Chaussures d'ange

Publié le par Carole

ange-chaussures-2.jpg
 
J'aurais bien aimé en acheter, des chaussures d'ange, avec ma carte bleue.
J'aurais poussé la grille qui m'écartait du ciel, et je serais entrée.
A l'ange revêtu de rouge et de mystère qui m'aurait accueillie, j'aurais demandé sans vergogne :
des mocassins en peau de nuage, pour aller tout là-haut sur la piste du temps.
des bottines en satin d'aurore, pour rentrer au matin les longs troupeaux d'étoiles,
des ballerines à boutons de strass, pour briller au zénith,
des escarpins en velours du soir, pour tirer les rideaux du couchant,
des pantoufles de verre, pour danser seule au bal des nuits d'été songeuses.
Je les aurais choisies à ma pointure humaine, mes chaussures d'ange, et, sur le fil ténu qui mène à l'autre monde, j'aurais esquissé quelques pas d'espérance.
Mais la boutique était fermée. Fanée. Empoussiérée. Abandonnée. Définitivement. 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
W
Joli poème. D'ou puisez vous votre inspiration ? ;)
Répondre
C


De cet ange envolé de la vitrine, peut-être... Je vois que vous êtes spécialisé dans les chaussures, vendez-vous aussi des "chaussures d'ange" ?


Merci de votre visite et de votre commentaire.



M
J'aimerais bien découvrir un magasin pour acheter de telles chaussures.
Magnifique texte
Très bonne journée à toi Carole ;)
Martine
Répondre
C


Le magasin existe, je l'ai photographié ! C'est à Paris, dans l'ancienne "cour des miracles" - ça ne s'invente pas (d'ailleurs je n'invente jamais rien).



P
Comme il y a de moins en moins d'anges (et d'angélisme), ce chausseur a sans doute fait faillite. Il n'a pas su changer de public ... Dommage pour lui !
Répondre
C
Pas définitivement abandonnée, tu nous l'as joliment démontré en en faisant apparaître sous nos yeux émerveillés les différents modèles de rêves -inusables - comme tu m'as définitivement convaincue
que des chaussures d'anges, ça ne s'achète pas avec une carte bleue, ça surgit dans la beauté de l'imaginaire d'une Carole Chollet!
Répondre
C


Merci Cardamone. Une petite remarque tout de même : je ne "démontre" rien, je me contente de montrer...



B
Quelle nostalgie... Quelle peine...
Répondre
C


les anges nous ont quittés, que faire ?



L
Mais tu les as aux pieds, tes chaussures d'ange, chère Carole! Sinon pourrais-tu si bien en énumérer les attributs, franchir la piste du temps ou danser au zénith? Et écrire si délicatement la
beauté malgré la tristesse d'une vitrine fermée pour toujours?

Lorraine
Répondre
R
Et après une certaine angoisse dans le "Disparaître" du 20 août que je viens de lire voici quelques minutes, la poésie et le rêve qui s'invitent, dès potron-minet dans mon quotidien.
Un régal ...

Après mon petit-déjeuner, je vais remonter le temps et tenter d'épuiser votre production estivale ...
Répondre
V
:0070: Très beau ! Du rêve ! Du rêve !
Répondre
F
Oh, j'ai une photo d'un magasin qui, je pense t'inspirerai des mots, je vais tenter de te l'envoyer!!Pour les chaussures d'ange, il faut garder l'espoir que la pantoufle de verre te fera rencontrer
le Prince dit "charmant" mais il est encore dans le nuages!!sacré rêveur!! BISOUS FAN
Répondre
C


Je te réponds tard, car je me suis absentée, puis réabsentée. Et je n'ai pas de smartphone, donc je suis souvent sans connexion internet. Merci quoi qu'il en soit.



N
Sans doute ses escarpins donnaient des...engelures. :)
Répondre
M
Féerique est ce billet..
Merci de nous faire rêver .. devant une boutique aux rideaux de fer .. fermés
Répondre
C


féérique, ou angélique ?



S
C'est très beau, cette collection de chaussures impossibles à chausser sous peine de retour à la réalité matérielle :-)
Répondre
C


En effet, pas de chemins pour elles, ici bas !



C
Une boutique de chaussures inquiétante : ne serait-ce pas celle du plus beau des anges, celui qui a les pieds fourchus ? Ainsi, je ne m'étonne point que vous n'y ayez point trouvé chaussure à votre
pied !
Répondre
A
Est-il plus facile d'être un ange quand on a au pied ces chaussures si légères?
Répondre
L
Une simple grille qui t'a inspiré ce très beau texte. Sans doute un ange qui passait...
Répondre
A
Rêvons nous si peu que même les anges en sont réduits à la faillite?
Répondre
J
Ah je les croyais nus pieds, mince... sourire ! Merci Carole
Répondre