Fraternité

Publié le par Carole

fraternite-5-recadre.psd.jpg
    "Soi-même comme un autre", Paul Ricoeur
 
 
    Je ne sais plus dans quel village nous nous étions égarés, par cet après-midi froid et gris. C'était après Angers... une erreur, une déviation peut-être nous avait entraînés là, après un lacis de petites routes. Et brusquement nous avions rencontré cette enseigne de carrelage, au fronton d'une vieille maison. C'était bon de s'être enfin retrouvés...
 
    Fraternité, tu es le dernier mot de la vieille devise, le moins souvent cité, le moins aimé, mon préféré pourtant.
    Au nom de Liberté on a écrasé tant de vies.
    Au nom d'Egalité on a opprimé tant d'existences.
   C'est qu'on t'avait toujours oubliée, toi, douce Fraternité, qui donnes sens à tout, qui es le fondement de toute véritable liberté, de toute égalité humaine. Toi qui partout invites douceur et compassion, partage et attention. Toi sans qui cruauté, voracité, rapacité auraient toujours le dernier mot.
   A petits pas, carreau après carreau, hésitants et modestes, les hommes te dessinent, te cimentent et t'assemblent. Parfois, il faut, comme on le peut, recouper, colmater, recoller les carreaux, pour que chaque lettre ait sa place. Mais tes grands T vigoureux sont larges et solides comme ces tables hautes et bleues, à la terrasse des cafés de campagne ou de faubourgs, où l'on s'assied pour prendre un verre ensemble, après le dur travail - en frères partageant la peine et la boisson - et goûter un moment cette paix, cette joie de savoir qu'en un monde bien rude où tant de vies s'égarent, on n'est vraiment soi-même qu'en compagnie d'autrui.
       Soi-même comme un autre, tout simplement.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Erato :0059: 04/03/2013 18:44

J'admire ton regard et tes mots et ne peux rien ajouter , mon esprit est en harmonie avec ton billet.Douce soirée, bises Carole

Cardamone 04/03/2013 13:32

Merci Carole de ta belle réponse. J'en discute avec toi comme avec moi-même : j'aime tant ta vision de la fraternité, j'ai tendance moi-aussi à m'en bercer et c'est si bon mais en même temps...
Une fraternité pure et si parfaite qu'il semble improbable d'en faire l'expérience? C'est beau, mais je préfère peut-être finalement la fraternité incarnée parfois très fatigante de mes enfants qui
se chamaillent, mais si intense et si vivante...
Je t'embrasse. Imparfaitement maladroitement insuffisamment fraternellement
C@rd@mone

Hélène Carle 04/03/2013 00:03

Être l'autre. Lorsque chacun sera l'autre alors le Ensemble prendra son premier respir. Et la vie aura un grand sourire.

Hélène*

Cardamone 03/03/2013 23:36

Très beau texte qui me fait vibrer. Un doute quand même - sans doute lié à mon mauvais esprit (et à mon désespoir de mère à voir en mes enfants que la fraternité n'est pas toujours ce que j'en
rêve!!!). Si la Fraternité nous semble si dénuée de mauvais penchants, de dérives destructrices, n'est-ce pas avant tout parce que la place qui lui est faite chez l'homo economicus est toute
petite, parce qu'elle nous manque cruellement et que ce qui manque est plus facilement auréolé de perfection? Si on l'avait en excès peut-être aurait-on du mal à respirer, peut-être rêverait-on
d'un petit peu d'individualisme???? Peut-être qu'il faudrait aimer les 3 de la devise de la bonne façon, leur trouver leur juste place- soi-même comme un autre (j'adore ces mots), cela m'évoque une
fraternité qui se sait liée à un désir d'égalité, une fraternité qui connaît aussi le besoin d'intimité et sait laisser à l'autre sa liberté... Rousseau définissait l'égalité comme le fait que «
nul citoyen ne soit assez opulent pour en pouvoir acheter un autre, et nul assez pauvre pour être contraint de se vendre » - nécessaire à la fraternité comme à la liberté?

Merci de m'avoir fait rêver aux principes de notre République Carole! Bonne semaine.

Carole 03/03/2013 23:50



Oui, je crois qu'il faut joindre les trois mots, liberté, égalité, fraternité, et les aimer tous les trois, mais que le "ciment" est tout de même fraternité... mais je l'ai déjà écrit. Un idéal
lointain, certainement, et à toute époque, plus que perdu, car le fait de voir de près la laideur de notre époque ne doit pas nous faire idéaliser le passé. On étoufferait si on l'avait en excès
? mais non, ce n'est pas possible, car la fraternité implique le respect de l'autre et de sa liberté :"soi-même comme un autre". Mais je crains qu'on ne puisse en faire l'expérience, car c'est un
sentiment si rare, si délicat à cultiver qu'on ne le rencontre pas même nécessairement dans les "fratries", en effet, si souvent déchirées.


Merci de ce long message. heureuse que mon petit texte t'ait fait aussi longuement réfléchir. A bientôt, Cardamone.



Nais' 03/03/2013 18:36

Bonsoir Carole !
Ah la fraternité... Quel mot à la fois proche et si lointain de nous. Facile à appliquer avec des gens qu'on aime, mais moins simple dans la vie de tous les jours.
Magnifique !
Bises, bonne soirée

Catheau 03/03/2013 18:24

Chère Carole, que j'aime vos tentatives de déchiffrement du monde !

Nounedeb 03/03/2013 16:52

re- J'ai des pbm de messagerie, aussi c'est par ce chemin que je voudrais te demander l'autorisation de lire en public ce texte, en te nommant bien sûr, lors d'un prochain café philo dont le thème
est la tolérance. La tolérance ne serait qu'une étape l'idéal de fraternité.

Carole 03/03/2013 17:38



Bien sûr, Nounedeb, j'en serai très heureuse ! La fraternité, est, je crois, le sentiment humain le plus vrai, et le seul qui préserve les vertus de devenir des vices (j'avais écrit aussi à ce
sujet l'année dernière "le cristal des vertus", qui était inspiré de mon maître Vladimir Jankelévitch,http://carole.chollet.over-blog.com/article-le-cristal-des-vertus-105638519.html ).



Nounedeb 03/03/2013 16:40

De texte en texte, tu nous conduits sur ton fraternel chemin.

Lorraine 03/03/2013 10:24

La Fraternité trop souvent bannie au nom de l'Egoïsme, semble peu à peu reprendre du poil de la bête en ces temps de crise. Alors qu'aucun lendemain n'est assuré, je me réjouis chaque fois qu'à la
télé des exemples de "Fraternité" nous confirment que l'entraide existe, que l'amitié agit, qu'il est partout dans le monde des hommes de bonne volonté...et je te remercie pour ce billet tellement
juste, chère Carole,
Lorraine

jill bill 02/03/2013 20:05

Bonsoir Carole, je n'aurais mieux dit sur ce mot qui devrait réunir les hommes, merci...

Valentine :0056: 02/03/2013 19:50

Un magnifique hommage à cette qualité qui en effet, est bien la principale et la plus importante pour nous permettre de vivre ensemble.

M'amzelle Jeanne 02/03/2013 19:42

Combien j'aime te lire chère Carole.. ce texte est magnifique. Oui, aimez l'autre comme son frère.. en toute simplicité.. sans s'imposer.. sans attendre !
Merci.

Mansfield 02/03/2013 19:37

Un mot essentiel, pour un cadre de vie le plus enrichissant possible: fraternité et échange parce qu'effectivement nous ne sommes nous-mêmes que dans le partage, merci Carole