De guingois

Publié le par Carole

de-guingois-version-2.jpg
 
Je l'appelle De guingois.
C'est une maison qui fait l'angle du cours des cinquante Orages, au bord de l'ancien lit de l'Erdre.
Elle penchait tant et tant que pour l'alléger, l'empêcher de tomber tout à fait, on l'a vidée de sa chair et de ses entrailles. Façade-squelette, elle est restée debout toute nue dans ses os blancs, chargée d'échafaudages, un mois ou deux, puis on l'a rhabillée de frais. On a posé bien droit contre l'ancienne façade en pente les poutres de ciment, les planchers stratifiés, les fenêtres de PVC. On a tout peint de neuf. Et la voilà maintenant, restaurée : façade qui croule d'épuisement - fenêtres claires et bien d'aplomb. Entre le lourd passé qui pousse son vieux corps et la prothèse de béton que le présent lui a bâtie, ne sachant plus où pencher. De guingois. Comme tant d'entre nous.

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Eh bien !! Incroyable, une maison qui penche à ce point ; et encore plus incroyable, qu'on ait pu la restaurer et la laissant pencher...!
Répondre
C


Incroyable, mais très nantais, tu sais. Ce n'est pas le seul exemple ici...



R
Quelle est la fonction de cette "remise sur pieds" si ce n'est pas pour la rendre habitable ?
Répondre
C


Je viens de répondre à Lorraine : je n'ai pas dit qu'elle était inhabitable, bien sûr qu'on l'a restaurée pour la rendre habitable en redressant les appartements. Mais elle est "de gunigois" pour
ceux qui la voient de l'extérieur. J'aimerais y entrer pour voir comment "ça se passe" à l'intérieur, qui sait si un jour je n'aurai pas cette chance ?


Il faut savoir qu'à Nantes, beaucoup de maisons penchent ainsi.



J
Cela me fait penser à ces êtres dont le corps est plié en deux et qui continuent d'avancer coûte que coûte. Et en nous, tant de choses sont de guingois ! Amitiés. Joëlle
Répondre
C


Comme tu dis bien cela, Joëlle, merci !



M
Ca me plaît qu'on l'aie retapée à l'ancienne, enfin plutôt à l'époque où elle s'était déjà un peu affalée.
La photo est belle et intéressante en plus!
Répondre
C


Merci, Michèle. Elle a du charme, c'est sûr, cette étrange maison. Elle est située au bord de l'ancienne rive de l'Erdre, voilà pourquoi elle a tant "penché".



L
Nan mais c'est dingue de voir une baraque comme celle là, on se croirait à Pise...bise Carole, bon week end...
Répondre
C


On est à Nantes, où tout penche - enfin, pas mal de maisons, qui tiennent quand même débout...



Z
ne sais pas quoi dire tant c'est vrai....
Répondre
C


Merci, Zadddie, à bientôt.



C
Une façade ravalée, comme bien des femmes ! Mais tiennent-elles encore debout, c'est à voir !
Répondre
C


Debout... dans leur "corset" - et il y a tant de façons de se corseter !



C
Un titre formidable pour une bâtisse pleine de charme, patchwork d'émotions, hybride d'ancien et de moderne...
De Guingois, oui, comme nous! Et ça penche fortement...rires! Mais dans la lignée de la Tour de Pise, nous assurons et cette maison insolite aussi!
Excellente soirée Carole, bisous
Cendrine
Répondre
C


Vivre avec tous ses "penchants", pas facile, mais on y parvient finalement. Merci, Cendrine.



J
Comme un air de Pise par chez vous... Pas facile à meubler ! Un clic pour les touristes... Merci Carole !
Répondre
C


Une ville où tout penche un peu, où tout a un petit air de Pise, oui. Merci Jill. A bientôt.



N
Elle est de guingois. On est à Nantes comme chez Alice au pays...de Jacques Demy. J'adore cette "restauration respectueuse".
Répondre
C


Splendide rapprochement... J'ai justement une "Alice" du Passage Pommeraye dans mon Demy-chapeau, je crois que je vais la sortir de mes stocks de photos un de ces jours...



L
Très belle maison, certes, mais inhabitable si je comprends bien! Elle n'est plus qu'un fantôme d'elle-même. Quels souvenirs garde-t-elle, puisqu'on lui a enlevé son âme?
"De guingois", tu as raison. Comme chacun de nous, oui...

Lorraine
Répondre
C


Si, elle est habitable, puisque c'est pour qu'elle le soit qu'on l'a restaurée. Et puis il aurait été tellement dommage de la démolir ! Mais en effet, elle est comme un "fantôme" d'elle-même. Je
me demande quelle impression on a à l'intérieur, je n'y suis jamais entrée.


Quant à cette impression d'être "de guingois", elle est plus générale, cela dépasse cette simple maison. Difficile d'être au monde !



M
Effectivement on redresse et ça repart, comme avec un petit coup de pied, histoire de dire: ne te laisse pas aller!
Répondre
C


Oui, mais je me demande si ça ne repart pas un peu plus lentement chaque fois - une histoire de ressorts qui s'usent ?



N
Bonjour Carole !
Le titre est parfait, ca c'est sûr ! Cette bâtisse me semble plutôt jolie, mais c'est vrai qu'elle penche fortement. Ca fait partie de son charme ? Et qu'en est-il de nous, qui nous retrouvons
souvent (comme tu le dis si bien) dans la même situation ? Belle réflexion !
Bises, bonne soirée !
Répondre
C


Je dirais que "vivre, c'est pencher un peu"...