Cette ville a trois rivières

Publié le par Carole

loutres-2.jpg.psd.jpg 
Ragondins, confluent de l'Erdre et du Cens
 
"Tout était secousse et frisson – éclats, miroitements et scintillements, bruissement et sifflement, bavardage et bouillonnement. La taupe était ensorcelée, enchantée, fascinée. Au bord de la rivière elle trottait, comme on trotte quand on est très petit, au côté d’un adulte qui vous tient captivé par des histoires passionnantes ; enfin, fatiguée, elle s’assit sur le rivage, tandis que la rivière continuait pour elle son bavardage, un cortège babillard des meilleures histoires du monde, venu du cœur de la terre pour être enfin raconté à l’océan insatiable." (Keneth Grahame, Le Vent dans les saules)
 
 
Cette ville a trois rivières.
la Loire en marche vers la mer, puissante et large sous les ponts.
L'Erdre aux péniches, souple et verte, luisante et fraîche comme une anguille au soleil.
Et la Sèvre un peu noire, eau épaisse et sévère venue du vieux pays des Vendéens.
Trois rivières qui attachent la Ville au Monde, trois cordes d'eau qui amarrent son destin, trois artères palpitantes qui font battre son coeur.
Cette ville a trois rivières qui regardent le ciel.
Trois rivières, et toutes leurs rives éployées de roseaux et de saules, et toutes leurs îles échevelées d'arbres et d'oiseaux.
Trois rivières, et tous leurs affluents où nagent des bêtes calmes dans des reflets pleins d'ombre, et tous leurs marécages où rêvent des fleurs rares, des oiseaux oubliés venus du vieil Eden.
 
Rivières, rives, ruisseaux, îles et bancs de sable, roselières et saulaies - que la ville repousse sans en avoir trop l'air, que la ville peu à peu recouvre, enterre, goudronne, canalise, ceinture de béton, corsète de boulevards.
 
Cette ville n'est qu'une ville.
Elle se croit seule au monde.
Et son coeur de béton peu à peu cesse de battre.
Et ses yeux de goudron se ferment lentement,
L'air de rien.

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierrot rochette 16/01/2013 16:33

quelle belle sensisibilité
d'écrivaine
vu de trois-rivières
Québec:)))

Je m'appelle Pierrot
permettez-moi de vous offrir
une de mes chansons
qui parle de La Tuque et Trois-Rivieres
et dont les paroles et musique
se retrouvent sur

www.demers.qc.ca
chansons de pierrot
paroles et musique

LE CAMIONNEUR

COUPLET 1

j’suis su l’camion 60 heures par semaine
j’t’aime

des fois j’triche un peu
j’fais des heures pour nous deux
on dormira plus tard
quand on s’ra des beaux vieux

moi je vis juste pour toé
j’ai hâte à fin de semaine
j’t’aime

de cogner du marteau
quand tu fais du gâteau
t’es si belle au fourneau
mais j’veux mieux pour ma reine

REFRAIN

suffit qu’tu m’dises
que tu veux changer la cuisine
enlever l’comptoir à melamine

pour que la route
entre La Tuque et Trois-Rivières
soit la plus belle de l’univers

COUPLET 2

j’dors dans l’camion
4 nuits par semaine
j’t’aime

3 heures du matin
réveille par la fiam
mon p’tit lit dans cabine
est ben trop grand pour rien

j’ai des idées
pour la salle à manger
j’t’aime

j’ai ben hâte d’en jaser
autour d’un bon café
j’ai acheté les néons
ceux qu’tu m’avais d’mandés

COUPLET 3

j’suis sul’camion
quand la neige a d’la peine
j’t’aime

quand le vent trop jaloux
la garoche entre mes roues
j’ai autour du c.b.
un vieux chapelet jauni

tu m’l’as donné
en pleurant comme une folle
j’t’aime

parce que t’es ben croyante
pis t’as peur quand y vente
à soir ton camionneur
rentrera plus d’bonne heure

REFRAIN FINAL

suffit qu’tu m’dses
qu’cest ben plus beau dans ta cuisine
parce que mes bras en melamine

te lèvent dans airs
entre La Tuque et Trois Rivières
toi la plus belle de l’univers

suffit qu’tu m’dises
qu’c’est ben plus beau dans ta cuisine
parce que mes bras en mélamine

te lèvent dans airs
loin de la Tuque et Trois Rivières
toi la reine de mes je t’aime
toi la reine de mes je t’aime



Pierrot,

vagabond céleste

Pierrot est l'auteur de l'Île de l'éternité de l'instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l'un des tous premiers
chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs...

Pierrot
vagabond céleste
www.reveursequitables.com
www.enracontantpierrot.blogspot.com

www.tvc-vm.com/studio-direct-2-35-1/le/vagabond/celeste/de/simon/gauthier

MARDI
5 FÉVRIER 2013
21HEURES
Le Gambrinus, 3160 boul. des Forges, Trois-Rivières ; 918-691-3371. Le vagabond céleste accompagné du musicien Benoit Rolland.
www.simongauthier.com

LE VAGABOND CÉLESTE - SIMON GAUTHIER

Pierrot rêve de tout changer; il troque sa maison contre une paire de bottes, pour aller plus loin dans sa vie ! Depuis, il parcourt le Québec. Le rencontrer, c'est recevoir un grand souffle de
poésie qui nous étreint, comme des bras chauds venus nous réconforter durant une nuit d'hiver sans abri ! Un récit émouvant, porteur d'avenir.

WWW.SIMONGAUTHIER.COM

Carole 16/01/2013 17:08



Merci, Pierrot. Ce nom lunaire me plaît, et la chanson est superbe ! Un vagabond terrestre est toujours un peu céleste, non ? La terre touche au ciel lorsqu'on oublie les chemins tout tracés...


Bon voyage, entre ailleurs et ici !



Hélène Carle 29/11/2012 22:09

Oh! Oui, des fantômes il y en a, hélas! Mais l'histoire est moins dense, plus aérée, étant donné son ¨jeune¨ âge.

(des problèmes d'ordi m'empêchent d'être plus présente sur les blogs, désolée)

Hélène*

Hélène Carle 25/11/2012 21:59

Tant d'histoire, tellement d'histoires dans vos contrées!
Ici tout me paraît encore à faire et à rêver.

Merci pour ces renseignements que je pourrai compléter par des lectures.

Hélène*

Carole 29/11/2012 19:58



Oui, ici on se heurte toujours à l'histoire et à ses fantômes. Mais, chez vous, n'y a-t-il pas aussi de tristes fantômes d'indiens ? Partout où l'homme occidental est passé, il a couché des
cadavres, non ?



Hélène Carle 25/11/2012 21:36

... pourquoi? Comme c'est triste!

Hélène*

Carole 25/11/2012 21:53



Pourquoi ? C'est compliqué... il y a eu Carrier (l'homme qui noyait les condamnés à mort pour gagner du temps, sous la Révolution), puis des inondations, puis les voitures ont déferlé sur la
modernité...



Hélène Carle 25/11/2012 20:58

Ma ville se nomme Trois-Rivières, et elle n'en a qu'une seule que jadis on a cru triplette par un dessin du destin qui en créa l'illusion.
Mais Trois-Rivières en une c'est un bien joli nom, j'aime la symbolique.

Très beau texte Carole,

Hélène*

Carole 25/11/2012 21:29



Merci Hélène, car je vois que tu explores à fond la géographie de mon blog... Trois-Rivières, c'est un nom merveilleux pour une ville. Tu ne le sais sans doute pas : à Nantes on a comblé tout un
bras de la Loire, et enterré une large portion de l'Erdre...