L'écorce du canon

Publié le par Carole

canon-copie-1.jpg
Nantes - Rue Mercoeur
 
 
J'étais passée devant cent fois...  jamais je n'avais remarqué que c'était un canon.
 
Un canon de porte cochère. Planton usé veillant sur la demeure d'on ne sait quel propriétaire retour-de-guerre.
Canon de corsaire ou canon de pirate, canon du roi Louis ou canon de Valmy ? 
On ne peut plus savoir, tant il est perclus d'âge et fatigué de rouille.
Presque semblable désormais au vieux tronc moisissant d'un vieil arbre.
La mousse et les insectes ont planté leurs nids d'ombres sous son écorce effrangée. Peut-être qu'il finira par se couvrir d'humus. Peut-être qu'on verra repousser tout un bois sur son cadavre enfoui.
Ainsi meurent parfois les canons, sur le terreau du temps, avec nos guerres éteintes et nos haines oubliées, en petits tas de rouille où la vie se ressème. 
 
Si seulement on pouvait les laisser
les canons les démons tous les canons du monde
s'endormir comme ici
sous l'écorce
d'oubli.
 
 
 

 

Publié dans Nantes

Commenter cet article

hamza 16/01/2015 18:34

Pauvre canon! Je le plains et tout cela c'est la faute à la vieillesse. Mais il faut le voir dans sa jeunesse comment il tonnait comment il faisait perd à l'ennemi et comment il savait défendre nos
frontière. Il a certes fait des dégâts parmi les humains, mais c'est qu'il a été poussé à le faire par d'autres humains. Merci Carole

Carole 16/01/2015 20:01



Excellent, Hamza ! J'adore ce commentaire.


Ce sont les hommes qui arment l'"âme" des canons : eux seuls sont coupables. Mon vieux canon en est réduit à faire la manche au coin des rues.



Jonas D. 16/01/2015 16:41

Un canon qui prend racine n'est jamais de très bonne augure. Mais le séduisant de celui-ci nous mène assez volontiers à l'oeuvre anti-militariste plutôt qu'à l'évocation guerrière.
Jonas

Carole 16/01/2015 17:16



S'il prend racine il finira par fleurir et champignonner, brave petit fût d'une forêt apaisée, dans le monde d'"après". 



Catheau 16/01/2015 10:58

Un canon qui se tait, c'est tellement rare, toujours et de nos jours !

flipperine 15/01/2015 23:54

un beau rêve que les canons s'endorment pour tjs

Cendrine 15/01/2015 20:16

Un texte magnifique...
Si seulement nous pouvions laisser violence et armes au placard, les fondre pour que naissent tant d'autres choses. Hélas, tant d'êtres ne le veulent pas mais continuons d'espérer. La photo est
superbe, merci Carole, amitiés
Cendrine

Nounedeb 15/01/2015 14:03

J'aime comme des liens se tissent entre le végétal, le minéral, et l'animal - humain compris. Quant à la présence de ce canon, à cet endroit, il pourrait s'agir d'un "pare roue", pour protéger les
murs du frottement des roues de charrettes et autres carrosses. Chez moi, ils sont en pierre. Dans les ports, les canons étaient souvent réutilisés en bittes d'amarrage, et pourquoi pas ainsi?

M'mamzelle Jeanne 15/01/2015 11:49

Il a bien sa place là, en sentinelle immobile:
Passants souviens-toi: je faisais peur et ne suis plus rien !
Nous avons eu la preuve qu'un seul crayon, que des mots aussi peuvent tuer.

X 15/01/2015 10:46

Joli voeu, Carole, mais, pendant qu'un canon se rouille, combien d'autres ont le temps de sortir des fabriques....

Aredius 15/01/2015 10:33

Merci de m'ouvrir les yeux ! ce canon est mieux placé là que celui plus moderne qu'on a placé entre le monument aux morts et la mairie dans ma ville de naissance. Quelle idée !

Une énigme pour la scrutateuse des rues nantaises

http://blogdenantes.blogspot.fr/2014/12/enigme-nantaise-du-jour-que-represente.html

Carole 15/01/2015 10:49



Je n'ai pas trouvé la réponse à votre énigme. Vous expliquerez ? j'aimerais bien savoir. Cette partie de Nantes est très "militaire", c'est certain.



Richard LEJEUNE 15/01/2015 09:36

L'homme est malheureusement ainsi fait qu'il trouvera toujours quelque part un canon prêt à se réveiller pour lui permettre d'assouvir sa haine ...

Anne-Marie 15/01/2015 08:29

Quelle idée étrange, pour autant, que de mettre un canon devant sa porte...

Quichottine 15/01/2015 00:39

Ce serait merveilleux, s'il en était ainsi...
Merci, Carole.

jill bill 15/01/2015 00:12

Bonsoir Carole... diable comment a t'il fini là ce fût de canon... seul l'habitant de cette demeure pourrait nous en dire plus, peut-être, merci....