L'ancien et le nouveau

Publié le par Carole

52-copie-1.jpg
 
 
Le numéro avait longtemps rouillé sur son vieux mur, alors on l'avait remplacé par un plus neuf, sur le ciment refait. Un plus pimpant, un plus fleuri...
Il n'en savait pas plus long, le nouveau, que l'ancien, et il disait même chose à peu près.
Mais il plaisait davantage. Puisqu'il était tout neuf.
Et puis il a vieilli, à son tour, un tant soit peu, le nouveau.
Même il est devenu, saison après saison, sans bien savoir comment, tout à fait désuet. Un peu penché, et craquelé. Si bêtement fleuri, vraiment commun, et si daté.
Il ne s'en doute pas, le nouveau, mais déjà on y pense, à le remplacer. Par un plus neuf. Qui n'en dira pas plus long. Mais qui plaira, bien davantage.
Et voilà. C'est comme ça.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Nous sommes donc des numéros nous aussi qui vieillissent .......tout doucement.
Répondre
M
L'ancien avait son charme...
Répondre
M
Et un azulejo est lisse et ne s'effritera pas, je crois.
Répondre
C


Il y a une ressemblance, dans les couleurs, c'est vrai.



M
La beauté du nouveau c'est aussi qu'on dirait un azulejo.
Répondre
C
Le crépi du 52 tout neuf tombera aussi mais le tuffeau taloché du vieux 52 demeurera...
Répondre
Z
Je me suis fait la même réflexion que celle de Joelle
Répondre
C


Et c'était bien mon (arrière-)pensée...



G
comme nous ce ne sont que des numéros
Répondre
L
Et passe le temps, et passent les saisons, et passent les modes...Quand on vit longtemps, on voit surgir de "nouveaux" fauteuils qui, soudain vous font dire: "Mais j'avais le même en 1950!...".
Peut-être, un jour, l'ancien numéro rouge s'étonnera-t-il d'être soudain au goût du jour...Ce ne sera plus lui, mais un autre, tant pis!
Merci, chère Carole,
Lorraine
Répondre
N
Ne dit-on pas: "Un clou chasse l'autre"? :)
Répondre
J
Ton article me fait penser aux employés âgés que l'on met au rebut parce que les jeunes c'est mieux et c'est comme çà ! Amitiés. Joëlle
Répondre
M
Tiens tiens, ce qui est au goût du jour passe évidemment, la roue tourne, il faut la laisser faire et ne pas se prendre dans ses rayons!
Répondre
A
Mais les propriétaires ont dû avoir des scrupules au moment de se débarrasser de l'ancien puisque, finalement, ils l'ont gardé...Peut-être les deux numéros, quand on a le dos tourné dialoguent
entre eux, comparent leurs expériences,l'un racontant sa jeunesse enfuie l'autre se plaignant de ses rides qui commencent déjà à apparaitre....
Répondre
R
Et encore, avec l'arrivée d'un éventuel troisième, seront-ils tous deux heureux de se "reconnaître" car, parfois, c'est un numéro résolument autre qui se présente ...

Quelle déception cela doit être pour eux d'être ainsi jetés aux oubliettes de l'histoire locale ...
Répondre
A
J'ai tendance à croire que le second, le fleuri,et tous ceux qui le remplaceront, vieilliront plus vite que le tout premier, démodé peut-être, mais solide...
Répondre
J
Le titre me fait penser à Testament, demain l'autre aura droit à son auréole de mousse aussi...
Répondre