Un oiseau dans la ville

Publié le par Carole

oiseau-tissu-5.jpg.psd-copie-1.jpg
 
C'était l'un des plus modestes étals parmi ces humbles stands que tiennent, sur le pavé et sous la pluie, les vendeurs africains du square La Pérouse.
Près des chèches très ordinaires accrochés aux poteaux rouillés, devant les sacs et les porte-monnaie de cuir, un bel oiseau soyeux s'était posé tout doucement sur une barre de fer, comme sur une branche. Dans ce jour gris de mauvais temps, le vent gonflait son aile de coton. Et devant lui il regardait, de son oeil doux comme la nostalgie, on ne savait quoi de beau, de vif et de déjà enfui, qu'il aurait voulu embrasser de son bec.
 
Oiseau d'ici venu de loin, oiseau d'ailleurs et de toujours, enfant léger et coloré d'une forêt de feuilles, passant du ciel et des nuages, assoiffé de toute rivière. 
Oiseau dont les pattes sont comme des brindilles, dont le ventre est comme un fruit mûr, dont l'aile est comme un automne, et dont l'oeil est la goutte froidie de pluie où dansent les reflets des soleils disparus.
Oiseau veillant sur le granit et le ciment, oiseau niché dans la rouille et dans la misère.
Oiseau qui ne chante plus, oiseau attendant sans rien dire l'heure de l'envol immense.
Oiseau migrateur, oiseau migrant, toi qui n'as cessé de croire au ciel, à quoi rêves-tu comme un homme dans cette ville grise ?

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
La politique trouve rarement grâce poétique à mes yeux ... tu as réussi ce prodige,
Bonne soirée Carole (et merci pour ce beau parcours offert ce soir)
Valdy
Répondre
C


Et merci, Vlady, d'avoir compris qu'il s'agissait d'un texte "politique" à prendre selon un sens "poétique".



V
...peut-être au nid coloré de tes mots.

Voilier
Répondre
C


Merci pour ce commentaire si beau !



A
Un oiseau migrant et peut-être sans papiers, un déraciné qui aura du mal à trouver sa place dans le monde sans doute.
Répondre
C


un oiseau é-migrant é-migré im-migré...



C
Un bel oiseau de paradis perdu dans le coeur du vendeur africain.
Répondre
C


Une histoire d'exil et de nostalgie...



N
Ce bel oiseau si bien décrit a séduit le marchand, qui l'a déplié. Le voilà prêt à s'envoler.
Répondre
C


S'il s'envole, n'emportera-t-il pas le coeur du marchand ?



E
Ton regard est merveilleux ....une photo qui fait vagabonder les mots.
Bon dimanche , bises Carole
Répondre
C


Je suis heureuse que mon oiseau vagabond ait pu voler jusqu'à toi !


Merci, Erato



S
C'est très beau ce que tu écris d'un regard d'oiseau de coton africain ...
Quant-à moi j'ai le chèche noir du poteau rouillé, puis en rouge aussi et je pense que je suis chiche de les ressortir aujourd'hui.
Répondre
C


C'est le moment alors !


Merci, Servanne



J
Bonsoir Carole... Voilà un stand dont l'un des foulards t'a tappé dans l'oeil... peut-être l'as tu acheté, sinon tes mots lui ont donné belle vie.... Bonne nuit ! Jill merci
Répondre
C


"tapé dans l'oeil" : tout est question de regard, en effet.


Merci, Jill.