Désir de bleu

Publié le par Carole

bleu.jpg
"Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l'Europe aux anciens parapets ! "  
Arthur Rimbaud
 
 
 
Il s'était accoudé sur le quai. Et il s'était penché vers ce bateau là-bas qu'on avait découpé dans un ciel de printemps. De ses moignons vivants comme des ailes il avait battu sous la pluie la mesure de ce bleu. 
Dans tout ce gris il avait été pris d'un désir de couleur.
Prisonnier de l'hiver il avait voulu fuir avec l'eau qui passait.
A l'étroit sur la terre il avait essayé de s'en aller plus loin.
Il s'était élancé,
comme un humain.
 
Mais il avait senti s'enfoncer dans la boue ses racines immobiles.
Et tout le gris du monde était tombé sur son désir de bleu.
La terre l'avait gardé dans ses griffes usées, sphinx fatigué.
Alors il s'était couché, résigné, sur l'ancien parapet. Sans y croire il faisait encore signe à l'autre rive,
faisait semblant,
comme un humain.

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Un délice ce texte que je savoure avec bonheur. Des arbres et des hommes, même envie: l'espoir bleu.

Hélène*
Répondre
L
Come je suis triste soudain, après t'avoir lue! Sans doute parce que tu as rendu cet arbre si humain que j'ai cru l'entendre, que j'ai senti en moi son espoir avorté... Qu'il se console pourtant,
parce qu'il est beau, accoudé à ce parapet, même si ses moignons sont enfoncés dans la glaise...
Répondre
C
Ici, tout (se) fait signe : les vers de Rimbaud, la photo, l'arbre, vos mots. Merveille des correspondances!
Répondre
V
Après le rouge, le bleu (je lis à l'envers... Note qu'il y a un site super qui s'appelle "piano bleu"). Mais ce texte est magnifique, vraiment.
Répondre
Z
hier j'avais eu le même "problème": pas d'images et donc je m'étais contentée d'aller voir un commentaire. Aujourd'hui, je constate une autre correspondance entre nos blogs...
Répondre
C


Oui... ce sont des "Over-blogs" ancienne version... je me demande si ces petites "défaillances" ne sont pas entretenues pour nous pousser vers la nouvelle version. Mais j'ai un côté parano...



C
Mais dans cet élancement, il y eut peut-être du bonheur?
Encore un très beau texte, très touchant.
Répondre
N
La citation de Rimbaud va si bien à ton texte qu'on pourrait imaginer qu'il est encore vivant, dans la sève de cet arbre que tu rends si humain.
Répondre
M
Un beau témoignage des désirs du coeur: partir loin vers de gais paysages!
Répondre
N
Triste et beau...
Répondre
D
J'ai lu le titre "Désir de bleu" et j'attendais, impatiente, que l'image veuille bien s'afficher. J'ai eu raison d'attendre.
Et c'est encore un bien beau texte.
Répondre
A
Le plus important est peut-être de continuer à toujours faire signe à l'autre rive...on y croit quand même un peu...
Répondre
E
mais bientôt le printemps le fera jolie tache verte su le svieilles pierres
Répondre
J
celui qui comprend et entend parler les arbres est magicien.
J'aime beaucoup cet article.
Répondre
R
Du titre au texte, en passant par la photo et l'exergue empruntée à Rimbaud, tout est très beau !
Répondre
J
Bravoooooo pour cette photo... et le texte !
Répondre
A
Que dire? Juste que c'est beau et poétique, le texte et la photo...
Répondre