Dieu (et les hommes aussi)

Publié le par Carole

hotel-Dieu-1-copie-1.jpg
 
    Ce matin, en traversant le boulevard Jean-Monnet, j'ai rencontré Dieu. Du moins son nom d'un bleu céleste éclatait sur un mur tendu de rouge, et de grands panneaux m'indiquaient comment le rejoindre. Même il était peut-être là, devant moi, dans cet arbre à l'éclat singulier.
    Je n'ai pas été étonnée, car Dieu est partout, on le sait, et surtout là où on ne l'attend pas. Mais, en avançant, j'ai vu que je m'étais trompée : je n'étais que devant l'Hôtel Dieu - ce qui est déjà, après tout, très beau. Bien sûr, je l'avais toujours su, alors que je suivais en rêvant le mot Dieu.
    La ville est pleine de mots qu'un pas, un geste, un regard rapide extraient, déforment, reforment. La ville est pleine de mots qui passent et que l'on suit sans y penser vraiment.
 
    Et puis, un peu plus loin, alors que - je l'avoue à ma grande honte - je courais comme une enfant pour attraper mon tramway, je suis tombée sur un trottoir glissant de pluie, et je me suis si sauvagement ouvert le menton que je saignais comme une fontaine. Des passants charitables - qui n'ont pas hésité, eux, à manquer leur tramway - ont appelé les pompiers. Ils sont arrivés en moins de cinq minutes, et ils m'ont transportée aussitôt aux urgences. Il y avait là des jeunes gens surmenés qui allaient et venaient au milieu de brancards chargés de malades et d'agonisants. Pourtant quelqu'un a trouvé un peu de temps pour me recoudre, me soigner, me laver, et me réconforter.
    La ville est pleine de gens qui donnent du sens aux mots qui font la vie divine, ou peut-être tout simplement humaine.

Publié dans Nantes

Commenter cet article

Cardamone 07/02/2013 23:16

si "La ville est pleine de gens qui donnent du sens aux mots qui font la vie divine, ou peut-être tout simplement humaine" sûr que tu en fais partie! Ton texte est magnifique. J'espère que tu vas
bien maintenant. Prends bien soin de toi!

Carole 07/02/2013 23:17



Merci, Cardamone. Tu me fais rougir... comme une pomme (tu verras demain pourquoi...)!



Alain 07/02/2013 15:24

Je crois que je vais finir par croire en Dieu...

Carole 07/02/2013 23:57



Il suffit parfois de tomber sur un trottoir.


 



Mansfield 07/02/2013 15:19

Tu me fais penser à cette chanson: What if God was one of us! de Joan Osborne, combien vraie dans ton récit!

Nounedeb 07/02/2013 12:40

J'espère que tu en es quitte pour la peur, et la douleur. Je suppose que tu as été emmenée aux urgences de l'hôtel Dieu. Tu avais donc bien rendez-vous...

Carole 07/02/2013 21:19



Exactement !



M'amzelle Jeanne 07/02/2013 11:46

Tes mots sont toujours guidés par l'amour.. et ce petit billet est vraiment réconfortant !
Merci Carole
Bises de Jeanne

Richard LEJEUNE 07/02/2013 09:41

J'avoue, j'ai souri en lisant que votre "Dieu était partout" et en scrutant ces panneaux directionnels qui désignent des directions totalement opposées.

Je n'ai pas souri du tout en découvrant la "chute" de votre texte - pardon, pour ce minable jeu de mots !

Bon et prompt rétablissement, Carole.

Carole 07/02/2013 21:21



J'aime bien ce jeu de mots... j'y avais pensé bien sûr en (d)écrivant la chute - même si "on ne saurait penser à tout", comme on le découvre lorsqu'on a un accident.



almanitoo 07/02/2013 07:34

Houla! six points de suture, ce n'est pas rien!
Dieu t'avait fait un signe juste avant, c'est vrai qu'il y a encore des personnes attentives aux autres et il est réconfortant de le savoir.
Prends bien soin de toi.

Carole 07/02/2013 23:21



Merci, Almanitoo. Tout va s'arranger, ce n'était qu'un petit accident. Ce qui m'a étonnée, c'est qu'on s'occupe aussi bien de moi au milieu des désastres innombrables qu'on voit aux urgences. Et
alors que je n'étais victime que de mon imprudence.



