Ce que lisent les statues

Publié le par Carole

Lecteur---pommeraye.jpg
Nantes - Passage Pommeraye - juillet 2013
 
 
         On associe souvent le livre à l'immortalité. Pourtant, l'un des plus mystérieux pouvoirs du livre - je veux dire le livre de papier - est de donner au temps qui passe la forme de ses pages, qu'on ouvre et qu'on referme, de faire prendre aux heures lentes le visage un peu las du volume écorné qu'on repose en rêvant, fermé comme un secret sur le pétale de camélia ou le brin de bruyère mis à sécher dans les feuillets rendus à l'ombre.
        Aussi, face à ces créatures de pierre qu'on rencontre un peu partout dans la ville, absorbées dans la lecture de leurs livres immobiles, souvent je m'interroge : que peuvent bien lire les statues ? Le temps passe sur elles, comme il passe sur nous, recouvrant de poussière, de toiles d'araignée, de mousses ou de feuilles mortes le volume qu'elles tiennent, imperturbables, entre leurs doigts rigides. Elles lisent immobiles toujours la même page qui ne se tourne pas.
         Et parfois je me dis que ce qu'elles tentent ainsi de déchiffrer, dans leurs livres figés, ce n'est pas la pierre grise, c'est l'énigme sans fin de notre coeur humain, que chaque instant fait battre dans le grand vent du temps, mais qui voudrait toujours ne pas tourner la page.
 
 
lecteurs - statue de J
Nantes - Jardin des Plantes - avril 2013

 

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Le mystère doit garder son mystère. Quel pouvoir de rêve il renferme. Ton imagination ultra sensible offre de vrais bonheurs de lecture.
Merci Carole

Bonne journée à toi ;)
Martine
Répondre
C


Merci, Martine.



J
Ce que lisent les statues de pierre est un secret connu d'elles seules. Pourtant l'une d'elles m'a confié un jour, alors que dormais à ses pieds, que les mots gravés dans la pierre s'effacent
pareillement à ceux tracés par les encres car les mots ne sont pas faits durer mais pour se renouveler.
Jonas
Répondre
M
Pour l'éternité...rester sur la même page heureuse de notre vie.. C'est un beau moment que tu nous offres.
Merci Carole
Répondre
C
Alors c'est sans doute une page de ton blog qu'elles lisent!
Répondre
C


Tiens ? tu crois ? 



Q
Je ne sais pas ce qu'elles lisent, mais ces statues et leurs livres m'ont toujours fait rêver.
J'adore la façon dont tu parles du livre. :)

Merci, Carole.
Passe une douce journée. Amitiés.
Répondre
C


Merci Quichottine : le nom que tu t'es donné me le confirme, tu sais rêver les livres, et faire rêver tes lecteurs.



G
Elles lisent des contés osés ? sont pas de marbre !!!!
Répondre
C


Sous le signe de Lilith, on ne sait jamais...



N
De ton regard qui interroge, tu nous plonges dans une nouvelle et ravigotante réflexion!
Répondre
C


Merci, Nounedeb. J'aime bien "interroger", c'est mieux que de répondre, à mon avis.



E
il y a un signe : le bambin de la photo 1 lit l'histoire de Lilith, la premiere madame Adam...
Répondre
C


Tout est mystérieux Passage Pommeraye, et par exemple ce nom de boutique, inscrit en lettres rouges sous l'horloge "du soleil et de la lune".


Mon enfant lecteur explore les origines de la pensée humaine, peut-être.



A
Pouvoir ne jamais tourner la dernière page, celle de nos vies tout comme celle du livre qu'on a dévoré avec passion et bonheur et dont on savoure en gourmet les dernières lignes comme pour faire
reculer le tragique point final.
Répondre
C


Le pouvoir... et n'écrire qu'à demi le mot "fin".



C
Vous nous donnez à lire ici une belle page d'éternité.
Répondre
C


Merci, Catheau.



J
Bonjour Carole... contrairement à nous, elles seront là encore longtemps à lire et lire encore quand nous aurons tourné notre dernière page... merci....
Répondre
C


Oui. mais même les statues disparaissent. Ces deux-là sont très abîmées.