Centralia

Publié le par Carole

fumée 6
 
 
    Cela m'intrigue chaque semaine, quand je passe sur le quai de la Côte-Saint-Sébastien : car la fumée sort vraiment du sol... sans qu'aucun foyer puisse être décelé. Et sans répit elle monte, étouffant l'arbre, le fleuve et le ciel. Cela ne cesse d'augmenter, oui, de semaine en semaine le nuage s'étend. Un soir, j'ai vu des ouvriers s'affairer, soulever la plaque, fouiller au dedans, la refermer. Quand ils sont repartis, ils ont noué au tronc de l'arbre ce ruban qui nous dit de ne pas approcher, et qui va jusqu'au pont. Mais cela n'a pas empêché la fumée d'augmenter encore. Elle est même si abondante maintenant qu'on la voit s'échapper par des issues nouvelles, par d'autres trous dallés, eux-aussi enrubannés de blanc et rouge...
    Qu'est-ce que c'est ? Fumée ou simple vapeur d'eau ? D'où cela provient-il ? Quelle machine, tout en bas, ignorée, crache vers la surface son souffle épais et chaud ? Chaque semaine, quand je passe, je m'interroge, et puis bien sûr, poursuivant mon chemin, j'oublie aussitôt mes questions : c'est ainsi, la ville est pleine de mystères, et nul ne sait vraiment - ne ne veut vraiment savoir - sur quels secrets rouages se repose sa vie, ni quels sombres moteurs animent l'incessant mouvement de ses rues, de ses places, de ses tours de Babel.
    Mais, toujours, quand je passe, je pense à ce bateau que décrit Joseph Conrad dans Jeunesse, qui vogue en se consumant lentement, comme une vie.
    Et puis à Centralia, cette ville dont j'ai un jour lu l'histoire - vraie, celle-là, si ce mot a un sens - dans un journal
   C'est, quelque part en Pennsylvanie, une ville bâtie sur d'anciennes mines de charbon qui se sont enflammées, et dont le sous-sol brûle depuis 1962, sans qu'on puisse l'éteindre. Elle brûlera encore ainsi deux cents, trois cents ou cinq cents ans, mille ans peut-être. Il n'y a rien à faire. On l'appelle Centralia - ce ne peut pas être un hasard.
    Centralia se consume lentement, sans gloire et sans bruit, comme le bateau de Joseph Conrad sur ses cales enfumées. Assoupie sur son coeur brûlant, lovée sur ses poumons ronflants, couchée sur ses veines de charbon allumées, elle brûle en-dedans, doucement,  sans douleur. On continue d'y vivre, comme ailleurs, en s'efforçant de trouver banal que les rues se fondent et se fissurent, que les maisons se noircissent et vacillent, que les enfants pleurent d'angoisse, et que, parfois, des oiseaux qui volaient tombent morts sur le sol. Les habitants s'asphyxient lentement, et n'y prennent plus garde - leurs journaux les rassurent, je suppose, puisqu'il paraît que la situation est sous contrôle.
     Je sais qu'il y a, ailleurs, d'autres villes semblables à Centralia, qui se consument indolentes, sur leurs richesses en feu, sur leurs entrailles rougies de flammes, sur ce vide intérieur où passe le souffle ronflant d'une respiration mortelle.
    Je me demande même, au fond s'il y a d'autres villes que celle-là, si Centralia n'est pas, tout simplement, la métaphore de tout, le centre obscur, la cale enfumée et brûlante où se meurt en silence notre existence flottante de modernes, notre bateau depuis si longtemps égaré, si Centralia n'est pas, tout simplement, le monde. Le monde d'aujourd'hui, comme on dit - probablement parce que ses lendemains sont aussi incertains et brouillés que la photo que j'ai tenté de faire, la semaine passée, et que je referai demain, peut-être, de cet étrange quai des brumes que chaque mardi je longe.

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

erato 20/02/2014 08:16

Etrange et inquiétant. Des villes se consument, sont étouffées , détruites en silence sans aucun état d'âme ni fumée. L'inertie est un grand fléau.
Belle journée Carole

mansfield 17/02/2014 19:50

Une histoire envoûtante comme si quelqu'un, en bas pour une fois, s'amusait à nous chauffer les pieds pour nous attirer vers l'enfer! Presqu'un départ de roman...

almanito 17/02/2014 14:18

Je me souviens de cet article qui m'avait marquée.
N'y a t-il pas dans la proximité un bâtiment qui aurait une évacuation "sauvage"?...

Aredius 17/02/2014 10:56

LA solution pour satifsfaire notre gourmandise d'énergie électrique !
Peut-être un réacteur nucléaire naturel ! de quoi rendre maboules tous les écologistes patentés.
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_nucl%C3%A9aire_naturel_d'Oklo
On va bientôt pouvoir tourner à Nantes des films à succès sans avoir à se déplacer dans les rues de New-York.

Carole 17/02/2014 11:28



Intéressant.


J'ai mis l'adresse dans l'article pour la fumée : côte Saint-Sébastien, juste sous le pont Clemenceau. Vous pouvez faire venir le réalisateur !



Richard LEJEUNE 17/02/2014 09:33

J'ai connu cela enfant ...

S'agit-il peut-être à Nantes aussi du type de chauffage qui, jusqu'en 2005, alimenta Verviers, importante cité lainière proche de chez moi, avec son réseau souterrain que l'on appelait
l'Intervapeur ...

Ce lien, pour vous en donner un petit aperçu :

http://www.bestofverviers.be/verviers/passe-present/543-lintervapeur.html

Carole 17/02/2014 11:16



Pourtant je ne connais aucun autre endroit de ce genre à Nantes. Et je vois de plus en plus de fumée (malodorante d'ailleurs).



Catheau 17/02/2014 08:29

Serait-ce la porte d'un Enfer moderne ?

jill bill 17/02/2014 01:44

Etrange en effet... Sauras-tu un jour ?!

ADAMANTE 17/02/2014 01:10

Très beau texte Carole, comme toujours. Une réflexion atterée (comme les économistes). Est-il possible que la machine échappe à tout contrôle et à tous les niveaux, comme à Centralia ? Il
semblerait bien.