Une ville que traversent les hérons

Publié le par Carole Chollet-Buisson

heron-4.jpg
- Nantes- Jardin des Plantes -
 
Levez la tête, vous verrez passer les hérons. Minces fuseaux de brume, bec accroché au vent, pattes ramant le ciel, filets gris de nuages naviguant à travers la pluie, ils glissent d'une rive à l'autre. A l'île Héron ils vont nicher. Tout le jour, d'île en île, de bateau en bateau, par les routes de l'eau et les routes du ciel, ils traversent la ville qui croit les ignorer dans son fracas de ville, mais qui ne vit, qui ne rêve, qui ne s'apaise et ne se pose que du long frôlement de leur aile, là-haut.
 
Un lieu se connaît par ses oiseaux. Dans mon village autrefois il y avait toutes ces tourterelles. Elles berçaient les soirs de leur "rou rou rou" tranquille comme une chanson douce, elles posaient sur les heures leur lent frou frou de soie et d'éventail. Plus tard, j'ai vécu dans un hameau hanté d'hirondelles rapides comme de courtes flèches et de faucons hiératiques.
Ici, c'est une ville qui rêve dans ses eaux et ses îles, c'est une ville que traversent les hérons.
 
De lieu en lieu, et de ciel en ciel, nous voyageons comme les oiseaux, portés par les nuages, au-dessus d'un monde plein de reflets.
 
Tout à l'heure, j'ai croisé boulevard Jules Verne un jeune Japonais. Il portait une lourde valise. Dans le regard une tristesse mêlée de légèreté, une fragilité prête à devenir force.
Brusquement j'ai pensé à toi. A toi étranger là-bas. Comme lui.

Publié dans Nantes

Commenter cet article

adamante 10/06/2012 21:18

L'oiseau de passage (qu'il soit à plumes ou non), à Nantes, ville culturellement si riche, dont l'histoire fait rêver, trouvera peut-être la chaleur qu'il est venu chercher... alors ses yeux
pourront avoir un reflet moins triste.

Ici, j'entends les tourterelles et un merle des villes, musicien merveilleusement virtuose, qui enchante le printemps, même s'il pleut, s'il pleut...

Carole 11/06/2012 10:54



Les oiseaux sont un peu l'âme de nos villes, je trouve.



Voilier 08/06/2012 12:12

Une ville traversée par les Hérons, un écrit habité par l'émotion. Merci du partage, sur ce blog sans cesse traversé par le profond...

Voilier

Carole 08/06/2012 23:31



Merci Voilier, de ce souffle que tu m'apportes !



Gisèle Dalla Longa 06/06/2012 19:34

Bonjour,
Calligraphie aquatique exprimée avec sérénité par des canards qui comme les hérons....!
Tranquilité!
Bonne soirée Carole
Gisèle
Blog peintures:
dallalongagisele.over-blog.fr

Gisèle Dalla Longa 06/06/2012 19:06

Bonjour,
Calligraphie aquatique exprimée avec sérénité par des canards qui comme les hérons....!
Tranquilité!
Bonne soirée Carole
Gisèle
Blog peintures:
dallalongagisele.over-blog.fr

Carole 07/06/2012 23:50



Oui, c'était sans doute le mot "tranquillité" qu'ils écrivaient sur l'eau. Et aujourd'hui, ce fut le mot "bourrasques"...



Anne L S 06/06/2012 18:51

Oh, je crois que venant à Nantes, je ne verrais que son ciel et ses hérons dont j'aime le vol et la silhouette... Un petit clin d'oeil pour toi bientôt.

Carole 07/06/2012 23:49



Merci, Anne. Ici il y a même une "île Héron" - une île sauvage, inaccessible, sur la Loire.



Catheau 06/06/2012 09:59

Sous mon porche, chaque année reviennent les hirondelles, et les tourterelles roucoulent sur les toits. Merci de votre pensée pour ce jeune Japonais dans votre estampe japonaise.

Carole 06/06/2012 18:27



Merci Catheau d'avoir remarqué que c'était une composition "en estampe japonaise" - revue par les impressionnistes, peut-être...



jill-bill 06/06/2012 09:31

Bonjour Carole... Habitant près d'une rivière j'en vois passer en vol et même se poser en hiver lorsque la faim les tenaillent se servir dans mon vivier de koïs... J'en ai plus du coup ! Des
mouettes loin de la Mer du Nord, 50 kilomètres aussi... en quête de pitance dans les champs ! Hirondelles chaque année, je les attends nez levé ! Merci pour tes mots sur les choses de la vie....
jill bises

Carole 06/06/2012 18:26



Dans mon jardin aussi il y a une pièce d'eau, et un très très beau héron vient régulièrement attraper les poissons !



emma 06/06/2012 08:31

sur les photos les hérons sont presque translucides, comme des avions furtifs - les animaux autrefois "sauvages" viennent se nourrir dans nos poubelles, les goelands entrent loin dans les
terres...
http://www.dailymotion.com/video/x40b0i_les-loups-serge-reggiani_music

Carole 06/06/2012 18:25



Tu sais, Emma, ici nous avons aussi des avions qui traversent la ville ! Je préfère les hérons !!


Toute plaisanterie mise à part maintenant, je pense que la présence forte des hérons s'explique par l'abondance des rivières, étangs et marécages de la région. Ce sont les cormorans qu'on accuse
de tous les maux ici. Par ailleurs si les animaux sauvages se rapprochent tant de nous, n'est-ce pas aussi parce que nous mordons de plus en plus sur leurs territoires sauvages, nous les hommes ?



Nounedeb 06/06/2012 06:23

Une ville traversée par les hérons; une ville où circulent, et tes textes le montrent, de grands vols de poésie.

Carole 06/06/2012 18:23



Oh merci, Nounedeb, c'est trop ! 


Mais tu as raison tout de même : c'est une ville très "poétique". 



Hélène Carle 06/06/2012 02:59

Ces grands hérons, longs points d'interrogations, couleur bleu question!

Hélène*

Carole 06/06/2012 18:22



Très beau commentaire, auquel j'ajouterai : les ailes comme deux virgules, deux pauses sur le souffle du vent.



zadddie 06/06/2012 01:16

Beau poème. L'étranger cher à ton coeur a du le recevoir

Carole 06/06/2012 18:19



Je ne sais pas, Nathalie. C'est mon fils, cet étranger.



Gérard Méry 05/06/2012 23:50

On en voit de plus en plus des hérons je ne sais pas pourquoi

Carole 06/06/2012 18:19



Ici à Nantes il y a beaucoup de rivières, d'étangs, de marécages aussi. La présence des hérons s'explique donc facilement. A Tours, il y a la Loire et le Cher.