Coup d'escarpin

Publié le par Carole

coup-de-pied-recadre.jpg
 
 
Pourquoi cette impression, devant cet escarpin verni, que chacun de ses pas stiletto est un grand coup de pied lancé à l'insignifiance des passants ? Du rouge Ferrari reteintant de grisaille nos silhouettes d'occasion...
Pourquoi ceux qui se juchent nous font-ils nous sentir si petits ?
Pourquoi ceux qui rutilent nous couvrent-ils d'une ombre épaisse ?
Pourquoi les insolents s'ouvrent-ils des boulevards, quand nous marchons serrés tout au bord des trottoirs ?
Sinon parce que nous courbons le dos, fuyant vers le néant pour leur laisser passage.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Je suis une femme, mais il est vrai que je remarque les femmes qui portant ce genre de chaussure. Ca attire l'oeil, forcément.
Mais faut-il souffrir pour attirer l'oeil ? L'inconfort toute la journée pour quelques regards, il faut le vouloir;
Répondre
C


L'équivalent occidental des bandelettes chinoises ? Beauté et souffrance sont si bizarrement associés dans nos esprits : il faudrait aussi parler de l'idéal de minceur, qui n'est pas moins
"sacrificiel".


 



C
Escarpiner, c'est courir avec légèreté : est-ce possible avec de telles chaussures ?
Répondre
E
je vois là une magnifique photo d’un bel objet claquant, mais pour moi aussi folklorique qu’une cothurne dans une vitrine de musée.
(Une interrogation : comment peut-on marcher avec “ça” ? )
et puis, comme un stiletto est un poignard, éventuellement un objet de meurtre, dans un polar rouge et noir, ou de cruauté dans une histoire d’amour à sens unique (une histoire d ‘amour, quoi ! ),
“vois donc, pauvre ver de terre, comme je suis belle et riche”... et alors me revient cette chanson du film limelight
“Deux petits chaussons de satin blanc
Sur le cœur d´un clown dansaient gaiement...”
http://www.youtube.com/watch?v=PnuVA3pJFh8
Répondre
C


Beau commentaire. Et qui va loin. Merci, Emma.



M
La photo est superbe, la chaussure est un très bel objet plus digne d'une étagère que d'un pied ! J'ai tout de suite pensé au beau livre de Henning Mankell : les chaussures italiennes, où un
virtuose réalise des chaussures comme d'autres des stradivarius.
Très belle semaine.
Répondre
C


Merci pour la référence, qui m'intéresse.



F
Oui, j'ai remarqué l'homme en rouge qui fait de cette photo, une jolie composition et qui me fait penser au pouvoir de séduction que peut avoir la femme sur la gente masculine dès qu'elle se juche
sur des talons dit "aiguilles"!!Fantasme quelque peu sado maso!!Le débat peut-être long!!hihihi BISOUS FAN
Répondre
R
"Tacones lejanos" ...


Souvenez-vous : le concepteur de la superbe affiche du film éponyme d'Almodovar l'avait remplacé, ce haut talon aiguille, par un revolver ...

Le chemin semble court qui conduit du poignard au pistolet ...
Répondre
C


Oui, c'est le fameux "stiletto".



G
belle compo..on aperçoit une femme en rouge
Répondre
C


Un homme, en fait. En rouge en effet.



Z
belle prise!
Répondre
C
J'adore cette photo!
Et ce que j'aime dans ces escarpins, c'est qu'ils ne laissent personne indifférent! Mais que titillent-ils donc en nous avec leurs talons hauts et leur couleur rutilante? Ils ont au moins le goût
du jeu et le mépris du comme-il-faut!
Dommage qu'ils soient si inconfortables!!!
Merci Carole pour tes questions et ta jolie réponse!
Bonne semaine!
Répondre
C


Je pense comme toi que ce qui est "intéressant", c'est quand tout le monde peut avoir un avis différent.



C
Quel affreux instrument d'auto-torture !
Répondre
C


Oui, cela me surprend toujours... Alors forcément, j'ai fini par faire une photo...



M
Mais cet anonymat nous convient plutôt bien, le haut de l'affiche, pas pour nous!
Répondre
C


A vrai dire, oui...



B
Insolence des escarpins vernis, trompe l'oeil et faux semblant, tout est affaire de mensonge...
Répondre
L
Le rouge est agressif, c'est vrai. Les talons aiguilles peuvent paraître arrogants. Mais ces "armes" ne seraient-elles pas de défense, tout simplement ? Une barrière, un bouclier, contre
l'agressivité adverse...
Répondre
A
Je sais bien qu'on ne discute pas des goûts et des couleurs, mais ces escarpins là sont-ils si élégants, d'abord?
Ne sont-ils pas l'illustration précise d'une société de pacotille tape à l'oeil, arrogante, "décomplexée" et agressive?car un stiletto, chez moi, c'est un poignard, l'idée est bien là...
Mais le chemin ne sera pas toujours aussi lisse pour ces belles qui un jour finiront par trébucher et peut-être se faire très mal car tombées de haut!
Répondre
C


Du haut de leur insolence...



A
Porteuses de talons plats, unissons-nous!
Répondre
J
Ah tu sais prendre de ces photos... Certains hommes et femmes aiment les hauteurs... moi j'aurai le vertige, souire, merci Carole !
Répondre