For ever

Publié le par Carole

demy-3.jpg.psd.jpg
 
Dans la sombre rue de l'Ancienne-Monnaie, pour la courte saison du Voyage à Nantes, on a accroché, en hommage à Jacques Demy, ce beau drapeau qui flotte au vent.
"Demy for ever", dit-il sur fond d'hermines bretonnes et de couronnes ducales. "Demy for ever", dit-il sur fond de Peau d'âne et de rue triste. "Demy for ever".
Le vent joue avec l'étoffe légère à écrire d'autres mots, des phrases brèves qu'il efface aussitôt : "Demy  fever", " Deny for ever", "My fiddler", "Dey order" - cela veut dire beaucoup, ou rien du tout, qu'importe.
Quand on passe, et qu'on lève la tête, on voit marcher ensemble le ciel, les nuages, et l'âne gris qui broute aux vieilles fenêtres.
 
J'aime ce drapeau qui dit l'éternité de l'artiste avec le vent qui va et le tissu fragile, avec ce petit âne habillant d'ombre le grand corps lumineux de la beauté, avec ces mots qui remuent et frissonnent, et que chacun relit à sa façon.
J'aime ce drapeau, posé dans une rue grise et laide où l'on ne passe guère, et qui bientôt, terni et déchiré, s'effacera dans les tempêtes et les orages, mais qui nous dit pourtant, "for ever", de regarder là-haut.
 
"For ever", artistes qui travaillez pour nous, vous êtes les passants de nos vies, les brassées de nuages et les prairies d'azur croissant au-dessus de nos toits, les princes solitaires en robes d'âne et en habit de rien, allant comme le vent par les rues grises où nul ne songe à vous, à moins qu'il ne lève, parfois, la tête vers le ciel.
Vous êtes peu de chose, le temps vous malmène et disperse vos noms, pourtant vous vous tenez pour toujours au-dessus de nous quand nous marchons sans vous voir. For ever.

Publié dans Nantes

Commenter cet article

Catheau 11/07/2012 13:53

L'artiste en peau d'âne : hélas, il ne l'est que trop souvent !

adamante 18/06/2012 22:01

J'aime beaucoup ton dernier § sur les artistes, et ta photo est superbe. "For ever", oui, le temps d'une vie...
Amitié Carole.

Carole 19/06/2012 18:34



Merci, Adamante. C'est un petit moment de découragement, alors que je passais dans cette rue, qui m'a inspiré la "vision" et le texte aussitôt formé...


Un article un peu mélancolique, je le reconnais - mais le drapeau flotte toujours, là-haut.



dame de choeur 16/06/2012 19:39

bonjour , je suis passée chez Amaryllis et pardonne mon indiscrétion mais j'ai vu ton com sur l'opéra , il ne pouvait pas y avoir ce genre de concert à nantes car l'opéra est en travaux !!! Je suis
artiste du choeur dans la maison et nous travaillons tout de même avec le bruit des perceuses et autres machines à démollir ce n'est pas toujours facile ;-( !!! Bonne soirée

Carole 16/06/2012 19:43



Oui, je ne le savais pas à ce moment-là (c'est déjà un com ancien), mais je suis passée Place Royale plusieurs fois ensuite et j'ai vu les échafaudages. Dond j'ai compris en voyant l'ampleur des
travaux. Les conditions de travail doivent être difficiles en effet.


Merci de ta visite, ça me fait plaisir de parler à une "dame de choeur", même si je vais plus souvent aux concerts de l'ONPL qu'aux spectacles de l'opéra.



mansfield 16/06/2012 13:38

Une belle réflexion le nez au vent sur la condition d'artiste et un hommage à un réalisateur qui savait nous faire rêver.

Carole 16/06/2012 22:47



"Le nez au vent", j'aime bien ton expression. C'est ainsi qu'on voit le mieux, non ?



joelle.colomar.over-blog.com 16/06/2012 10:04

Sans les artistes, comme la vie serait triste ! C'est eux qui mettent du piment dans nos vies et qui viennent nous remettre en question. Très bel hommage ! Joëlle

Carole 16/06/2012 22:46



Dans nos vies ils mettent plus que du piment, je dirais qu'ils sont le sel de la terre...



emma 16/06/2012 09:37

excuse d'abuser des références, mais ce que tu écris fait toujours écho à ce que nous avons dans le coeur...

http://www.youtube.com/watch?v=3qWN3JA2vv0&feature=player_embedded
http://www.youtube.com/watch?v=Yt56Fwym6Cw

Carole 16/06/2012 22:41



J'adore les références, Emma, merci, je vais voir.



jill bill 16/06/2012 06:19

Très bel hommage à ce cinéaste Carole... très bel toi qui sait lever le nez sur les choses et les gens... Bon samedi à toi...

Carole 16/06/2012 22:40



Merci, Jill, ton commentaire me touche beaucoup.



Hélène Carle 16/06/2012 00:08

Que disparaissent les rainettes et tranquillement le monde meure.
Que meurent d'un coup tous les artistes et brusquement le monde disparaît.

Hélène*

Carole 16/06/2012 22:40



Oui, mais justement ils ne peuvent disparaître. Car l'art est partout, et peut naître de presque rien.