L'appareil-photo

Publié le par Carole

photo carrés collés
 
    Un étrange photographe affiche en ce moment ses images dans la ville. Il semble se faire appeler monsieur O.
    Il découpe en petits carrés et en petits rectangles des reproductions de ses photos, et il les scotche sur les grillages. Un morceau de papier par maille comme en son petit cadre, et, bientôt, l'image entière apparaît, à la façon d'un puzzle, un peu tremblante, légèrement irrégulière, approximative, avec l'air de vouloir bientôt se défaire, au vent et à la pluie, pour redevenir le petit tas d'énigmes qu'elle était avant qu'on en assemble les fragments.
    Je n'ose imaginer le temps passé à ce bizarre travail... Sur l'un de ses chevalets de fil de fer, au fond d'un square obscur, le photographe aux carrés de papier a même accroché son appareil photo - de papier lui aussi : trois morceaux scotchés du dessin stylisé d'un vieux compact argentique - un ancien Kodak, par exemple, ou bien un antique Contax, un Fujica gainé de simili-cuir...
 
 appareil-photo-monsieur-O.jpg
 
    J'ai regardé cela d'abord avec un peu de dédain. Et puis je me suis dit qu'il n'avait pas tort, ce curieux monsieur O. Car la photographie, finalement, n'est rien d'autre : l'art minutieux de découper le monde immense, le monde entier, en une multitude de petits carrés ou de petits rectangles.
    Afin, sans doute, que chaque petit carré, chaque petit rectangle, détaché, solitaire, humble fragment du tout, se révèle être lui-même un monde.
   En tout cas le monde - le monde immense, le monde entier -, ainsi découpé, encadré, recadré, se révèle très différent de ce que l'on croyait. Alors, étonné, on s'approche : "Tiens, mais qu'est-ce que c'est donc ? " On regarde, on se demande... ah ça mais ça alors c'est bien beau que c'est laid c'est bizarre que c'est drôle je n'aurais jamais cru ah vraiment c'est si... Peu importe : on regarde, on ne passe pas tout de suite son chemin, comme on le faisait jusque là.
    Et c'est bien l'essentiel. 

Publié dans Fables

Commenter cet article

Balladine 27/02/2013 10:17

Une découverte intéressante que ce Monsieur O et ses photos vues sous un autre angle.

Catheau 26/02/2013 18:04

Comme dans Blow up, scruter la photo et y découvrir l'inconnu.

PHOTOGUS 25/02/2013 04:43

Personnellement il m'arrive souvent de confondre mon appareil photo et une paire de ciseaux. Par ex : http://photogus.over-blog.fr/article-mot-lu-112350674.html

armide+Pistol 23/02/2013 16:29

Les petits carrés nous permettent de remarquer ces petites choses de la vie auxquelles nos yeux n'auraient pas prêté attention.

dominique 21/02/2013 16:38

bien interessé par cet article. l'idée que la photo est découper tout en petits bouts, est vraiment à méditer..

Lorraine 21/02/2013 12:02

On traverse souvent le monde avec distraction, persuadé de bien le connaître. Mais il suffit en effet, Carole, qu'un artiste l'éparpille sur les grilles de la ville pour qu'il prenne un autre sens,
questionne, étonne.Et nous fasse prendre un autre chemin, l'espace d'une minute, nous apprenant peut-être à mieux "regarder".
Lorraine

Joëlle Colomar 21/02/2013 10:23

Le besoin de s'exprimer donne des idées inattendues. Bonne journée Carole. Amitiés. Joëlle

Nais' 20/02/2013 21:10

Bonsoir Carole,
Joli... J'aime ton point de vue, tu as raison : c'est essentiel de capter le regard, de faire s'arrêter les passants !
Bises, bonne soirée

almanitoo 20/02/2013 20:33

Mais je vais de ce pas chercher cet illusionniste!
Bonne soirée Carole.

Cardamone 20/02/2013 20:06

"Car la photographie, finalement, n'est rien d'autre : l'art minutieux de découper le monde immense, le monde entier, en une multitude de petits carrés ou de petits rectangles." J'aime beaucoup -
mais alors un puzzle toujours inachevé?

Carole 20/02/2013 21:18



toujours, oui... 



Nounedeb 20/02/2013 18:31

Ronron. :)

Mansfield 20/02/2013 18:31

Découper le monde pour mieux le regarder, une idée fabuleuse! C'est un peu prendre le le temps de s'analyser soi-même!

