L'armée des nains

Publié le par Carole

armee-nains-jardin-1.jpg.psd.jpg
"Liberté, égalité, fraternité", de Sim Flemons et John Warland - Festival  "Jardins des délices, jardins des délires", Chaumont-sur-Loire.
 
 
J'ai admiré, dans les jardins du château de Chaumont-sur-Loire, cette extraordinaire armée de nains de jardin avançant immobile, nombreuse et résolue comme l'armée de terre cuite de l'empereur Qin.
Au pied des tours du vieux château au bois dormant, ils veillaient, armés de leurs râteaux d'enfants, sur le bon ordre des allées, braves soldats des républiques au bon coeur d'or, Candides des jardins de l'histoire sous leurs mitres pointues de coprins chevelus.
A moins qu'ils ne se soient apprêtés, marchant devant le drapeau révolutionnaire en berne qu'un orage pourrait bien soulever, à une obscure nuit du 4 août, ces minuscules travailleurs aux ombres longues, lourdement plantés sur le sol, et trempés au métal de leurs mines profondes.
Comment savoir ?
 
On en voit partout, maintenant, de ces nains de jardin. Il paraît qu'on en vend même au Japon. Tous semblables ou à peu près, ils vivent dans les jardins de banlieue, sur les terrasses et les balcons fleuris, fierté de leurs propriétaires. De temps en temps le Front de libération des nains de jardin (FLNJ) en dépose un paquet à un rond-point, ou sur une île bretonne - l'Association de défense des nains de jardins (ADNJ) proteste alors avec vigueur... et plus personne n'y pense.
Leur origine est trouble, leur signification est obscure. Une seule chose est certaine : en ces modernes lutins de résine, moulés en usine et vendus en supermarché, mais si ostensiblement, si kitschement, si résolument ridicules et désuets, s'affirment tout à la fois, dans un curieux mélange, la soumission tranquille aux normes et aux stéréotypes, et l'irréductible orgueil des petites gens, défiant sourdement les lois du bon goût.
Et c'est vrai qu'ils seraient une armée, une immense armée, si on les rassemblait, ces millions de nains, images et dieux lares de millions d'humbles existences.
Ils gardent, l'air de rien, sentinelles ventrues et malicieuses, des enclos laborieux où l'on râtisse et peine. Ils rappellent au passant, dans le bougonnement de leurs lèvres barbues, que le jardinier qui vit là, le brave homme soucieux de bien faire, qui orne son chez-soi d'objets standardisés qu'il se procure à la jardinerie du quartier, garde toujours en lui un petit fond d'audace, d'humour et de colère, pas bien méchant, attendrissant, et vieillissant, insignifiant peut-être, mais dont il faut vous méfier, tout de même, puissants habitants du beau château au bois dormant... 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Une photo originale et attendrissante..... unis pour servir la nature !
Ce petit plus , que certains arborent démontrent une âme poétique et enfantine. Pourquoi pas?
Belle soirée Carole
Répondre
C


Ce qui était original, c'était le jardin. J'ai beaucoup aimé ce festival de Chaumont.



N
J'adore! Armés de leur râteau, surveillés par le tutélaire toit du château, comme un chapeau,... qui me rappelle une histoire de trois brigands, chez Tomi Ungerer.
Répondre
C


Tomi Ungerer : dire que je n'y avais pas pensé ! Merci, Nounedeb.



J
Habitants petits des jardins, je le ai même vus faits de galets dans d'autres contrées. Pourquoi a-ton besoin de faire garder la végétation des jardins par des pseudos-minis-hommes ? Sommes-nous
influencés par les contes de notre enfance ? Amitiés. Joëlle
Répondre
C


Une question compliquée : ils sont sans doute les héritiers de vieilles divinités. Mais je crois que, "petits" que nous sommes, nous nous identifions facilement à ces "petites" créatures.



Z
liberté égalité fraternité des nains!!!
bonne journée
Répondre
C


Merci, Zabelle, c'était bien le sens donné à ce jardin par l'exposant.



E
étonnante photo, hommage qui rappelle Amélie POulain et le succes planétaire de la gentillesse - il n'y a pas d'art mineur, fut il en plastique à 3 sous, l'art sert à embellir ou égayer nos vies,
et pas seulement par le grandiose et l'intellectuel (à condition de ne pas imposer aux uns le gout des autres )
Répondre
C


Et il sert aussi à exprimer quelque chose de soi : art "mineur" expression de la "grandeur" des "petits"  ?



J
Ah, mais cette étonnante photo de nains de jardins et ces associations FLNJ et ADNJ dont vous parlez m'interpellent : j'ai - en son temps, et par la force des choses, non par envie - côtoyé
certains de leurs membres et ai été amené à intervenir dans leurs actions, dans une forme de sauvetage. Mais j'en ai trop dit ici : je vous écrirai demain un petit message personnel pour vous
raconter une anecdote qui vous fera sourire ...

Je vous quitte donc, non sans avoir admiré aussi les tours du vieux château de Chaumont-sur-Loire ! Les châteaux, vous le savez, j'aime ...
Répondre
C


Alors à bientôt ! 



Z
il a été en Chine, l'artiste...irrésistible ce drapeau en berne
Ce post me rappelle une image......de mon coté...
Répondre
C


En Chine, cela se pourrait bien...  Tu nous montreras peut-être ton image ?



G
magnifique ta photo Carole. Suis pas allé cette année à Chaumont..pas très loin de Tours pourtant.
Répondre
C


Tu peux encore y aller, jusqu'en octobre je crois. C'est splendide, et il y a de quoi photographier... j'en reparle bientôt !



J
Une belle armée de jardiniers en effet ! Côté nain de jardinierie on nous propose même des très coquins, monsieur comme madame... de mauvais goût ! Je vois pour le tag, oui je vois... Merci Carole
!
Répondre
C


Finalement, j'ai enlevé le tag, il était hors sujet. Je viens de vérifier le nom du jardin : il s'appelait "liberté, égalité, fraternité"...


Merci, Jill ! A bientôt.