Effacement

Publié le par Carole

tableau-douaniers.jpg
 
A Trentemoult j'ai vu aussi cette peinture sur bois, rue de la Douane. On l'avait posée là pour rappeler les douaniers d'autrefois, affairés sur les quais sonores à surveiller les barges, les voiliers, les roquios, tous les bateaux de Loire qui se croisaient alors dans la vapeur, le remous des marées, et le claquement des voiles.
Revenus en fantômes monter leur garde lente, ils vieillissaient à la pluie, au soleil et au vent, ces douaniers fatigués. Sur l'image naïve comme un vieil ex-voto, ils se brouillaient, se délavaient, et peu à peu disparaissaient, avec le ciel trop bleu, les anciens parapets, les dockers en tricots de corps, les malles cerclées de fer, et les rivages industriels.
Du passé qui s'efface, nous voudrions si ardemment retenir la mémoire. Comme des chambres vides, nous ornons nos pensées qui se brouillent de tant de vieux tableaux qui à leur tour vont s'effaçant — Pour toujours, pour toujours, dit le fleuve.
 

Publié dans Nantes

Commenter cet article

Adamante 28/05/2014 12:21

Le fleuve emporte avec lui toutes les images pour les murmurer un jour à des oreilles attentives dont la main s'empressera de témoigner à son tour. Rien ne se perd jamais.

erato 04/05/2014 09:23

Ces " ex voto " sont très précieux pour rappeler au passant la vie du sol que nous foulons.
Belle journée Carole

Lorraine 30/04/2014 10:22

Tu dis "pour toujours, pour toujours",comme d'autres diraient "jamais plus, jamais plus"...Et c'est juste. La douce mélancolie qui teinte tes mots a si bien cerné tout ce qui est fugitif: les
douaniers, les voiliers, les parapets,...et nous-mêmes!...

Lorraine

Mamilouve 29/04/2014 16:03

Mon arrière-arrière-grand-père était receveur de l'octroi, en bord de Meuse, à Liège vers 1850. La ville générait sans doute un trafic plus intense, mais un travail assez comparable, qu'il est
malaisé de s'imaginer. Merci pour ce beau texte et cette image du passé.

flipperine 29/04/2014 13:47

il y a des choses du passé que nous devons garder en souvenir et d'autres qui nous ont blessés et qu'il faut mieux oublier

zadddie 29/04/2014 01:01

elle est émouvante, cette plaque..

phil 28/04/2014 18:21

Je bute sur le mot roquio...

Carole 28/04/2014 18:56



C'est un mot nantais : un petit bateau à vapeur qui parcourait l'estuaire, au temps des bateaux à vapeur...



mansfield 28/04/2014 15:38

Un texte qui m'émeut par le sujet abordé, mon grand père était douanier sur le port de Casablanca au Maroc, avant l'indépendance évidemment! Merci à toi, Carole.

Nath 28/04/2014 13:54

Ma mémoire aussi se lave avec le temps... et pas seulement les jours de pluie...

Anne-Marie 28/04/2014 09:14

Dommage ( je suis d'accord avec Emma) que ce témoignage d'un passé pas si lointain ne soit pas davantage protégé...

Carole 01/05/2014 01:23



En effet. Mais je n'ai pas d'explication.



Nalo 28/04/2014 09:04

Belle évocation de l'écoulement inexorable du temps !!

emma 28/04/2014 08:39

peinture naïve et touchante (pléonasme ?)- elle ne semble pas protégée du soleil et intempéries, c'est un crime

Carole 30/04/2014 01:27



Un crime dont j'ai tiré parti, je dois l'avouer...



Nounedeb 28/04/2014 07:53

C'est vrai, qu'on pense à un ex-voto. Singulière rencontre!

Richard LEJEUNE 28/04/2014 07:40

Trentemoult ...

Le hasard a voulu, hier soir, que nous visionnions, mon épouse et moi, une des émissions de Julie Andieu - Les Carnets de Julie, je présume que vous connaissez -, dédiée, celle-là, au pays nantais
et à quelques-unes de ses spécialités culinaires.

Avec elle, nous avons découvert ce magnifique petit village coloré dont le nom ne m'était plus inconnu - tout comme, d'ailleurs, le Passage Pommeraye ou d'autres coins de Nantes - depuis que je
vous lis, Carole ...

Et avec elle, j'eus l'impression de "retrouver" une ville dans laquelle, grâce à vos yeux, j'ai plaisir à virtuellement me promener depuis quelques mois.

Carole 28/04/2014 18:05



je ne connais pas cette émission, mais je suis très heureuse que vous ayez pu voir Nantes et, particulièrement, le ravissant village de Trentemoult dont je reparlerai sans doute.



almanito 28/04/2014 06:04

On a peut-être voulu le poser là pour faire revivre les jours passés, juste le temps que l'image s'estompe et disparaisse, elle aussi définitivement...

jill bill 28/04/2014 01:54

Bonsoir Carolee, tu as l'oeil pour dénicher les perles rares de la rue.... Merci !