Chose vue

Publié le par Carole

Chose vue
Un jeune homme volubile et une vieille femme silencieuse.
C'était la première fois que j'assistais à un cours de fauteuil roulant.
Le jeune homme, vif et agile, tantôt se tenait debout et poussait le fauteuil de la vieille femme en lui donnant toutes sortes d'instructions sur son maniement, tantôt, assis comme elle dans le fauteuil, ramait comme elle en poussant les roues de ses mains fortes, poursuivant ses explications de sa voix chaleureuse de bon moniteur.
La vieille femme, lente et prudente, s'essayait avec hésitation, avançait à grand peine, et se taisait toujours.
 
Il m'a semblé, je ne sais pourquoi, voir un oiseau instruisant son oisillon, lui apprenant à quitter le nid et à voler, d'un trait de ses ailes nouvelles, à travers la lumière.
Je ne sais pourquoi, puisqu'en somme c'était le contraire - un être vieilli, souffrant, qui ne pouvait plus marcher et qu'un jeune éduquait à se suffire du nid et à oublier les envols.
Pourtant l'étrange pensée s'obstinait dans mon esprit : c'était comme un oiseau instruisant patiemment, sagement, son oisillon, pour le lancer, plein de courage, dans une vie nouvelle.
Peu à peu l'oisillon fragile prenait confiance, et la vieille femme s'enhardissait, souquait de plus en plus ferme, sur les hautes roues qui commençaien à obéir, et brillaient en tournant, de plus en plus rapidement, comme de petits soleils.
 
J'ai pris la photo alors que, le cours achevé, ils quittaient ensemble l'allée, pour revenir dans les bâtiments.
A l'instant où j'appuyais sur le déclencheur, la vieille femme avait déjà passé la porte et s'avançait hardiment vers l'obscurité. Curieusement, le jeune homme, si vigoureux et enthousiaste tout à l'heure, avait pris un peu de retard sur elle.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Vieillir, c'est apprendre l'humilité.
Répondre
C


Et cet apprentissage-là est si difficile.


Merci, Catheau, pour vos commentaires toujours si sensibles.



G
Je remarque que tu as le sens de l'observation très développé...il faut avec un APN
Répondre
C


Même sans APN Gérard, je crois qu'il est important de savoir observer. Mais toi, tu es un expert en ce domaine !



E
Très touchant ...... Je verrais plutôt , un oisillon qui redonne confiance à un oiseau plus âgé , par respect, amour, reconnaisance.
C'est la vie à double sens.
Beau regard plein de tendresse.
Douce soirée, bises Carole
Répondre
C


J'ai fait exprès d'inverser, Erato. J'ai mis "oisillon" là où on attendrait "oiseau", car la pauvre femme était le plus fragile des êtres, et le jeune homme prenait soin d'elle.


Mais à la fin du texte c'est elle qui en sait le plus long, elle a l'avance de sagesse que lui a donnée l'habitude de la souffrance, et elle a "grandi" aussi, grâce au jeune homme qui peut
s'effacer (comme les parents oiseaux quand leur petit vole).



E
oups... c'est parti avant que je ne termine!
Et fait peur en même temps... vieillir, ça me fait peur!
Répondre
C


Moi aussi j'en ai peur. C'est pourquoi hier matin, j'ai eu l'impression de recevoir une "leçon" moi aussi.



E
Cette image est belle, pleine de sens... et fa
Répondre
S
Qu'il est bon de te lire, de découvrir ton regard, ton intérêt pour autrui. Nous ne nous regardons pas assez de façon saine et constructive. Une leçon d'éducation à laquelle je ne m'attendais pas
qui me motive sur un autre plan... A bientôt. Suzâme
Répondre
C


C'était d'abord, hier matin, une leçon pour moi, Suzâme. J'y ai bien réfléchi toute la journée avant d'écrire le texte.



M
Joli manière de dire que l'élève a surpassé le maître! Dans la vie on apprend sur tout et tout le temps afin de maîtriser ou de gagner sa liberté. On avance et on "grandit". Un beau texte.
Répondre
C


C'est que l'élève avait déjà l'expérience de la souffrance. Mais le maître lui a donné la force de la surmonter.



J
Voilà des images qui me sont chères me rappelant avec force 40 années de ma vie professionnelle.Qu'ont-ils emporté avec eux tous ceux que j'ai accompagnés ?... Bises. Joëlle
Répondre
C


Tu m'émeus, Joëlle. Ils ont sans doute emporté avec eux la force que donnent ceux qui justement savent donner.



Z
Bel esprit.Tu es positive et c'est beau
Répondre
C


Positive, je dirais qu'il faut bien. Je ne me suis pas trouvée là tout à fait par hasard, tu sais.



P
Les plus jeunes transmettent aux aînés le souffle de vie qui leur est indispensable pour surmonter les blessures et poursuivre leur chemin ... c'est un investissement qui réclame une grande
énergie, un don de soi intense, et le résultat est là, dans cet instant que tu as su saisir . Les personnes âgées savent revaloriser ceux dont le coeur vibre pour eux .
Ton article est, comme le précédent qui m'a émue aux larmes, magnifique .
Merci Carole, bonne nuit, Plume .
Répondre
C


Chacun enseigne quelque chose à l'autre, c'est ce qui m'a émue dans cette scène à laquelle j'ai assisté.


Merci, Plume.



J
Bonsoir Carole ! Rien dire de plus, juste applaudir en silence ce jeune homme qui redonne force et confiance dans une vie à vivre autrement dans un âge qui a besoin d'artifice pour avancer ! JB
merci...
Répondre
C


 Je suis restée un moment à les regarder, ils étaient beaux tous les deux, chacun à sa façon.



H
Vieillir, en ce monde, c'est aussi devenir oisillon s'apprêtant à prendre son envol pour l'autre monde.

J'aime beaucoup.

Hélène*
Répondre
C


Très beau commentaire, où tu prolonges ma réflexion. Mais avant le voyage vers l'autre monde, il faut accomplir un autre voyage, conduisant de l'acceptation à la sagesse. Ne disparaissons pas
avant de l'avoir accompli...