Ce que dit la gargouille

Publié le par Carole

gargouille.jpg
Blois - Église Saint-Laumer
 
 
Trois têtes et six oreilles de Cerbère ouvertes en entonnoir, pour y verser les secrets, les ordures, les mensonges, les soupçons, et le reste.
Et une vaste bouche toujours ouverte et sombre, pour tout recracher en pluie sale.
Telle est la gargouille médisance.
Née pour crachichuchoter, pour mordimurmurer, pour accusacculer, pour sournoinsinuer, pour vilipendhaïr, pour saligargouillir...
Mais l'herbe pousse sur la pierre, indifférente, et l'ombre lente et calme de l'église bergère recouvre tout cela de sa grise houppelande.
Ça ne coasse jamais bien fort, une gargouille qui veut se faire aussi grosse que le diable. Ça ne saute jamais bien loin, un crachat de gargouille. Tout juste un petit gargouillis enroué qui s'éteint comme un rire dans le soleil qui passe. 
 
Ce qui m'émeut toujours, dans ces vieilles églises, c'est que le mal y a sa place, mais ne fait pas grand mal. Et qu'on a toujours envie de les caresser, ces monstres un peu moussus aux mâchoires édentées, qui font semblant de croire qu'ils pourraient triompher. 
Car dans la vie la vraie vie la vie qui va comme il ne faudrait pas la vie qui mord la vie qui grince la vie qui pleure – ah, ce n'est pas pareil...
 
 
Blois, 9 mars 2014

 

Publié dans Blois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
ce que dit la gargouille ... : " Taisez-vous , j'entends pas les pas des pieux !!!!"
Répondre
.
J'aime beaucoup l'humour de ce texte .De même , je me suis souvent demandé pourquoi des gargouilles dans les églises .....peut-être pour y représenter la vie dans toutes ses facettes.
Belle soirée Carole
Répondre
D
J'adore tous tes mots inventés.
Beaucoup de plaisir à te lire.
Moi, les gargouilles m'impressionnent. Elles me feraient presque peur.
Répondre
F
ah ces gargouilles elles me font tjs penser à des monstres
Répondre
J
Nos monstres imaginaires seraient-ils toujours moins terribles que la réalité ? Amitiés. Joëlle
Répondre
C


Je crois que oui...



N
Peut-être devrait-on renouer avec cette façon de montrer le mal,imprimé dans la pierre, pour l'exorciser. Les grands et beaux et prestigieux bâtiments contemporains y gagneraient peut-être en
humanité - et l'homme lui-même?
Répondre
C
Jadis les gargouilles, aujourd'hui les gares grouillent.
Répondre
C


Les mots sont faits pour qu'on en joue !



G
Bravo pour tes nouveaux verbes à vomir...
Répondre
N
Ce que dit la gargouille, la pierre l'amplifie !!
Répondre
M
Que c'est bien dit!!

Ces petites ou grandes laideurs de pierre exorcisaient peut être aussi les horreurs commises au nom de l'intolérance des soumis à une forme de religion à l'égard des "sorcières", des impies, des
protestants.
On n'a rien inventé dans ce domaine.

PS. aucune chronologie dans mon évocation
Répondre
R
J'épingle avec un réel plaisir jouissif l'acuité psychologique mâtinée de rouerie féminine de vos derniers mots, Carole.

Et c'est avec une aussi grande jubilation, mais dans un autre registre littéraire, que j'ai grandement savouré votre cascade de néologismes verbaux dignes du plus grand Boris Vian ...
Répondre
C


Je vous ai emprunté le mot "mâtiné" pour mon article d'aujourd'hui. J'aime bien le mot et l'idée.


Ecrire du Boris Vian me plairait assez. Merci.



A
Ah ces gargouilles qui m'impressionnaient tant, gamine, ne sont là finalement que pour recueillir toutes nos noirceurs.
Et puis ce petit brin d'herbe qui pousse en dessous est bien rassurant.
Répondre
A
Les gargouilles dans les églises autrefois, exorcisaient le mal, le tenaient à distance, se moquaient de lui.
Malheureusement, il n'en va pas de même pour nous pauvres humains et parfois, sans garde-fous, on se heurte à la vilainie du monde en plein coeur...
Répondre
O
excellent :-)
Répondre
J
Bonjour Carole, inventées pour chasser les diables et leur mauvais tours, je les aime bien aussi... merci !
Répondre