L'arc-en-ciel

Publié le par Carole

arc-en-ciel.psd.jpg
 Zone industrielle de Nantes-Est, le 2 novembre 2012
 
 
 
J'étais arrêtée au feu rouge de la D723 - celui qui est si long, à l'entrée de la rue qui mène, à gauche, dans la zone industrielle. Soudain, par-dessus la route trempée de pluie, je l'ai vu apparaître, merveilleux : l'arc-en-ciel.
Splendide et chatoyant, posé comme un diadème dans la grise fourrure des nuages, il s'ouvrait au soleil, éventail précieux d'une dansante averse. J'ai démarré au feu vert et je l'ai suivi. Derrière les pylônes de la ligne à haute tension, il me faisait signe de tout son grand corps éblouissant. Plus loin, bondissant sur les toits de tôle des entrepôts de la zone industrielle, il m'appelait encore. Par-dessus la prison de la rue de la Mainguais, je l'ai vu s'éployer comme l'Aube de Rimbaud, immense et scintillant dans sa traîne irisée. Puis il m'a échappé. J'ai continué ma route, obstinée. Alors, une dernière fois, alors que je passais près des citernes du dépôt de gaz, il m'a souri tristement. Tout pâle et battu de pluie, il est resté un instant accroché aux barbelés. Puis il a disparu. Tout est redevenu béton gris, noir bitume.
Je ne lui en ai pas voulu. Il m'avait déjà guidée loin dans la banlieue, aussi loin qu'il lui avait été possible.
 
La beauté, quand on la croise sur un chemin sans grâce, ne transforme pas le chemin, mais elle nous y conduit. De sa main de rosée, de ses doigts de lumière, elle nous fait signe d'avancer. Un peu plus loin...

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Oh ! mais revoilà la rosée et ... la débusqueuse de beauté ;-)
Répondre
C


Merci, Valdy ! A bientôt.



C
L'arc-en-ciel, sous ta plume, devient l'éblouissant guide de ces minutes trop tôt envolées. Quand il se déploie et que rien à l'horizon ne l'arrête, c'est un instant de grâce. Nous savons, lui et
nous, qu'il va bientôt être happé par la brume...
Répondre
C


Oui, je crois que nous l'aimons tant parce que nous le savons si périssable.


Ce jour-là il y avait même un "double" arc-en-ciel, mais, le temps d'attraper l'appareil-photo et d'ouvrir la vitre de la voiture, le "double" s'était estompé...



R
La beauté croisée sur un chemin sans grâce, effectivement, ne le transforme pas ; nonobstant, elle nous transforme, nous : et là, peut-être, réside l'essentiel.

La Beauté, chanta Brel dans son Don Quichotte, ne vit que dans les yeux de celui qui la regarde.
Encore faut-il être comme vous, Carole, à même de la voir !
Répondre
C


Je serais juste un peu plus nauncée : elle nous guide, vers ce qui pourrait nous transformer. Mais trop souvent nous préférons ne pas la voir. Car ce qu'elle nous indique pourrait déranger bien
des équilibres, bien des habitudes. L'arc-en-ciel est un peu rebelle, j'ai essayé de le dire dans mon texte aussi.



C
Un pont de lumière qui ns emmène vers la beauté.
Répondre
C


Un pont, oui, d'une rive à l'autre de la vie...



Z
sourire
Répondre
C


Merci pour ce sourire, petit arc-en-ciel tout près de l'autre !



H
Et puis elle nous rappelle qu'elle est toujours là, derrière le gris, elle ne nous quitte pas, elle suit nos pas parfois lorsqu'on ne la regarde pas.

Hélène*
Répondre
C


Et ce commentaire est beau comme un arc-en-ciel, Hélène. Merci.



G
Les arcs en ciel doivent aimer les ronds-points çà m'est arrivé je suis descendu de voiture pour mitrailler.
Répondre
C


Un vrai photographe !



A
La beauté nous aide à franchir les obstacles de la vie, c'est bien vrai.
Répondre
C


Elle nous aide à les franchir, en nous montrant le chemin qui s'ouvre derrière eux, et qui nous appelle.



E
Ta conclusion est très belle. Même au plus profond de la grisaille , il y a toujours une petite étincelle qui change le regard. Il faut la voir et le vouloir.
Merci pour res visitesCarole
Douce soirée, bises.
Répondre
C


Merci, Erato, mais, sur cette petite étincelle, je crois que tu en savais déjà long !



N
Bonsoir Carole !
Très beau texte, avec de belles images :) et une belle photo pour l'illustrer !
J'aime ta facon d'écrire, il n'y a rien à y changer.
Bises, bon dimanche encore
Répondre
C


Merci, Naïs. A bientôt.



N
Et d'où vient cette sidération devant tant de beauté?
Répondre
C


De l'arc-en-ciel, sans doute. Merci, Nounedeb, à bientôt.



M
Je l'avais déjà aperçu la veille dans l'Oise, je sais que c'est lui car il adore qu'on l'admire sans pouvoir l'attraper, au contraire, il se cache dès q'il nous a pris dans ses filets. Il aime
beaucoup voyager!
Répondre
C


Il va partout où il y a des yeux éveillés pour le voir... ! merci, Mansfield.



V
Merveilleuse conclusion pour une quête qui, en effet, rappelle l'"Aube" de Rimbaud (en plus séduisant peut-être avec ces couleurs multiples qui peu à peu s'effacent...) ! Bravo encore, surtout que
tu as su cueillir à temps l'image qui correspond, ce que je ne sais pas toujours faire.
La rocade de Nantes me rappelle de mauvais souvenirs, je m'y suis perdue l'an dernier en cherchant la route de Pornic... Bises !
Répondre
C


Pour la rocade de Nantes, je comprends que tu aies eu du mal. Le signalisation est très perturbante... pour les Nantais aussi !



@
On a des surprises comme ça quelquefois, on se concentre sur ce qui nous interpelle, on voudrait que ça dure et nous retombons dans notre réalité.
@.
Répondre
C


Oui, mais c'est ce côté fugitif qui fait le prix des belles rencontres, souvent.



J
Instant fugace que ce diadème céleste pris dans tes "filets" de fort belle manière... Merci Carole
Répondre
C


Merci, Jill. Vraiment je n'ai eu qu'un instant pour prendre la photo : au feu !



J
"Et, béni signal d’espérance et de refuge,
L’arc-en-ciel apparaît comme après le déluge."

(Paul Verlaine, Amour)
Répondre
C


Merci pour la superbe citation !



J
La beauté pénètre alors en nous et nous illumine. Merci pour ce beau texte Carole. Bon dimanche. amitié. Joëlle
Répondre
C


Elle est notre arc-en-ciel intérieur. Merci, Joëlle.



M
Une aubaine saisie de manière magistrale!
Répondre
C


J'ai pris la photo par la vitre de ma voiture. Je n'ai même pas eu le temps de descendre, j'étais arrêtée au feu...



L
Se laisser emporter par la beauté, la suivre, essayer de la retenir, sachant qu'elle est éphémère. Recueillir ses derniers instants...C'est superbe un arc-en-ciel !
Répondre
C


Et superbe d'être fugitif. Merci, Louv', à bientôt.



T
Certains disent que c'est un pont entre le monde des rêves et le nôtre
Jolie photo
Bon et doux Dimanche CAROLE

Bisous

timilo
Répondre
C


Je crois que vous avez raison, Timilo, c'est un pont qui mène un peu au-delà...