Du nouveau sur la pomme

Publié le par Carole

pomme-arbre-copie-2.jpg
 
 
    Je regardais cette pomme de janvier qui se balançait sur la branche du pommier, attendant de tomber consentante au grand charnier des feuilles mortes. Pailletée de pustules et refardée de pourriture, elle portait beau sa mort, sur l'arbre agonisant que le lichen recouvrait doucement de son dernier feuillage.
    Elle était si parfaite ainsi, si rousse dans sa dissolution, si bien accordée au vieil arbre mourant, à l'hiver grisonnant, et à la pomme dorée qu'elle fut jadis, qu'en la contemplant j'ai rêvé ce petit conte. Une brève histoire de pomme. Du nouveau sur la pomme.
 
   On nous en a tellement parlé, de cette pomme, cette belle pomme appétissante et séductrice qui se pendait en amoureuse à la branche légère d’un jeune plant du paradis...
    Pourquoi ne nous a-t-on jamais dit qu'en réalité, il y avait une autre pomme, tout au fond du jardin, à la frontière tremblotante du monde, là où le divin printemps se frottait dans la nuit aux rudes saisons du temps, une vieille pomme pourrissante, une charogne de fruit d'hiver, posée comme un trait final sur la dernière branche du grand jardin de vie?
    Et... voilà comment tout s'est passé :
   Lorsque ses enfants, en âge enfin de faire leur entrée dans le monde, furent sur le point de mordre, frémissants, à la magnifique pomme d'or, d'amour et de jeunesse que vous connaissez tous, le bon dieu leur montra, tout au bord du tableau, la seconde pomme, un peu perdue dans l'ombre, la pomme rousse amollie d'âge qui se mourait dans l'hiver.
    — Etes-vous bien sûrs, interrogea-t-il, êtes-vous bien sûr de la choisir, celle-là, aussi ? Car celui qui mord dans le fruit de délices doit dévorer ensuite le fruit de pourriture, sachez-le bien...
    — Oui, dirent-ils. L'une et l'autre, nous les désirons toutes deux, car tu nous as faits semblables à ces deux fruits, nés pour la vie, l'espoir et le bonheur, et conçus pour la douleur, la vieillesse et la disparition.
    Alors le maître satisfait les laissa s'en aller vers le monde.
    Puis, en les regardant s'éloigner, il se sentit un peu triste. De plus en plus triste. Car il le savait bien, que plus tard ils ne comprendraient plus, et qu'ils la haïraient, la pomme de l'hiver, bien plus qu'ils n'avaient désiré la pomme de la vie. Qu'ils iraient même imaginer on ne savait quelle fable, on ne savait quelle absurde colère du père, on ne savait quelle terrible expiation.
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérard 04/01/2014 00:15

Elle a préféré vieillir sur sa branche que de finir en compote ou en pomme d'amour sur les foires

Cardamone 03/01/2014 23:53

Mais sur ta photo elle est belle cette pomme!
Et puis, malgré tout, ils ont bien fait non?
Encore un conte beau et profond que j'aime beaucoup.

zadddie 03/01/2014 21:54

Très joli! je partage ta vision douce amère de la vie et tu le sais...

oups 03/01/2014 17:08

@ Emma..et si c'était le miroir qui vieillissant, réflétait des images de moins en moins fidèles ?
@Carole...j'ai trouvé au fin fond du verger (à la limite peut-être du paradis..) deux autres pommes curieuses..le vs les mailerais bien..mais où ?

Carole 03/01/2014 17:54



mon adresse est en "contact", c'est tout simple. Merci "Oups".



Nounedeb 03/01/2014 16:30

Joli conte philosophique. Y repenser, à la prochaine pomme croquée...avec entrain!

Anne-Marie 03/01/2014 14:18

Je me croyais si loin de cette pomme flétrie, je ne me sentais pas concernée par son vieillissement. Ca n'arrive qu'aux autres pommes, pensais-je....Mais chaque jour à présent, je vois un peu plus
distinctement son reflet dans ma glace....

emma 03/01/2014 14:05

une tragique fable bellement revisitée, et entre les deux pommes, tellement de pépins !

phil 03/01/2014 12:54

Voilà qui me donne envie d'aller voir au jardin, si d'aventure s'y trouvent encore quelques pommes ou poires flétries. Je sais déjà qu'il y a des figues avortées, c'est facile, je me bats chaque
matin avec les branches du figuier lorsque j'ouvre la porte du garage.

Catheau 03/01/2014 09:06

Une belle réécriture de la Genèse.

jill bil 03/01/2014 08:29

Cette pomme très attachée à sa branche, à la vie dans sa mort.... superbe texte pour l'accompagner !

almanitoo 03/01/2014 07:14

Ou comment faire comprendre de quelle façon les hommes sont capables de faire dériver l'Histoire ou les religions...
A mes yeux ce n'est pas un conte, c'est le rétablissement de la vérité!
Merci Carole.