Valentine :0056: 20/02/2013 16:24

Tu as raison ! Prendre des photos, c'est bien sélectionner de petits carrés ou de petits rectangles à travers le monde ! Joli texte encore - et curieux photographe, tout de même...

photogus 20/02/2013 08:41

Vive la photo-philo ! Entre autres ...

Carole 24/02/2013 12:11



Merci pour cette formulation : elle me convient, et, l'avouerai-je ?  elle me flatte un peu ! Disons que la "photo-philo", c'est une tentative, il y a aussi la "photo-poème" et la
"photo-récit"...



Richard LEJEUNE 20/02/2013 08:33

Intéressant que vous publiiez cette réflexion le même jour que, dans mon article hebdomadaire, je faisais aussi allusion à la façon de porter le regard sur les pièces exposées au Département des
Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre ...

Et le commentaire que vous y avez laissé fait remarquablement le pont entre vos propos et le début des miens, hier sur mon blog ...

Vous ne verrez, je présume, aucun inconvénient à ce que, dans ma réponse, je renvoie à votre présente intervention ?

Carole 20/02/2013 20:08



Oui, j'ai lu votre article alors que je venais de terminer le mien, d'où mon commentaire.


Aucun inconvénient, bien sûr... la convergence est frappante, c'est certain.



almanitoo 20/02/2013 07:56

Bizarre! qui est la personne sur la photo? une ex petite amie qui lui aurait brisé le coeur?
Il semble découper et reconstituer une histoire pour peut-être la recommencer indéfiniment...

Carole 20/02/2013 20:18



Et il aurait découpé la femme en morceaux ? comme mon illusionniste ?


Une petite histoire que j'ai écrite un jour :


"L’illusionniste


Après avoir coupé en trois morceaux sa partenaire, il s’était enfui avec l’une d’elles.


Il avait voulu partir avec celle qu’il aimait, avait-il expliqué plus tard à la police, lorsqu’on les avait retrouvés tous deux dans un petit hôtel de province."


Voilà, c'était la séquence "nonsense", un genre que je ne montre pas trop sur ce blog...



jamadrou 20/02/2013 06:20

J'aime bien le travail de Mr O, j'aime bien tes déductions.
En lisant ton texte, à droite de ton écrit du jour défilent des info et il y a "le calendrier": minutieux découpage en rectangle du mois de février avec en noir mais sans nombre le rectangle noir
du jour.
"le temps de février ainsi découpé encadré se révèle avec toutes ses info: des chiffres, des nombres verts ou ou noirs (si tu écris, si tu n'écris pas...) et le jour qui s'ouvre en noir: trou
ouvert sur la journée qui commence avec un article de Carole.
Cette journée ne sera pas noire elle aura les couleurs que je vais lui donner en ne la prenant pas avec dédain, en ne la prenant pas avec indifférence mais en la prenant avec un regard affuté,
disponible, heureux, un regard tourné vers le presque Rien qui sera le presque Tout, l'Essentiel.
PS.Je n'avais jamais regardé ton calendrier,là,à droite.)
Merci Carole et que ta journée t'offre de belles couleurs JD

Carole 20/02/2013 20:14



Le calendrier, c'est une option overblog qui me "stimule" un peu : nulla dies sine linea !


Tu a désactivé ton site ? C'est le message que j'ai eu en essayant de m'y rendre.


 



Hélène Carle 20/02/2013 00:31

L'essentiel découpé en pixels?

Hélène*

Carole 20/02/2013 20:13



On peut aller jusque là, car le pixel est l'ultime "carré".



Anne-Marie 20/02/2013 00:13

Et d'ailleurs, dès qu'on se promène avec un appareil photo, on est davantage dans l'instant, on a le regard affuté, l'âme disponible...

Carole 21/02/2013 00:07



C'est, je crois, un effet du "viseur", véritable "machine à voir"... Souvent je m'en sers, rien que pour mieux regarder, sans même prendre de photo.



zadddie 20/02/2013 00:10

la vie :un tas d'images donc..., un tas de perceptions..

Carole 20/02/2013 20:02



un petit tas qu'on essaie de mettre en ordre... un puzzle, toujours incomplet.



jill bill 19/02/2013 23:45

Bonsoir Carole... Monsieur O a su capter le regard du passant, un passant qui par ses habitudes ne voyait plus rien en pressant le pas.... Merci... !

Carole 21/02/2013 00:06



Il a essayé, du moins...