore, là où il rêve d'aller. Là où dispraissent les rêves et les
hommes. La-bas...

Lorraine

Carole 25/11/2012 15:29



Cette fresque invite à rêver, à imaginer, à l'intérieur d'un quartier sans grâce, près du périphérique, c'est pourquoi je l'aime et voulais en parler. 



valdy 20/11/2012 14:19

Oui ! et parfois, parmi les nuages, on peut apercevoir une chaussure ou son profil d'escaladeur émerveillé,

Carole 25/11/2012 15:22



C'est vrai, on voit tant de gens passer là-haut, dans le grand peuples des nuages...



emma 20/11/2012 09:36

il est libre Max, il y en a même qui l'ont vu voler... il va retrouver les petits hommes de Folon qui nagent dans le ciel...
Helas bientôt les peres Noel chinois plus ou moins affaissés vont repartir à l'assaut des façades , qui avec leurs clones en baskets dans les grands magasins acheveront de tuer les belles légendes
dans la tête des petits

Carole 24/11/2012 00:35



Folon, je pense que la référence est très juste. 


Je ne déteste pas toujours ces "pères Noël" alpinistes, certains sont émouvants. Comme tout homme qui grimpe !



joelle.colomar.over-blog.com 20/11/2012 09:28

Ce rêve qui nous aide à nous dépasser, à devenir un autre nous-même. Merci Carole pour cette belle échappée. Amitié. Joëlle

Carole 21/11/2012 00:52



Merci, Joëlle. Cette fresque se situe dans une banlieue bien déshéritée par ailleurs...



Catheau 20/11/2012 08:42

Cet homme bleu me fait penser à Micromégas, celui qui avait "mille pieds de haut" et qui "voyageait de planète en planète pour se forger l'esprit et le coeur". Puisse-t-il inspirer les habitants de
l'immeuble au-delà duquel il rêve.

Carole 25/11/2012 15:21



C'est un géant, cet homme, peut-être en regardant le monde de haut deviendra-t-il en effet un Micromégas... et parmi les habitants de l'immeuble naîtra peut-être alors un Voltaire... ?



M'amzelle Jeanne 20/11/2012 08:19

C'est un bel hommage.. à celui qui a quitté la vie, si jeune encore, dernièrement ! Merci beaucoup Carole

Carole 24/11/2012 00:28



J'ai pensé à lui, oui, mais aussi, plus largement, à tous ceux qui veulent "aller plus haut", quand le quotidien est sombre.



Danielle 20/11/2012 08:07

grimper au-delà des ses rêves
j'ai aimé ce texte.

merci Carole
belle journée
Danielle

Carole 20/11/2012 13:44



Merci, Danielle. Vos commentaires me sont chers, ils coulent de source poétique.



jill-bill.over-blog.com 20/11/2012 08:00

La curiosité n'est pas un vilain défaut... pour un doux rêveur ! Merci Carole...

Carole 20/11/2012 14:16



Non, en général c'est une grande qualité...



Richard LEJEUNE 20/11/2012 07:22

Voici, depuis que je vous lis, Carole, le deuxième homme qui, vu de dos, grimpe vers l'"inaccessible étoile" ...

De la récurrence d'un thème qui vous semble cher.

Mais que je vous comprends : car "rêver bien plus haut que [soi]-même", n'est-ce pas non seulement un des bonheurs mais, surtout, une des nécessités de notre vie d'ici-bas, faite de tant de
contingences ?

Carole 20/11/2012 13:44



C'est vrai, je n'avais pas moi-même pris conscience de cette récurrence. Un thème personnel, ou peut-être une destinée ? : essayer / échouer / continuer... quand même... et, toujours, rêver.