L'éphéméride (réédition revue)

Publié le par Carole

FMR-rouge-2-copie-1.jpg
 
    Dans ma cuisine, chaque début d'année, j'accroche un de ces petits calendriers qu’on appelle des éphémérides – vous savez bien : à chaque jour correspond un feuillet, qu’on arrache à mesure.
    Quand un jour est achevé, bien mort et oublié, il faut arracher la page, et passer à la suite. Le calendrier, d'abord si épais, si bien carré sur sa nouvelle année, de jour en jour maigrit, maigrit, maigrit, impitoyablement, et au 31 décembre, hop, c'est fini, il suffit de déchirer la dernière page, de jeter aux ordures le petit squelette de carton, et de fixer au clou une autre éphéméride - toute neuve et fraîche.
   Mais moi, non... je n’arrive pas à arracher les pages – le calendrier reste la plupart du temps comme il est, bloqué au 5 janvier quand nous sommes au 9 février, par exemple... Et, quand enfin je me décide..., les pages arrachées, je ne parviens pas à les jeter. Jamais. J’en fais un petit tas tremblant que je dépose sur le sommet du réfrigérateur où il se couvre lentement de poussière. D’année en année les petits tas s’accumulent et s'écrasent là-haut, gris et las, châteaux de jours frangés de sale qu'effondre la marée du temps. Et je ne me résous jamais - je ne dis pas même à m'en débarrasser - mais simplement à remarquer que la poussière y fait son nid, et l'araignée tous ses festins.
 
    Pourtant, je m’en souviens très bien, lorsque j'étais enfant, mes grands-parents de Guéret accrochaient eux aussi dans leur cuisine une éphéméride, illustrée des dessins humoristiques et des piteuses plaisanteries de l’almanach Vermot - qui me semblaient, en ce temps-là, aussi spirituelles et distrayantes qu'une page de ce Journal de Mickey auquel ils m'abonnaient chaque année.
     Les jours s'inscrivaient en chiffres énormes et rouges sur les feuilles très minces, si agréables à chiffonner. Je m'amusais à les réduire en boules minuscules et compactes, ainsi que je le faisais pour les emballages de bonbons, avant de les jeter comme du grain dans la corbeille à papier.
   C’était un tel plaisir pour moi chaque matin d’arracher la vieille page et de découvrir la nouvelle.
 
   Arracher les pages usées avec le mépris qu'on a pour les vieux jouets cassés, rire un instant de la journée qui s’annonçait, puis chiffonner pour l'oublier le chiffre rouge des jours éteints, c’était alors une si pure joie...

Publié dans Fables

Commenter cet article

Dalva 16/01/2016 10:17

Je compare ce texte à la page blanche du nouvel an. Deux textes sur ton rapport au temps. Deux aspects d'une même réalité.

bergamotte 11/01/2016 14:44

Ton texte a été l'espace d'un instant ma madeleine...j'ai revu cet éphéméride dans la cuisine de mes grands parents, rigoureusement à jour, les petites illustrations qui se voulaient drôles, le temps qui passait et passe encore.....:o) Merci! et que cette année te soit douce!

mansfield 09/01/2016 15:51

Comme quoi regarder le temps passer devient plus difficile avec l'âge!

dominique 09/01/2016 14:11

Bonjour Carole. C'est excellent. La perception du temps qui passe change avec le nombre des années. C'est bien imagé, ici.

Géhèm 08/01/2016 08:22

Belle année à toi.
Je ne passe ici que de loin en loin mais avec la certitude, jamais démentie, d'y trouver le plus grand plaisir.

Carole 09/01/2016 22:49

Merci Géhèm, tes mots me vont au coeur. Belle année à toi aussi.

FAN 07/01/2016 18:26

Oui, on se souvient de ces éphémérides journalières illustrées où un dessin et une blague nous faisait sourire! désormais, pas de dessins!! Perso, j'en possède une avec 366 jours qui m'offre chaque jour un artiste peintre et à la fin de l'année, je n'ai qu'a retourner celle-ci pour recommencer!!ainsi, je ne jette rien!BISOUS FAN

JC 07/01/2016 10:05

Ce qui me frappe dans tes mots, c'est la différence de réaction de l'enfant et de l'adulte face au temps qui passe. Voudrait-on le retenir ? Belle journée à toi Carole. Amitiés; Joëlle

cathycat 06/01/2016 19:41

Les éphémérides avec les histoires drôles avaient le même effet magique sur moi et je ne pouvais m'empêcher de soulever une ou deux feuilles à l'avance :-) et chez mes grand-parents l'éphéméride de bureau avec des photos de toute la France sur la page de gauche et celle de droite prête à recevoir rendez-vous et notes avec ce numéro rouge qui montrait la date du jour... Tout cela me fascinait...

