Bonjour monsieur Michon

Publié le par Carole

Pierre-Michon.jpg
 
On m'avait dit qu'il habitait dans cette rue où je passe tous les jours. On me l'avait dit mais je ne le croyais pas. Car c'est un écrivain que j'admire. Comment un écrivain que j'admire pourrait-il emprunter le même trottoir que moi, comment pourrait-il s'affronter au même horizon barré d'immeubles sombres, et regarder passer dans le ciel vide les mêmes nuages gris ? Donc, je savais qu'il habitait là mais je n'y croyais pas.
Mais voilà, hier après-midi...
...je passais dans la rue comme chaque jour, lorsque j'ai vu le facteur se pencher vers un interphone. Il a appelé : "Monsieur Michon ?  J'ai déposé un paquet pour vous dans le hall... "
J'ai entendu une vois grésiller dans l'interphone. Je ne sais pas ce que monsieur Michon a répondu, mais il avait l'air embarrassé par le cadeau du facteur, qui a insisté : "Vaut peut-être mieux pas le laisser là..." A nouveau la voix a grésillé, à l'autre bout de l'interphone, venue de la pièce où se trouvait monsieur Michon. Le facteur a dû être rassuré cette fois, car il a repris son chemin, sur son grand vélo noir chargé de lettres et de paquets.
 
Pas de doute, l'écrivain que j'admire habite dans cette rue où je passe tous les jours, il reçoit des paquets qui l'encombrent, sa voix grésille dans l'interphone d'un hall d'immeuble, il est monsieur Michon pour son facteur et pour son boulanger. Banale est sa vie, banale est sa rue, banal est son nom. Son oeuvre seule n'est pas banale. Et c'est là justement la seule chose que l'on doive admirer : que dans le carton des jours ordinaires il ait su découper sa couronne et la repeindre à l'or. On dit que Verlaine, devenu vieux, avait ainsi acheté un pot de peinture dorée, dont il avait repeint pour se distraire son mobilier de pauvre.
Le roi vient quand il veut, il se promène sur les trottoirs crottés, récupère des cageots pour y poser ses livres, bavarde avec l'interphone qui rouspète et crachote, et reçoit pour Noël des paquets emballés de papier kraft. Peut-être même s'en va-t-il boire un coup, parfois, sur son vélo de facteur, au café des poètes. 
Bonjour monsieur Courbet. Bonjour monsieur Gauguin.... Bonjour monsieur Michon.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Il paraît que même le pape fait caca, alors... Tout est possible !
Répondre
C


Le roi aussi avait sa chaise... 



A
Tu serais passée quelques minutes plus tard, tu aurais pu le voir descendre pour récupérer son paquet...occasion unique de lui dire "bonjour monsieur Michon"...
Répondre
C


Ah ! J'allais travailler... 



P
Eh oui, les écrivains et les artistes peuvent être des gens ordinaires. Le strass n'est pas obligatoire.
Répondre
B
Ce livre est sur ma liste des très bons livres à lire! Je vais le faire plus tôt que prévu!
Répondre
C


Oui, fais-le !



A
Bonjour monsieur Van Gogh... Cet homme banal, dont les gens se méfiaient, est devenu un roi. Il possédait en lui la couronne d'or de monsieur Michon. Mais il n'avait pas d'interphone...
Répondre
C


Van Gogh aussi, c'est certain, est un de ces rois inconnus. Mais il n'avait intitulé ainsi aucun de ses tableaux (à ma connaissance), c'est seulement pour cela que je n'ai pas indiqué son nom
dans ma courte liste de "bonjours". 



F
Un homme ordinaire qui écrit des choses peu ordinaires et qui se prend pour le roi !!Le roi de la liberté d'expression!! Quelle richesse!! Une chose à te suggérer : lui envoyer un mot pour Noêl :
"Monsieur, comme cadeau, j'aimerai vous rencontrer, je vous admire tant!! Merci de me recevoir" Je suis certaine qu'il en sera honoré!! BISOUS FAN
Répondre
C


Tu as raison, mais vraiment je n'oserais pas.



E
J'espere que tu nous parleras de son oeuvre.

Bonjour, Madame Carole !
Répondre
C


En parler ? Mais il faut la lire. Tu dois pouvoir trouver cela à la bibliothèque de ta ville. Et même en livre de poche sur priceminister (ou ailleurs).



C
Une "vie minuscule" pour une oeuvre majuscule !
Répondre
R
J'apprécie beaucoup cette dernière phrase, si simple et si empreinte de culture à la fois ...

Elle m'a remis en mémoire cette très belle chanson de Barbara - évidemment, me direz-vous parce que vous me connaissez un peu - : "Gauguin - Lettre à Jacques Brel".


"Bonjour monsieur Gauguin
Faites-moi place
Je suis un voyageur lointain
J'arrive des brumes du Nord
Et je viens dormir au soleil
Faites-moi place"

(http://www.mcgee.de/paroles/gauguin.html)
Répondre
C


Merci pour la chanson qui est bien belle.



M
L'élégance des Rois...
Rester humble malgré le succès.
Magnifique !
Après une absence je suis heureuse de revenir sur tes pas dans les rues de Nantes que tu me fait découvrir.. Merci!
Répondre
C


Merci Jeanne et à bientôt !



A
Je ne connais pas cet auteur et je m'en vais noter ce nom dans mon carnet spécial recherche à la bibliothèque...
C'est vrai, on est toujours impressionné de croiser la route de gens connus, comme si l'éclat de leur célébrité déposait des paillettes sur notre quotidien...
Répondre
C


Tu peux sans doute trouver facilement ses "Vies minuscules". C'est même paru en poche.



J
Sourire, je découvre... dans ma rue c'est certain pas de Michon écrivain... merci Carole !
Répondre
C


Merci de ce sourire, Fabienne. Je pense à toi et à ta famille en ce jour qui avait commencé comme un autre mais s'est révélé si triste.