L'abeille

Publié le par Carole

abeille-5.jpg
 
Je travaillais au jardin dans le thym,
une abeille tout près jardinait la lavande.
 
Moi, j'arrachais la mauvaise herbe, triant, jugeant et condamnant,
elle, de chaque fleur saisissait le meilleur, pour en tirer le miel.
 
Je pensais en humain,
elle cultivait en sage.
 
Je me penchais vers la terre,
elle s'est envolée vers le ciel.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Les "mauvaises herbes" sont de plus en plus appelées "adventices", elles qui n'ont rien de mauvais ne serait-ce que par notre regard. Je les laisse maintenant de plus en plus au jardin, telles les
horties dans un recoin, quelques chardons, et le trèfle que les abeilles adorent.
Répondre
C


Oui, il ne peut y avoir de "mauvaises herbes" que sous le regard conquérant des hommes, qui exploitent la nature à leur seul profit. C'était l'un des sens de mon billet. Mais il est vrai que les
esprits évoluent. Merci, Balladine.



L
Quel résumé étincelant de cet instant qui passe! Cette abeille qui "jardinait la lavande", je ne l'oublierai pas. L'humain que nous sommes reçoit quelquefois des révélations minuscules qui aident à
vivre mieux.
Répondre
C


Merci pour ce commentaire qui me touche. Dans la nature s'écrivent tant de leçons, aussi minuscules qu'essentielles.



S
Ton texte suggère une belle méditation. Ton interprétation révèle la sagesse de la nature.
Répondre
C


Merci, Suzâme, à bientôt.



C
Dans le parfum de la lavande, une autre respiration !
Répondre
C


La respiration minuscule et désormais si fragile d'une abeille. Merci, Catheau



N
Et cependant une petite vibration de fraternité qui a fait le poème.
Répondre
C


Jardiner côte à côte, cela crée des liens...



P
Une répartition des tâches dans la cohabitation harmonieuse ... tu es ce jardinier pour l'attention portée aux racines et cette abeille qui emporte les rêves sucrés ... une bien belle dualité .
Douce journée Carole, Plume .
Répondre
C


Merci, Plume, c'est un beau commentaire, sage et harmonieux.



R
Ce qui est métaphysiquement intéressant dans la Nature, c'est que tout être, du plus infime au plus imposant, du plus actif au plus contemplatif, a un sens, une utilité évidente ou celée, une
raison d'agir et/ou de penser qui justifie pleinement sa présence.

Tout être a une finalité ...
Répondre
C


Exactement. Aussi la prééminence que s'est arrogée l'homme moderne est-elle un grave manquement à cette loi, qui est celle de l'équilibre et de l'harmonie.



G
...j'allais dire chacun son boulot Carole..attention au coup de soleil. ..demain direction la Vendée.
Répondre
C


Chacun à sa place,mais les "jardiniers" humains sont devenus un peu envahissants sur cette vieille terre... bonnes vacances en Vendée.



J
Trier, juger et condamner ...
C'est aussi cultiver en sage, pour permettre l'envol vers le ciel !
Répondre
C


Je penche toujours vers l'indulgence et le pardon, pour ma part...



H
Les sages nous entourent et il faut l'être un peu pour avoir su le saluer!

Hélène*
Répondre
C


Il faura encore que je progresse, tout de même... Merci, Hélène.



J
Bonsoir Carole.... De la reine à la plus modeste elle y trouve tout bonheur... nous comme tu dis ! Merci...
Répondre
C


Oui, ces deux jardiniers que sont l'homme et l'abeille se ressemblent, et pourtant s'opposent... symétrie. Mais l'un détruit, exploite tout à son profit, pas l'autre...