Pascal 06/01/2016 19:09

Tu as peut être trouver la machine à remonter le temps.
tu peux revivre ainsi la journée du 5 janvier pendant une semaine :-)
et tu peux aussi rechercher une petite feuille du jour passé désiré sur ton réfrigérateur
l'afficher et la revivre jusqu’à ce qu'elle te convienne
remarque qu'après un retour dans le passé le temps s'accélère ensuite :-)))
t

Quichottine 05/01/2016 20:23

Je me souviens aussi de ces éphémérides, mais, curieusement, je n'en ai jamais mis chez moi depuis que je suis adulte...

Merci pour cette fable, Carole.
Passe une douce soirée.

flipperine 05/01/2016 14:41

il faut penser à changer le jour on ne vit pas avec le pasé

Richard LEJEUNE 05/01/2016 13:35

Chère Carole, je n'ai rien à ajouter à mon commentaire d'il y a trois ans à propos de ce "Petit Farceur" qui, souvent, réjouit bien des matins de mes tendres années chez mes grands-parents.
Mais il m'agréerait de profiter de cette réédition pour chaleureusement vous adresser mes vœux aux fins que 2016 qui s'ouvre devant nous stimule votre talent à nous faire aimer la POÉSIE : que ce soit celle de vos mots ou celle de vos photographies.
Comme probablement à tous vos lecteurs, cette union me sied, me fait rêver, m'interpelle philosophiquement, partant me stimule et me revigore ...

MERCI À VOUS.

almanito 05/01/2016 13:30

Plus on vieillit et moins on a envie de les arracher, ces pages. Il y a 2 ans - déjà? - je mettais un commentaire sur ton texte, il me semble qu'à l'époque, le calendrier m'angoissait moins qu'aujourd'hui...

Livia 05/01/2016 11:40

Mais on change, et voilà que l'on s'accroche aux toutes petites choses...
Cependant je n'effeuille plus d'éphéméride, j'ai le grand calendrier sur lequel je peux gribouiller la vie, les dates etc... Bises

Catheau 05/01/2016 11:28

"Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé ni les amours reviennent...", c'est la triste loi humaine. Faisons en sorte que jours et amours aient été beaux !

Aloysia 05/01/2016 09:12

Jouer à arracher des pages est bien innocent, surtout si elles sont drôles ! Mes grands-parents avaient aussi un éphéméride de ce genre mais classique, et depuis (1976 ?...) je n'en ai plus jamais revu nulle part.

jill bill 05/01/2016 07:22

Ah mon papa me demandait d'en acheter un quand arrivait l'an nouveau, le petit farceur qu'on nomme chez nous... ;-) Bonne année Carole !

NanyFran 05/01/2016 06:00

Je viens vous souhaiter une belle et heureuse année 2016.
Merci pour ces lectures très attrayantes pour moi.
Bon mardi

Nais' 14/01/2013 11:55

Une joie enfantine qui s'est doucement muée en une nostalgie du jour qui passe... Le temps va-t-il trop vite à ton goût Carole ? C'est mon cas.
Bises, belle journée !

Carole 14/01/2013 19:36



Oui, le temps va de plus en plus vite... A bientôt je l'espère, je recommence un peu à bloguer, mais j'ai un retard énorme.



valdy 12/01/2013 10:43

Ces réminiscences enfantines ont un air Proustien. Cependant, en adepte du Feng Shui, je te recommanderais de laisser l'énergie circuler même au-dessus du frigo ;-) maintenant que ces précieux
jours ont été immortalisés par ton écriture ...

Mansfield 08/01/2013 22:06

Aurions-nous en grandissant une vision de la fuite du temps si déprimante?

Lorraine 08/01/2013 16:55

Quelque chose en toi refuse inconsciemment les jours qui passent, à l'inverse de l'enfant que tu fus. On ne retient pas l'inéluctable temps...alors tu l'accumules sur le haut du réfrigérateur avec
(peut-être) l'illusion de l'arrêter dans sa course...

armide+Pistol 08/01/2013 14:20

Il est vrai que les pages des éphémérides actuels, bien sévères, n'ont plus la vertu de nous faire rire, pour oublier le temps qui passe.
Bonne journée quand même.

zadddie 07/01/2013 23:52

...que s 'est il alors passé dans nos vies ...

Hélène Carle 07/01/2013 23:35

Chez moi, j'ai un petit calendrier perpétuel qui appartenait à mon père, j'oublie d'en changer le jour et le mois. Alors, je souris, j'ai l'impression de donner congé au temps qui semble très
content.

