Encore une journée

Publié le par Carole

encore-une-journee.jpg
 
    Je passais devant un chantier. J'ai vu la main d'abord. Toute bandée de ciment, épaisse et rouge et comme réduite à quatre doigts raidis, elle montrait l'inscription sur la paroi de tôle : "Encore une journée". 
    Tout cela était si lourd, et si étrange aussi, que j'ai pris la photo. Partout des ouvriers casqués s'affairaient.
    Encore une journée, oui, encore une journée d'effort et de fatigue sur cette terre où sans fin les humains bâtissent et rebâtissent, poussant leur tâche comme un rocher de Sisyphe. Demain sera un autre jour, encore une journée à peiner, à tenir, à lutter - et à construire aussi. Car ainsi va la vie, d'un jour d'effort à un jour de fatigue, et d'un chantier à un autre chantier, dans l'immense travail des hommes.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Parfois une vie de lassitude et de perte d'espoir . Marcher comme un somnambule dans cette route sans fin qui est la routine , sans une petite fleur pour apporter un sourire.
Belle soirée Carole
Répondre
V
"Encore une journée" un décompte laconique qui peut aussi devenir une supplique, au soir de la vie ...
Un texte fort...
Répondre
J
Sans ce terrible travail, ils perdraient leur dignité. Que réclament-ils tous: garder leur outil de travail ne pas être à la charge de la société. Une cruelle réalité. Amitiés Carole. Joëlle
Répondre
C


un cruel paradoxe : le travail devient à la fois rare et dur. 



G
...encore une journée de passer ..il est temps d'aller dormir
Répondre
Z
oui encore une journée se dit on le matin, puis la plupart du temps, on se laisse prendre au jeu...mais quand même... Et le soir, "une journée de faite"...
Répondre
H
Je pense à mon père, ouvrier travaillant 24 heures sur 24. Souvent en le regardant partir sa boîte de métal, contenant deux repas, à la main ou sous le bras, je me disais ce sont eux les véritables
héros, ces hommes et ces femmes qui routine à routine enfilent le temps de perles de labeur. Ce sont eux les vrais héros du quotidien, plus solides et plus puissants que tous ceux que l'on montre
dans les films et les bandes dessinées.

Hélène*
Répondre
A
Elle est terrible cette main.
Autrefois les travailleurs manuels pouvaient tirer fierté de leur travail, mais de nos jours, les cadences et les boulots sans intérêt leur ont fait perdre leur âme, les réduisant à de petits
exécutants dévalorisés et souvent exploités.
Répondre
N
Bonsoir Carole !
Encore une journée oui, mais à quoi bon quand le travail est souffrance ? C'est difficile de se lever avec cette triste perspective, je sais bien cela... Heureusement pour moi c'est du passé.
Bises, bonne soirée !
Répondre
C


Oui, je suis heureuse pour toi !



M
Oui.. c'est très dur ces travaux de chantier.. Mais combien voudraient .. "Travailler encore.." comme la chanson de..? le dit si bien !
Répondre
C


C'est l'un des paradoxes de notre époque  : bien sûr je n'ai pas la solution - hélas !



V
Oui, comme tu le dis, et la photo est drôlement bien trouvée. Lutter, comme l'indique si bien le mythe de Sysiphe, c'est notre enfer sur terre.
Mais heureusement, les journées ne sont pas toujours aussi pénibles !
Répondre
N
Encore une fois, quel oeil! Etrange, cette main. On se demande si elle appartient à un homme vivant, ou si c'est un gant de caoutchouc, placé là intentionnellement pour désigner l'inscription.
Répondre
R
Et si, derrière ce symbole de fermeture que pourrait affirmer le grillage, la phrase nous était tronquée ?
Et si ce "OK" qui la précède n'était peint que pour nous faire comprendre que pour ce chantier, c'était "encore une journée" ... de grève qui commençait ?

Ce ne serait alors peut-être plus de la lassitude qu'il faudrait ici envisager, mais cet espoir qui parfois point à l'horizon de plusieurs journées de grève.
Parfois ...
Répondre
C


Votre interprétation est astucieuse. Toutefois le chantier était très affairé, très actif. Pas en grève au moment où j'ai pris lla photo du moins.



J
Bonjour Carole... de nos jours avoir un boulot c'est privilège mais dans certains cas pénibles c'est vivement la retraite ! Eh oui alors... encore une journée ! Merci...
Répondre