Bois flotté

Publié le par Carole

tronc-loire-1.jpg
 
 
Il descendait le fleuve comme un vieux canoé. Il traversait la ville en sauvage muet, ne luttant qu'avec l'eau, obstiné à durer. Arraché quelque part aux forêts frémissantes qui se trempent et se penchent, ou aux montagnes à glace que brise le printemps, il roulait dans le flot, droit devant, sans détour, sans retour. Ebranché, écorcé, dépouillé, démoussé, il partait seul et nu affronter l'océan. 
Je n'aurais pas su dire, tant il s'en allait vite, porté par le courant vers tous les infinis, s'il était à l'image de la vie ou à l'image de la mort.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
"Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé ni les amours reviennent..."
Une belle image du Temps aussi.
Répondre
.
Il venait d'où, il partait où .... c'est la route que prennent les pelerins pour trouver une paix intérieure et un hâvre de sérénité.
Belle soirée, bises Carole
Répondre
L
beau symbole dont chacun choisira le sens
Répondre
C
Quoi qu'il en soit, je lui souhaite un beau voyage!
Répondre
J
Au gré du courant il se laissait aller, mais maîtrisons-nous vraiment nos vies ? Je comprends ton questionnement. Amitiés. Joëlle
Répondre
F
un morceau de bois perdu il doit se sentir bien seul
Répondre
C


Tout seul dans le vaste océan : comme nous tous !



Z
je me demande si je vais le retrouver, sur l'une de mes plages..
Répondre
C


Cherche bien, tu devrais le retrouver en effet !



M
Il était donc vivant puisque flottant entre deux mondes, vivant mais inerte, impuissant comme lorsqu'on regarde passer sa vie sans la vivre!
Répondre
G
Image en harmonie avec ta photo ..calme
Répondre
J
Bonjour Carole, c'est un joli texte fluide et nonchalant pareil à ces eaux qui, comme les trains qui passent, charrient tant de nous.
Jonas
PS. Me permettez-vous de m'abonner ici ?
Répondre
C


Bien sûr Jonas, je serais très heureuse de vous compter parmi mes abonnés. Merci.



R
A l'image de la vie ... si on lui suppose une rencontre avec des mains d'artistes qui lui donneront âme.
Répondre
O
Je reprends la phrase
"S'il en rencontre d'autres, peut-être feront-ils un radeau..."

...et s'ils rencontrent ensuite un presq' naufragé.....ils feront un ....sauvé.......
Répondre
P
Bonjour Carole,
Très belle évocation de cette fuite en avant, l'horizon est ouvert, tous les espoirs sont permis !
Bonne journée
Anne
Répondre
C


Merci de ta visite Parisiane, cela me fait toujours plaisir.



J
S'il en rencontre d'autres, peut-être feront-ils un radeau... tu as l'oeil à tout... merci, JB
Répondre
M
Arraché à sa vie
A sa rive
Ce bois flotté
sans s'en douter
Voguait
vers
un sculpteur/poète
Renaître
Paraître
sous le doré
des projecteurs
Briller
Pour le plaisir
d'un collectionneur...
Répondre
L
Il s'en va découvrir le monde :)
Répondre
A
Une belle métaphore qui laisse rêveur...
Répondre
A
De la vie Carole!
Après un séjour dans l'océan, forgé et ennobli de sel et de vagues, sa nouvelle forme sera récupérée sur une plage, nettoyée et mise en valeur pour faire un bel objet plein de poésie.
Répondre
J
Tout est lié.
Il s'arrêtera en arrivant au port mais l'autre rive, celle d'où l'on ne revient pas,déjà, lui tend les bras...
Répondre