Hirondelles

Publié le par Carole

hirondelle.jpg
 Ecole maternelle de l'avenue de la Gare - Selommes
 
Enfants de ce village, vous vous envolerez.
Comme les hirondelles vous quitterez le nid un matin froid pour aller bien plus loin, au bout de votre route d'oiseaux.
Alors, écoutez bien : emportez avec vous un grain de terre, un coin de pierre et un brin d’herbe, gardez-les dans vos cœurs bien profond comme au creux d’un jardin, laissez-les grandir en secret jusqu'à ce qu'ils forment le sentier sous vos pas, la maison devant vous, et la clé dans vos doigts.
N’allez pas oublier ce que je vous dis là,
dans votre grand désir de voir le monde,
n’allez pas partir l’âme vide,
n’allez pas perdre le chemin,
n'allez pas risquer de trouver porte close.
 
Un jour vous reviendrez,
ce sera peut-être seulement en rêve,
mais vous reviendrez.
Vous reviendrez car on revient toujours à son enfance,
je vous le dis, moi qui ai été enfant
ici,
tout près
dans la maison fermée,
dans le jardin ruiné
que vous voyez mourir au bout
de l'avenue des vieux tilleuls.
Dans la demeure voisine,
où n’entrent plus que
la nuit
et les longues araignées d’ombre
qui filent et tissent
la toile pâle de ma mémoire
où se prennent, insectes lents toujours vivants,
les mots enfuis, les paroles d'avant.
 
 
Je vous le dis, moi qui reviens, souvent,
jouer dans le jardin fleuri,
rêver sur le balcon verni,
et lire, l'été, à la fenêtre,
dans le grand fauteuil rouge,
les livres d'autrefois,
tandis que glissent sous le toit
les jeunes hirondelles.

Publié dans Le village : Selommes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Danielle Risse 15/08/2012 17:26

Bonjour Carole
un écrit qui me parle en ce moment....j'ai un manque de mes enfants....

merci pour ce texte partagé
amitié
Danielle

suzâme 14/08/2012 20:28

Comme j'aimerais que ta prose si profondément déclarative lorsqu'elle s'adresse en particulier à tous les enfants qui se métamorphosent un jour, à tous les enfants que nous resterons toujours, soit
partager partout où la souvenance nous murmure le mot "retour". Suzâme

Plume 14/08/2012 20:15

Une bouffée d'enfance, une immersion dans les racines et ces voeux adressés aux plus jeunes de toujours garder en mémoire les repères des difficultés vaincues et des paradis perdus .
Merci Carole pour ces paroles fortes et poétiques .
Bonne soirée, bisous, Plume .

Quichottine 14/08/2012 10:46

On y revient, c'est vrai... avec dans la tête ce que les années ont fait de nos souvenirs d'enfance.

Notre regard a changé, mais, pour ne pas ressentir la mélancolie des jours passés, on ferme à demi les yeux et l'on repeint le monde de nos couleurs d'enfant.

Passe une douce journée.

Je suis navrée d'être aussi peu présente, mon mois d'août est un peu trop exigeant...

Nounedeb 14/08/2012 09:38

Te lire. Rêver. Encore une fois tu nous prends dans la toile pâle d'une agréable nostalgie.

Gérard 13/08/2012 23:26

Contrairement aux hirondelles ton talent n'a pas de saison

Hélène Carle 13/08/2012 22:42

Des paroles dorées de miel aux douces alvéoles d'un jadis encore vierge.
Des odeurs d'enfance coulant tendrement en cire de cierge.

Ce texte s'est allongé sur ma balancelle et je n'ose le déranger.

Hélène*

Cendrine 13/08/2012 19:35

Bonsoir Carole,
Guidée par ta plume magique, je viens d'accomplir un merveilleux voyage dans la ronde du temps. Je souhaite que tant de petits coeurs qui grandissent suivent tes conseils poétiques et avisés et
gardent ce lien si précieux avec leurs racines, les amers de leur passé...
Ces hirondelles qui voyagent et reviennent à leurs premières nichées sont les gardiennes et les initiatrices des souvenirs d'enfance. Merci beaucoup pour ce superbe texte (le passage avec les
araignées est une merveille...)
Très bonne soirée, bisous
Cendrine

jill bill 13/08/2012 18:13

Bonsoir Carole.... Si en réalité l'occasion ne se présente pas, plus, le rêve alors peut prend le relais... école maternelle, faire ses débuts éloigné de maman et un jour quitter tout, car
l'oisillon est devenu hirondelle ! Merci...