Détournement

Publié le par Carole

sens-interdit-regard.jpg
 
   On appelle cela "détourner" les panneaux. Quelquefois, un étrange agent de la police du rêve vient dans nos rues faire la circulation, collant son clair visage à la serrure du songe.
   Alors, brusquement, le sens interdit nous regarde et n'interdit plus rien, mais nous invite à emprunter les voies sans nombre de la fantaisie, les sentiers buissonniers aux issues incertaines qui ne mènent qu'à nous-mêmes. 
   Nous écartant de notre route ordonnée et hâtive, voilà que nous prenons un instant l'autre chemin, celui qui s'en va sinuant, tout au bord de nos coeurs.
   C'est si peu de chose, un bout de papier collé qu'emportera la première pluie d'orage. Juste un signe, un clin d'oeil d'on ne sait quel ange, dans la rue où l'on passe.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Et j'imagine que le boutique qu'abrite cet auvent est une librairie.
Et j'imagine le libraire, poète, avoir mis en belle place au centre de sa devanture ce recueil d'Aragon : "Les yeux d'Elsa" ...

Vos yeux sont si féconds, chère Carole, qu'en se penchant pour boire, l'on y voit toute la ville de Nantes y venir se mirer ...
Répondre
Z
les anges existent alors..
Répondre
C


Tu ne crois pas si bien dire... réponse dans mon prochain billet !



V
Un vrai poème en prose, Carole, un bonheur à lire...
Répondre
C


Merci Valentine, ton commentaire me fait vraiment plaisir.



G
Je trouve l'idée géniale et en plus çà ne gêne pas la lisibilité du panneau

(mon com d'hier pas au bon endroit)
Répondre
N
Ronron...
Répondre
C
Je préfère ces yeux-là à ceux de Big Brother...
Répondre
C


Peut-être nous aideront-ils à l'éviter ?



E
l'art urbain, dans lequel se projettent des vies anonymes sensibles, mérite mieux que l'éphémère... as tu prévu un recueil pour les merveilles que tu glanes ?
Répondre
C


Oui, j'ai prévu... mais je tarde à le faire. Les vacances amollissent, finalement.



M
Un regard dans la ville, un sourire dans la vie.
Répondre
C


Joli ! Merci, Mamilouve.



J
Heureusement que nos rêves sont là pour nous faire accéder à des chemins interdits. Ce regard a quelque chose d'angélique en effet ainsi auréolé du rouge de l'amour. J'aime tes trouvailles et
interprétations Carole. Amitiés. Joëlle
Répondre
C


Le jeu des couleurs était aussi frappant en effet que l'idée même de ces yeux collés sur le panneau. Je me demande de quel tableau ils sont issus.



F
Un détournement bien agréable qui vaut une caméra qui filme nos faits et gestes!! BISOUS FAN
Répondre
C


Souriez, vous n'êtes pas filmés, en somme ?



L
Joli texte!
Poétique l'idée de faire du collage circulatoire
Répondre
C


Et jolie, ton expression de "collage circulatoire" !



N
j'aime beaucoup, je trouve cela sympathique..
Bon jeudi, bizzzz
Répondre
C


Merci NanyFran.



M
Un bien joli clin d'oeil, ah la malice des rues!
Répondre
C


Malice ou grâce (petit... clin d'oeil... à ton dernier billet...)?



P
Oser les chemins de traverse
Mélangez les étiquettes...
Pourquoi pas ?
J'aime beaucoup ton texte, j'adhère !
Répondre
C


Dès qu'il s'agit de dire "pourquoi pas ?" je suis au rendez-vous. Merci, Pâques.



J
Envie de lui dire à la Gabin, t'as de beaux yeux tu sais....
Répondre
A
Un ange effronté et bienfaiteur qui défie les codes et les interdits pour nous faire sourire, mais celui ci est peut-être tout simplement amoureux de ces beaux yeux...
Répondre
C


De si beaux yeux !



M
Tu as chère Carole un beau regard sur la vie.
L'interdit ainsi détourné, conduit dans une voie de rêve
Répondre
C


Merci Jeanne.