Derrière le grillage

Publié le par Carole

maison-rue-alfred-Halloux.jpg
 
C'est elle. Non, ce n'est pas elle. 
On disait "la maison de la rue Alfred-Halou". Tout près du cimetière, posée contre les rails de la ligne Paris-Hendaye, elle n'était pas bien belle, elle n'était pas bien riche. Mais c'était "la maison de la rue Alfred-Halou". Mes grands-parents y ont longtemps vécu avec leurs cinq enfants.
Le jardin était rempli de glaïeuls. Une balançoire s'en allait dans l'air bleu, chargée de jeunes filles. Le linge claquait au vent sur le grand fil à linge, saluant les trains qui passaient en sifflant. 
C'était au temps où mon grand-père était chef de section à la gare de Blois toute proche. Où ma grand-mère avait des cheveux si noirs qu'on les aurait cru bleus. Et où je babillais, toute petite fille et poupée de mes tantes.
 
Maintenant on construit et on exproprie. On mure et on barbèle. Il faut bien que les choses se fassent. 
Elle n'est plus sur les plans qu'un problème à résoudre, la maison de la rue Alfred-Halou. 
 
Et, pâles, amaigris et fragiles, derrière le haut grillage, les souvenirs se massent et nous regardent, silencieux et grisâtres comme des prisonniers.

 

 

Publié dans Enfance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Quelle belle évocation de la vie de tes grands-parents! Touchante et délicate mais sans pathos elle sauve la petite maison de l'oubli.
Répondre
A
Bonsoir Carole,
Comme j'aimerais avoir tous tes textes dans un recueil que j'ouvrirai parfois pour m'évader, vivre une réalité que je m'approprierai, juste un moment, un moment privilégié, comme je le fais avec
les auteurs que j'aime et qui me touchent en profondeur.
Je passe sans laisser de mots parfois (pas assez souvent à mon goût) mais avec quel bonheur ! Amicalement.
Répondre
C


Merci, Adamante. Tes visites me font toujours tant plaisir. 



O
Dans le monde d'aujourd'hui les humains commencent à faire problème...que faire d'eux ?
Répondre
J
Difficile de voir flétrir ses souvenirs ! Pourtant elle a encore un certain charme cette maison aux toits décalés ! Amitiés. Joëlle
Répondre
G
Je comprends mieux, ...on exproprie évidemment....
Répondre
G
Pourquoi elle disparaitrait elle est encore en bonne état
Répondre
C


On construit une passerelle sur le terrain.



Z
oui, plus qu'une maison, c'est TA maison...par extension..
Répondre
A
Superbe texte encore... Emouvant et riche, comme toujours !
Répondre
M
Ce message est émouvant. Ils recèlent toute l'émotion suscitée par la disparition de ce qu'on a aimé, où on connu des joies et des penes,des gens qui eux aussi ont disparu. C'est un peu comme si on
les poussait un peu plus loin dans le creux de nos mémoires et de nos coeurs. Mais que faire contre le terrible réalité qui prône la rentabilité? Nos souvenirs rien ne pourra les effacer. Bonsoir
Carole
Répondre
H
Le texte "DERRIERE LE GRILLAGE" m'a fait rappelé la maison de mes parents où j'ai passé mon enfance. Une maison contruite en toub et en torchis. Elle était tout en terre. Mais elle nous accueillait
calme et paisible. Malgré les manques on se sentait sereins,libres pleins de promesses.Et il faisait bon vivre. Elle existe toujours notre maison en toub
Répondre
A
Je suis contente de la revoir, même sous cet angle... Il semble que la buanderie ait été fort agrandie.
Je t'embrasse
Répondre
C


J'ai l'impression qu'elle a été changée en "appentis". Mais de toute façon, tu vois qu'on a muré la fenêtre. La nouvelle et immense passerelle qui mène à la gare va passer là... Nous nous sommes
heurtées à une grande porte de fer solidement fermée quand nous sommes venues, maman et moi. Mais je sais que Françoise a pu entrer un jour et a fait des photos du jardin. Les dernières.


Je t'embrasse aussi, Anick.


PS : j'ai corrigé l'orthographe. Je n'avais jamais vu le nom écrit, en fait. 



Q
Je crois qu'il est important que tu la fasses vivre ainsi... Même si elle doit disparaître à jamais dans la réalité.

Merci pour cette page pleine d'émotion.
Répondre
R
Les Égyptiens de l'Antiquité pensaient qu'évoquer quelqu'un, notamment en prononçant son nom, suffisait pour continuer à le faire vivre ...

Avaient-ils complètement tort ?
Répondre
M
Chacun (ou presque) ne porte-t-il pas en lui le souvenir d'une telle destruction? L'école où j'ai vécu entre 10 et 18 ans, où j'ai traversé une adolescence si compliquée, n'est plus aujourd'hui
qu'un terre-plein au coeur de la ville de Troyes. Comme c'est plat, n'est-ce pas?
Répondre
A
Il suffit de fermer les yeux pour libérer les souvenirs...
Répondre
L
"C'était un petit jardin ..."
Et Alfred Halloux ? on peut vivre ainsi des années sans se demander "mais qui est ce ... ?"
Répondre
C
Grâce à l'écriture, la petite maison blanche échappera aux pelleteuses.
Répondre
J
La résistance commence là !...
Répondre
M
J'ai le même genre de petite maison chargée d'histoire dans ma ville, elle va être démolie elle aussi par de promoteurs avides, que dire, passe le temps, passe le vent...
Répondre
J
Si, comme les feuilles mortes, les souvenirs se ramassent à la pelle, le réel - qui les a suscités - s'arrache à la pelleteuse...et c'est bien triste souvent.
Répondre
A
Terrible image dans ta dernière phrase. On ne peut qu'imaginer le pire quand au sort de cette pauvre petite maison, mais les souvenirs ne sont pas si captifs des barbelés puisqu'ils sont dans ton
cœur.
Répondre
J
Bonjour Carole... Nul besoin de château pour vivre sa vie, en famille, et laisser de bons souvenirs, merci....
Répondre