Hélène*

jill bill 07/01/2013 23:23

Ah je vois la photo... Bonne nuit Carole !

Valentine :0056: 07/01/2013 19:44

Les beaux souvenirs que tu nous offres là... Même avec la ville de Guéret que je connais un peu maintenant pour habiter non loin de là et qui évoque vraiment un des plus jolis coins de la France
profonde... Et avec ces Papillons, dont j'ai fait un de mes succès jeune fille, car ma mère adorait Schumann et ne se lassait pas de me les entendre jouer... Je les ai joués pour passer le bac
musique, et c'était toujours un plaisir. D'ailleurs ma mère rit toujours de se souvenir m'avoir entendue tempêter quand je me cassais la figure sur certains passages, tant je tempêtais en empathie
avec la musique, elle-même pleine de tempêtes par endroits ! Bises, Carole.

Amaryllis 07/01/2013 13:20

Je suis pour jeter les pages passées comme les arbres renient leurs feuilles et se laissent allez ensuite pour renaitre avec plus de force, bâtis sur ce qu'ils ont déjà vécu mais vivant au jour le
jour en avancant envers et contre tout !

dominique 07/01/2013 12:51

intéressant. À croire qu'enfants, les jours n'ont pas la même valeur qu'après..

emma 07/01/2013 12:17

de même on n'arrive pas à jeter les photos ratées... laissez passer les petits papiers, les paperoles...

Nounedeb 07/01/2013 11:11

Cet éphéméride a un goût de petite madeleine...

almanitoo 07/01/2013 10:26

Une façon de retenir le temps qui passe en conservant ces petits feuillets des jours déjà écoulés, tout comme les lettres inscrites sur l'arbre qui nous rappellent par un jeu de mot que tout est
éphémère...
Je conserve dans mon tel. portable, les noms et coordonnées de personnes disparues que j'aimais, incapable de les effacer.
Nous essayons par de petits stratagèmes dérisoires de retenir le temps...

Carole 07/01/2013 23:07



Moi aussi je garde les numéros et les adresses des disparus. Sinon il me semblerait les faire mourir une seconde fois. Je vois que nous nous ressemblons.



jill bill 07/01/2013 09:11

Oups petit farceur !!!

jill bill 07/01/2013 09:11

La photo est invisible mais je connais ce genre de calendrier, le petit gercerud chez nous, mon père qui va sur ses 90 est un inconditionnel de la chose !! Voui j'aimais aussi arracher la feuille
du jour défunt pour lire la blague suivante... Heureuse qu'on en trouve encore ! Merci Carole...

Parisianne-Musardises 07/01/2013 08:26

Bonjour Carole,
Bonne et heureuse année pour toi et les tiens.
C'est amusant cette éphéméride dont on n'arrache pas les pages ! J'en ai plusieurs en fonds de tiroirs, vestiges d'années passées mais figées dans leur éphéméride qui ne sont donc plus si éphémères
!
Bonne journée
Anne

Richard LEJEUNE 07/01/2013 08:10

Même si le document photographique que vous avez initialement choisi n'apparaît pas dans votre article, page probablement déjà "arrachée" par inadvertance, j'ai bien reconnu ce petit calendrier de
mon enfance, bien reconnu le même geste pour en éliminer quotidiennement chaque feuillet attestant du jour précédent, - ou de deux à la fois quand il s'agissait du samedi et du dimanche consignés
sur une même feuille -, bien reconnu les mêmes petites historiettes humoristiques qui s'offraient au verso de chaque date.

Et jusqu'à ce matin, jusqu'à ce que, grâce à vous, je me rende compte que nous n'étions pas les seuls, je me suis très souvent dit : il faut vraiment être Belges pour imprimer semblables âneries
qui ne font rire que les mômes !

En outre, je m'imaginais que ce type de calendrier avait complètement disparu des chaumières ...

jamadrou 07/01/2013 04:41

http://jamadrou2.e-monsite.com/pages/divagations-ou-reflexions/ephemeride.html

jamadrou 07/01/2013 04:00

Magnifiques évocation de l'éphéméride et de tes souvenirs qui ne sont pas si éphémères que ça! Beaucoup de ressemblance avec les miens, ces blagues, cet almanach Vermot, ces papiers froissés comme
papier de bonbon...j'ai fait un joli retour en arrière...mais les fées rides sont toujours là!
Quant à ta photo qui accompagne le texte? elle est peut-être là avec ses grosses lettres qui saignent pour penser à tous ces pauvres arbres abattus pour simplement avoir le bonheur d'effeuiller des
milliers d'éphémérides de par le monde...
j'aime vraiment te lire et te souhaite une bien belle journée.