Ceci n'est pas une boîte à lettres

Publié le par Carole

ceci-n-est-pas-une-boite-aux-lettres---version-2.jpg
 
"Ils" ont fini par enlever le papier. Ou un passant s'en est chargé. A moins que la pluie et le vent ne l'aient poussé au caniveau comme un papillon mort.
Délavé, abîmé, à vrai dire il ne payait plus ni de mine ni de mots, sur le vieux portail de métal.
 
J'avais pensé, naguère, ou peut-être jadis, à le photographier. 
J'aimais bien le trouver au bord de mon chemin. Chaque jour, rue Clemenceau, près du portrait de cuivre étincelant du vieux Tigre défunt, il m'adressait son petit avertissement philosophique, mi-clin-d'oeil mi-ronchon.
 
Nous avons tellement l'habitude de croire que les choses sont ce que les mots nous disent qu'elles sont, qu'une phrase qui ne nous dit que ce qu'elles ne sont pas nous paraît aussitôt une énigme à résoudre.
Mais mon papier collé sur ce qui n'était pas une boîte à lettres se gardait bien de nous dire ce qu'elle était. Pas de solution pas de fin mot pas d'histoire. 
Ceci n'est pas une pipe.
Ceci n'est pas une pomme.
Ceci n'est pas une boîte à lettres.
Ceci n'est pas une boîte à lettres mais ceci fut une boîte à lettres.
Ceci n'est pas un portail vert mais un portail repeint en vert que j'ai longtemps connu rouge.
Ceci n'est pas la vérité mais un papier collé et déjà arraché.
Ceci toujours se change en autre chose, et les mots qui voulaient se poser sur les choses, insectes épuisés, s'en vont plus loin tomber dans leur boîte à néant, et puis s'envolent encore, d'inlassable désir.
Nos vies bruissent de mots, nous ne sommes que mots. Mais le monde, vieillard sphinx et ronchon, sourd et muet qu'il est, ne connaît rien des mots qui voudraient tout connaître.
 
 

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Qui disait que nos sens nous trompent sur ce monde qui n'est qu'illusion ?
Répondre
A
Ceci est un billet qui fait réfléchir... non, pas un billet miroir ;-)
Répondre
E
Beaucoup de poésie dans ton billet, comme à l'accoutumée... En même temps, je ne suis pas surprise par l'avertissement ! Ceci n'est pas une boîte à lettres bien sûr, il n'y a pas de boîte pour
recueillir les missives derrière la fente... Voilà, c'est juste une ouverture... Ce serait trop simple si toutes les ouvertures servaient à quelque chose...
Répondre
M
Joli! Enlevé! Et qui a pris le n° de l'habitation en otage?
Répondre
G
Ceci ..dit çà lui ressemble
Répondre
A
Génial, Carole... Eh oui, ceci n'est pas une main ni un crayon, rien n'est ce qu'on en dit ! Et tu l'exprimes avec une telle poésie, un tel art...
Répondre
M
Ah si Magritte pouvait te lire!
Répondre
F
un portail que l'on a repeint et où on a posé une boîte à lettres ailleurs il faut prévenir le facteur
Répondre
Z
joli!
Répondre
N
C'aurait été tellement mieux de mettre: "Ceci est une boîte à poèmes", ou: "Ceci est une boîte à rêves", ou: "Ceci est une boîte à mots doux"...
Répondre
D
J'aime ce genre de contre-évidences.
Répondre
F
"ceci ETAIT une boite aux lettres" !une boite où l'on attendait une courrier avec impatiente lorsque les IPHONES n'existaient pas!! Hélas, cette mini pancarte est là pour faire peur aux
distributeurs de publicité qui existent encore!! BISOUS FAN
Répondre
J
Mais ne pensons-nous pas en mots ou au moins en images ? Comment pense le bébé qui n'a pas encore la parole ?
La belle représentation d'une chose, cela s'appelle de l'art, non?
Mais là, ce n'est pas la représentation d'une chose. Ce n'est peut-être qu'une fente dans une porte n'ayant pas de contenant derrière pour accueillir les lettres.
Amitiés. Joëlle
Répondre
C
Ceci aurait pu être un commentaire.
Répondre
J
Par delà les apparences se cache le vrai message
lu simplement par de grands sages
Répondre
Q
Les mots voudraient mais ne le peuvent pas vraiment...
Décidément, j'aime ta façon de nous montrer. :)

Merci pour tout, Carole.
Répondre
L
Très bel exercice de style partant d'une boîte aux lettres (qui n'en est pas une), pour arriver à une conclusion philosophique qui touche la vérité du doigt. Les choses ne sont pas des choses,
elles ont une âme, mais nous l'oublions trop souvent. Sauf toi, qui pénètre jusqu'à leurs secrets bien gardés et nous les révèle,de ta plume toujours si délicate et inspirée.
Merci, Cafrole!
Répondre
R
Pourquoi "nous dire ce qu'elle était" ?
Pourquoi toujours ainsi mâcher la besogne ?

C'est la porte fermée à toute réflexion, la porte fermée au rêve, à l'imagination, à la création ...
La porte fermée à la Vie, en somme ...
Répondre
C


Cette boîte "à lettres" ne m'a pas fait rêver, mais elle m'a fait penser à toutes ces lettres perdues que sont nos messages et nos mots.


Il y a une fondamentale inadéquation entre le monde, et même la vie humaine, et "les mots pour le dire". On le ressent de façon aiguë lorsqu'on essaie d'écrire.



A
La réalité des images...
Ceci n'est pas un commentaire.
Répondre
J
N'est pas Magritte qui en rêve... Peut-être que oui finalement. Merci pour cet article délicieusement posté.
Répondre
J
Ca y ressemble comme deux gouttes d'eau... Alors à quel usage cette fente... Un Magritte pourrait y répondre ! Merci... JB
Répondre