Carnivore

Publié le par Carole

fleur carnivore
Nepenthes, Jardin des plantes de Nantes
 
 
 
Elle était si belle, elle était si cruelle. Carnivore.
Dans son grand alambic elle exsudait la mort 
pour qu'en naisse la vie si pure si fragile,
la vie qui doit mourir pour nourrir d'autres vies.
 
Suspendue dans le vide à digérer ses mouches,
certaine que demain elle mourrait à son tour
pour que vivent les mouches qui se prendraient au piège,
elle était si légère et si vaine. Souveraine.
 
Car ainsi va la vie tournant sur elle-même
se dévorant toujours prise à son propre piège
et poursuivant encore son étrange périple.
Souveraine, si cruelle et si belle. Si fragile.
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
une très belle fleur et manger les mouches ce n'est pas bien grave
Répondre
C
Une beauté baudelairienne !
Répondre
A
Une belle fin, tout de même pour les insectes, que de mourir mangés par une fleur, pour rester "légère", je dirais que notre fin, à nous humains, est moins poétique...
Répondre
M
Est-ce que nous n'apprenons pas davantage des risques, des dangers, des menaces, des échecs, que de la vie qui va comme un long fleuve tranquille? La vie nous permet de méditer sur la mort et
peut-être de mieux accepter son approche inéluctable.
Répondre
E
J'avoue que ces fleurs me répugnent un peu... L'idée qu'elles puissent dévorer un insecte... m'effraie ! Bonne journée Carole :-)
Répondre
M
Belle et cruelle comme la vie, une image parfaite!
Répondre
M
Vie et mort, intimement liés, toujours, partout. N'est-ce pas l'un des grands mystères de l'univers ?
Répondre
A
Comme une nasse légère et attirante où des insectes s'engouffrent. Comme la vie qui aspire les humains et, inéluctablement, les broie
Répondre
Z
Peut etre bien que nous faisons partie d'un dessein..ces temps ci ne je vois qu'un des aspects de la Vie..
Répondre
J
Plante carnivore, me suis pas encore laissée tenter par cette espèce pas comme les autres, telle une araignée qui a de la concurrence.... ,-) merci, jill
Répondre