Final destination

Publié le par Carole

    S'égarer place Viarme sur le marché des brocanteurs, c'est faire un parcours bien étrange.
 
    Plonger ses mains profanes dans le carton crevé où agonise en un petit tas de photos passées ce qui fut l'existence de Marie-Josèphe Augustine.   
 
Marie-Josèphe
 
 
    Regarder se mêler aux feuilles de l'automne les toiles méprisées par la postérité, et les voir rayonner, dans leur coin d'ombre, d'un doux éclat tranquille.
 
tableaux brocante
 
 
    S'étonner de retrouver, heureux et bavardant, posés près d'un fourgon tagué, les deux éléphants de bois, symboles d'éternité, qui ornaient le cosy depuis longtemps disparu de mes grands-parents. Remarquer le mot DREAM, sur la paroi souillée de la camionnette, écrit en lettres rouges qui bavent comme on pleure, et s'étonner encore.
 
éléphants brocante
 
 
    Méditer devant la naïve et vermeilleuse assiette où se célèbrent, en décalcomanies de roses tendres et vers luisants de mirliton, quarante-cinq ans d'amour à jamais ternis par la mort.
 
vermeil-copie-2.jpg
 
 
    Saluer au passage le beau Christ solitaire égaré au pique-nique des jardins de Brahma. S'amuser de cette (S)Cène incongrue. Se souvenir d'avoir vu chez le même brocanteur, posé sur la même table, un grand buste du général de Gaulle, entouré d'une foule de tasses à café et d'assiettes à dessert.
 
Christ brocante cène
 
 
    Compter les trois reflets de la poupée qui danse dans le rose, multiple et immobile, sur son unique pointe, avant que ne se ferme la boîte aux illusions.
 
danseuses
 
 
    S'égarer chez les brocanteurs, c'est triste et c'est cocasse. C'est parcourir en promeneur un grand tableau de vanité baroque, en savourant toute l'insolence d'une oeuvre de Duchamp. C'est traverser un grand cimetière des illusions et se laisser entraîner dans un vaste happening.
 
    Et puis, en s'en allant, on ne peut s'empêcher de jeter un dernier coup d'oeil sur l'étiquette effacée d'une malle qui bâille. A grand peine on déchiffre les mots pâlis et déchirés :
    "Final destination". Sans doute la seule morale à tirer du voyage.
 
final-destination-recadre.jpg

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Ronron.
Répondre
M
Il y a tant de vies dans ces objets de brocante que cela donne le tournis, merci de les évoquer pour nous, Carole!
Répondre
M
Je viens de lire ce bel article.. les commentaires sur la brièveté de ce qu'est la vie.. collectionner c'est l'ambition des vivants.. dans l'aù-delà nous n'emmènerons et nos descendants n'ont rien
à faire de nos lubies
Répondre
N
Belle visite guidée du marché des brocanteurs !!
Répondre
Z
une émouvante promenade..
Répondre
G
Les brocantes ce sont des albums de familles à part entière
Répondre
C
Cette nostalgique promenade dominicale me fait penser à ce que dit le collectionneur Antoine de Galbert : "Collectionner ne sert à rien [...] Il s'agit simplement d'une utopie qui nous fait
supporter la perspective du jour où il faudra de toute façon traverser le fleuve sans femme, sans amis, sans enfants, sans chiens et bien sûr sans objets... lesquels nous survivront." Merci,
Carole.
Répondre
C


Sagesse du collectionneur !



F
Alors là, BRAVO et MERCI Carole, je me suis régalée de ce joli parcours aux vieilleries qui n'en sont plus que jamais précieuses sous tes mots de poète!!J'aime lorsque les images et le texte sont
en osmose!! BISOUS FAN
Répondre
C


Merci Fan. A bientôt.



M
Ne rien posséder s'accepte comme on est mortel, ne presque rien transmettre est triste. Difficile à comprendre qu'on se déleste des photos de famille.
Répondre
C


C'était bien triste en effet, d'autant plus qu'une carte d'identité se mêlait aux photos. Toute une vie offerte aux mains indélicates des badauds...



M
La brocante est un monde qui m'est étranger... je ne comprends pas que l'on puisse se débarrasser ainsi de son passé, l'idée que des objets personnels puissent ainsi aller atterrir chez des
inconnus me donne une sensation de voyeurisme, d'invasion de la vie de l'autre... un sentiment de mal aise que j'ai du mal à définir clairement :?
Répondre
C


Oui, c'est toujours extrêmement troublant, ces traces de vie bradées sur les marchés. En tout cas cela fait réfléchir au peu de choses que nous pouvons "posséder" en ce monde, et à l'inévitable
"destination finale".



J
Ah pour qui aime faire ce genre de marché il y a de quoi trouver son bonheur du jour et... des souvenirs enfouis dans sa mémoire, merci...
Répondre
C


Bonheur du jour présent et nostalgie des jours passés...



A
Menus objets à l'image de ceux qui les ont aimés, tristes et drôles à la fois, qui nous font comprendre combien nos vies, assez similaires finalement, sont dérisoires.
Répondre
C


Toutes les vies finissent plus ou moins sur les brocantes. Il est bon de s'en souvenir.



A
Un voyage dans d'autres vies, d'autres rêves, d'autres souvenirs...
Répondre
C


Etrange voyage, où se mêlent "voyeurisme", impressions funèbres, et sentiment d'une vie qui continue, dans ces objets qui serviront à d'autres.