L'ergate forgeron

Publié le par Carole

ergate-forgeron-copie-1.jpg
 
 
   Je l'ai trouvé dans mon jardin il y a quelques jours... C'est une sorte de capricorne, un longicorne, insecte sombre et de grande taille, qui se nourrit de bois mort. Je l'ai posé sur un morceau de papier pour mieux l'observer. Puis j'ai sorti mon guide des insectes. Après réflexion, j'ai décidé que c'était un ergate forgeron - je me suis peut-être trompée...
   On disait dans le guide que ces insectes sont cruels et se dévorent entre eux. Qu'ils mordent aussi, sauvagement, le doigt des imprudents qui les ramassent à terre...
   Mais devant moi, sur le morceau de papier, mon sombre forgeron était aussi vulnérable sous sa carapace qu'un chevalier français prisonnier de sa lourde armure, à la bataille de Crécy. Et il agitait ses si longues antennes avec la délicatesse d'un funambule maniant son balancier au-dessus du vide. J'ai retourné la feuille. Il est tombé sur le dos, posant sur son ventre ses pattes en croix, résigné à mourir, aussi pitoyable que le pauvre Gregor Samsa de La Métamorphose.
    Soldat et cannibale, forgeron et artiste, vaincu agonisant, il était tout cela. Terrible, splendide, et tellement fragile... Semblable, en somme, à chacun d'entre nous - qui nous disons humains.
    J'ai mieux compris Kafka.
   J'ai mieux compris Linné aussi, s'ingéniant à décrire et à nommer le monde, pour rester, au-dessus de la mêlée grouillante des bêtes et des plantes, le savant et le maître.
    Et j'ai remis sur ses pattes, déesse magnanime, mon longicorne, pour qu'il s'en retourne à sa vie d'insecte.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Richard LEJEUNE 22/08/2013 09:46

Et dire, si j'en crois un article publié dans l'hebdomadaire belge "Moustique" - l'un n'ayant rien à voir avec l'autre, évidemment - que dans moins d'un demi siècle, nos enfants et petit-enfants se
repaîtront de ce genre de nourriture "insectueuse" bien plus que nous ne l'imaginons actuellement devant nos filets de boeuf !!!

Carole 24/08/2013 23:12



Je leur souhaite d'éviter tout de même le steak d'ergate, car cet insecte-là porte une véritable armure !



M'amzelle Jeanne 15/07/2013 11:15

A méditer..
nous sommes tous et cruels et fragiles.

BLorraine 14/07/2013 20:12

Il vivra sa petite vie d'insecte parce que tu es sensible à tout ce qui vit et que tu l'as rendu à son destin. Un geste que je comprends parfaitement, un geste humain.
Lorraine

Balladine 13/07/2013 11:35

L'animal n'a surement pas l'habitude d'être pris en photo et avoir son portrait en pied sur un blog et cela explique certainement sa timidité
;0)

Carole 13/07/2013 12:45



C'est probable ! 



PHOTOGUS 12/07/2013 20:11

Finalement il n'y a pas bien de différences avec l'espèce humaine. L'Homme est-il un longicorne à 2 pattes ?!

Gérard 12/07/2013 19:55

..alors c'est en forgeant que l'ergate est devenu forgeron ?

Carole 13/07/2013 00:54



Tout à fait !



almanitoo 12/07/2013 13:17

Eh oui, il faut se rappeler que nous sommes exactement comme ce beau longicorne, faits de force et de faiblesse, nous n'avons rien de moins, rien de plus.

dominique 12/07/2013 11:26

je me régale à te lire. pauvre petite bête. Mais pourquoi est-il resté figé comme ça? Ta vue ou bien le blanc du papier...

jill bill 12/07/2013 07:51

Savoir se pencher sur le feuillage de son jardin et apprendre à reconnaître ses insectes et les décrire comme tu le fais si bien... merci !

Nounedeb 12/07/2013 07:44

Tu nous invites, par le truchement de cet insecte cuirassé, à mûres réflexions. Quelle place étrange nous occupons dans la nature... Belle journée à toi.

Anne-Marie 12/07/2013 06:40

Splendeur et misère, ombre et lumière, yin et yang, dieu et démon, chaque être sur terre est tout cela à la fois...

Bonheur du Jour 12/07/2013 06:26

Très joli texte, empli de références.
Bonne journée.

zadddie 12/07/2013 01:57

même en photo ...hum...

Cendrine 12/07/2013 01:20

Bonsoir Carole,

La "créature" et son "reflet", sa mise en abîme, son autre soi. En tout être sommeille un géant qui souffle la peur comme une forme ardente dans un théâtre d'ombres et pourtant le voilà, saisi par
la dame des mots et si bien "croqué"... Merci pour ce texte bijou. Amicales pensées
Cendrine

Carole 13/07/2013 00:51



Merci Cendrine. Amitiés.