L'arbre creux

Publié le par Carole

arbre-creux.jpg
 
C'était un très bel arbre, un arbre immense, un arbre creux
Lové dans son vieux corps, niché dans ses secrets.
Je me suis penchée sur sa nuit comme sur un terrier
Pour voir un peu en lui et regarder en moi.
Dans le tronc du vieil arbre, j'ai trouvé sans surprise :
 
Un champignon moqueur qui me tirait la langue.
Un coin de mousse bleue et d'espérance verte.
Des feuilles mortes au vent et de la boue du temps.
Une bouteille vide, vestige de la soif.
De la poussière d'écorce, de la sève encore vive.
De la lumière grandie et des ombres enfouies.
Des brindilles de nuit tressées comme des nids.
L'entrée d'un souterrain qui remontait les heures
Comme une horloge en rêve qui déplierait son coeur.
 
C'était un très vieil arbre, lentement creusé par la vie.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Des hamadryades aussi peut-être... si le monde moderne ne les a pas chassées.
Répondre
F
un arbre qui ne doit plus être très jeune mais dommage de trouver une bouteille vide ce n'est quand même pas une poubelle un arbre
Répondre
E
Un arbre qui dévoile son coeur et ses trésors.Un arbre qui fait rêver.
Belle journée Carole
Répondre
J
Nous sommes toutes et tous un peu de cette vieille écorce. Joli texte, Carole.
Répondre
G
comme une blessure ouverte
Répondre
C


Mais rien de violent, un vieux "creux" sur un très vieil arbre.



J
Un être qui a tant à dire et à cacher ! Un être dans toute sa grandeur. Amitiés. Joëlle
Répondre
M
Un de ceux qui garde les secrets et à qui l'on confie sa peine!
Répondre
A
Il est un peu comme nous, cet arbre, nourri d'ombres enfouies et de mousse d'espoir...
Etonnant tout de même qu'il n'y ait pas de raton laveur...
Répondre
C


Un arbre citadin, en fait. Alors les ratons laveurs...



M
Un arbre creux qui n'est pas un arbre mort, mais au contraire bien vivant, riche de sa propre existence et de toutes celles qui s'épanouissent (s'évanouissent) alentours. Un bien bel arbre,
assurément !
Répondre
L
Superbe, tout simplement.
Répondre
R
Mutatis mutandis, ce doit probablement être la sensation d'un égyptologue quand il pénètre dans un hypogée et en découvre ce qui subsiste du mobilier funéraire.
Ou d'une équipe médicale mandée pour ouvrir une momie ...
Répondre
A
Un arbre pas si creux, finalement!
Répondre
J
Comme un escarre chez le vieil homme... merci, jill
Répondre
C


j'aime beaucoup ton image de l'escarre... mais l'escarre est si douloureux, et l'arbre si paisiblement ramassé dans son creux !