NanyFran 07/02/2013 07:10

J'espère que ton menton va mieux,
et tu as bien raison, il y a encore
plein de gens, qui donnent un sens
à tout cela..
Bon jeudi, bisous.

Carole 07/02/2013 23:23



C'est ce que j'ai retenu de l'expérience, finalement instructive. Merci, Nanyfran.



Anne-Marie 07/02/2013 07:03

Il faut savoir regarder les choses, les lieux, et bien sûr les gens avec une curiosité salutaire et bienveillance. La "poésie" est partout et "Dieu" nous fait des signes discrets qu'il faut être
prêt à recevoir...
Merci de nous le rappeler avec ce joli texte! Bonne guérison

Cendrine 06/02/2013 23:32

Bonsoir Carole,

Des personnes gentilles et attentionnées sont heureusement venues à ton secours. Je suis désolée de ce qui t'est arrivé et j'espère que tu ne souffres pas trop. Comment va ta mâchoire?
Dieu était là, à sa manière.
Tu écris toujours remarquablement.
Bises chaleureuses et mes pensées de réconfort, j'espère que tu cicatriseras vite
Cendrine

Carole 07/02/2013 23:23



Merci, Cendrine, mais toi, tu as connu des situations bien pires. Pour moi ce n'est qu'un petit accident de la vie quotidienne.



Valentine :0056: 06/02/2013 23:05

Oh ! Je ne ris pas. On a été suffisamment angoissés et les petits risquent de conserver des séquelles. Mais j'abondais dans le sens de ta pensée pour les "douces mains". Bises, et soigne-toi bien !

Carole 06/02/2013 23:14



Bon rétablissement à ces petits. Les miens sont aussi passés par là et il n'y en a plus trace. Alors ne t'inquiète pas à l'avance, attends d'être sûre.



Valentine :0056: 06/02/2013 22:37

Alors comme ça, toi aussi tu te casses la figure ! Donc il n'y a pas que mon petit-fils à Veigné il y a quelques semaines, mon gendre à Tours ce week-end, et ma petite-fille à Veigné avant-hier
-tous recousus, rafistolés du visage évidemment). Les temps sont effrayants, et nous ne sommes pas des rois !! Mais comme tu le dis, il est doux de souffrir pour rencontrer des mains compatissantes
; et de pouvoir se dire "Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés !"... Bises, Carole.

Carole 06/02/2013 22:53



Moi, j'ai un peu de "chance", la cicatrice sera sous le menton... il suffira de ne pas trop "se pousser du col"... : avec mon habituelle modestie, je devrais y parvenir... mieux vaut en rire, tu
as raison.



Hélène Carle 06/02/2013 22:09

Je m'attarde à débusquer les gentils, les coeurs grands, les âmes généreuses. Et il y en a partout, et même là où on s'en attend le moins, comme Dieu! Simplement humain, simplement divin, je crois
que c'est pareil.

Hélène*
Merci pour ce très beau texte Carole.

michèle 06/02/2013 20:25

J'espère que tu ne souffres par trop ou que, si tu as mal, la douleur s'apaisera vite.

Carole 06/02/2013 22:08



Merci, ça va mieux ce soir.



Gérard 06/02/2013 20:16

Une relation de renommée mondiale que tu as

Carole 06/02/2013 21:45



Je l'avoue en toute modestie !



jamadrou 06/02/2013 20:10

Carole je viens de te répondre sur mon site au sujet de grand mère copine avec Louis XVI...
Et ploc! un nouveau texte sur Nantes m'arrive.Ton malheur du jour avec ta grâce devient un p'tit signe divin!
Carole j'en veux encore et encore des textes comme ça, l'addiction est là!
Très bonne soirée.

Carole 06/02/2013 21:38



Des textes comme ça... pas trop souvent, Jamadrou, ça fait plutôt mal tout de même...



jill bill 06/02/2013 20:06

Ouille Carole... Tu as eu de l'aide, un beau geste et dieu n'est pas chien dit-on avec ses bonnes brebis... Pensées amicales de la part de jill... Bises et merci pour ce billet du soir...

Carole 06/02/2013 21:46



Merci Jill. 6 points de suture.