Colchique

Publié le par Carole

 Colchicum_autumnale_Koehler.jpg
 
"tes yeux sont comme cette fleur-là "
(Guillaume Apollinaire)
 
 
 
Aux racines de l'arbre dépouillé par le vent
serpente le colchique aux yeux de lilas tendre.
Aux splendeurs de l'automne se meurt le bel été
et ses mains chargées d'or sont nos trésors perdus.
 
Automne compagnon de nos jours qui s'en vont
tes fleurs font sous nos pas de grands chemins de ronde,
et des brassées de fruits pourrissent dans nos vies
qui longtemps dédaignèrent de vendanger les heures.
 
un oiseau tourne au ciel c'est une feuille
blanche
qu'emporte le soir gris.
 
Colchique ton poison c'est la mélancolie.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Ton poème se lit et reste un instant dans la gorge. C'est l'effet de la colchique, douce et amère mélancolie. A bientôt. Suzâme
Répondre
C


Merci, Suzâme, à bientôt. J'ai encore pris un retard incroyable !



C
Merveilleux écho mauve à "l'homme à la tête étoilée".
Répondre
C


Apollinaire, toujours, toujours !



M
Un très beau poème dédié à la mélancolie de l'automne et aux jours qui meurent plus tôt, de bien belles images.
Répondre
C


L'automne me rend toujours incroyablement mélancolique... je ne sais pas si c'est universel.



J
Pour avoir connu de grands mélancoliques(au terme médical du terme) je peux t'assurer que c'est un poison qui agit à petit feu. Mais certains trouvent dans la mélancolie poétique un certain
bien-être qui les pousse à créer.Beau dimanche Carole. Amitié. Joëlle
PS: la photographie s'est imposée à moi alors que j'étais encore en activité professionnelle. Je crois surtout que cette quête incessante de lumière a été très influencée par tout ce que je vivais
au travail.
Répondre
C


Je sais ce qu'est la mélancolie, Joëlle, et je n'employais pas le mot en son seul sens poétique. Perte totale de la lumière, quand la photographie est l'art de la lumière, non ?


Merci, Amitiés.



E
c'est la fin de l'été... merci, Carole, la chanson va me faire la journée, mais je prefere ça au petit bonhomme en mousse que j'eus récemment en tête. C'est curieux, sur la photo je vois des
cyclamens
Répondre
C


Tu as raison, les feuilles sont différentes. J'ai retiré la photo. Reste à retrouver de "vrais" colchiques dans un pré...  Je vais ouvrir l'oeil, c'est dimanche, jour de promenade.



Z
c'est pas l'automne ici, pourtant, aussi, parfois...
Répondre
C


L'automne, c'est sûrement plus en nous qu'au-dehors.



G
On dirait que ces fragiles colchiques recherchent protection près de l'arbre solide.
Répondre
J
Safran des prés ou tue-chien... Mignonne mais dangereuse ! Mélancolie pour les hommes, non point du tout en te lisant ! Merci Carole...
Répondre
C


Merci, Jill, mais tu sais, c'est vrai que la mélancolie est un poison...