Envol

Publié le par Carole

livre-ciel-claude-Ponti.jpg
 
Voilà. C'est fini. L'exposition est terminée. On démonte aujourd'hui les beaux livres volants que Claude Ponti avait lancés dans le ciel du jardin des Plantes comme des albatros. On couche à terre les grands mâts qui les emportaient dans les airs. Voilà qu'elles gisent dans la boue, les vastes ailes chargées de mots, avant d'être embarquées dans ces lourdes caisses aveugles où l'on enferme pour toujours les expositions mortes.
Tant pis...
Sur les chemins qu'ont ouverts les oiseaux, toujours d'autres oiseaux repassent. Et lorsqu'un livre est allé une fois dans le ciel, toujours un lecteur y revient, tournant les pages qui s'en vont comme des nuages au voyage de la vie.

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Ils ont semé dans le vent des graines de bonheur qui vont germer dans le coeur des gens ! Amitiés. Joëlle
PS: personnellement, je trouve que les fils électriques ou téléphoniques ont une fonction merveilleuse mais je préfèrerais les savoir sous terre ( réponse à ton commentaire sur ma photo "
Rencontre" )
Répondre
Z
En lisant, j'avais l'impression d'entendre une comptine..je lis les commentaires et je sais pourquoi..
Répondre
C


Oui, un auteur pour les enfants. Et une exposition des plus originales. Peut-être que j'en montrerai d'autres aspects.



L
Quel beau ressenti, chère Carole! Tu as dit l'émotion, l'acceptation, le livre qu'on enferme, les pages qu'on relira, ou non...Le livre, ce sésame des bonheurs et des chagrins. Je lirai le mien
autrement, ce soir...Merci.
Répondre
C


Merci Lorraine. Je sais que les livres de ta biblliothèques volent haut et loin aussi.



A
Quelle belle image, un livre qui côtoie les nuages et les oiseaux, porteur d'un message de liberté et de rêves...
Je comprend ton désarroi de les voir enfermés dans les grandes caisses mais les livres restent pour toujours dans les têtes et dans les coeurs.
Répondre
C


C'est là qu'ils vivent, et revivent aussi !



M
Lire, écrire, c'est toujours s'enrichir même si les feuilles s'envolent, alors... Il en reste toujours quelque chose!
Répondre
J
Claude Ponti je découvre... le livre est un bel oiseau qui se pose de main en main, merci...
Répondre
C


Oui, moi aussi j'ai découvert au Jardin des Plantes. c'était une belle exposition très originale.



N
Tromboline, Foulbazar et autres poussins auraient prit leur envol?
Répondre
R
Ne pourrait-on imaginer que ces "grandes caisses aveugles" s'ouvriront tout bientôt sous de nouveaux cieux vers lesquels, épris d'une liberté toujours à reconquérir, ces livres de Ponti raviront
d'autres passants ?
Répondre
C


Une autre exposition ? Je n'en sais rien.



C
Un conseil :
Avant de pousser les livres à s'envoler, il faut les couver bien.
Répondre
C


Excellent conseil, que je retiens !



A
Comme Jamadrou, en tant qu'ancienne maîtresse d'école, je connais bien "l'Ecole des Loisirs" et Claude Ponti. Cet auteur a un univers fantastique très particulier dans lequel, pour ma part, j'avais
du mal à entrer...C'est une question de goût et ton article est quand même très beau..
Répondre
J
Claude Ponti...sa fille Adèle l'a beaucoup inspiré et moi ses livres je les ai beaucoup utilisés. J'ai élevé mes petits élèves avec ses histoires, "L'école des loisirs" mon édition préférée.
Ton article Carole est d'une très belle envolée. Merci.
Répondre
C


Merci Jamadrou, et merci aussi pour ton message si gentil - avec musique !