Beauté

Publié le par Carole

beaute.jpg
Festival  "Jardins des délices, jardins des délires", Chaumont-sur-Loire.
 
 
Présence inattendue dans l'ombre du chemin.
Ruban dénudé renoué du soulier de satin. 
Humble drapeau flottant au radeau des humains.
Mot qu'emporte le temps, promesse du jardin.
 
Aussi pâle que l'espérance, et entachée de doutes, dans un monde couleur de sang : qu'est-ce que la beauté, sinon, là-bas, feuille tremblante, cette infime missive accrochée par le vent aux branches de nos vies ?
 
Nous la cueillons parfois comme une baie des ronces. Elle écorche souvent, et sa saveur étrange quelquefois est bien âcre. Distraitement nous en crachons les graines, pour que demain les sème.
Ainsi, nous avançons, un peu plus loin, sur le sentier ombreux qui nous mène à la nuit.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Un poème où chaque mot est une touche de pinceau qui crée une image. Beauté de ces mots. Douce soirée, bises Carole
Répondre
C


Merci, Erato. C'était, chez moi aussi, l'inspiration du jardin...



G
C'est rare mais je n'y suis pas allé cette année..ils aiment le rouge !!!
Répondre
C


C'était la première fois que je venais, moi, cette année, et j'ai été enchantée. Quelle belle idée !



F
belle photo et beau texte
Répondre
C


Beau jardin, aussi, Fadaly : c'était à Chaumont, à la fin de l'été.



N
Beauté cachée, à laquelle, discrètement, tu nous invites.
Répondre
C


Elle est presque toujours cachée, je crois.



V
Encore une belle méditation sur ce petit détail qu'il fallait remarquer ! Comment cette branche rouge et rugueuse peut-elle appartenir à un arbuste nommé "Beauté" ? Bravo encore, Carole, ce poème
est lui aussi très réussi - et la réflexion qui l'accompagne pleine de vérité...
Répondre
C


Il y avait d'autres petits rubans sur l'arbre, et donc d'autres noms. Celui de "Beauté" m'a évidemment frappée - et étonnée, comme toi, à cause de ce fort contraste avec la branche rouge "sang".



M
La beauté, un cadeau à offrir et recevoir, à semer et cueillir, magnifique Carole!
Répondre
C


Ce cadeau, en l'occurrence, c'était un jardinier qui me l'avait fait. A Chaumont.



V
...beauté ...C'est encore le destin du poète que d'en chercher la trace, d' imaginer le devenir de la simple branche noueuse de l'hiver en printemps criant. Et tu as,en saisissant l'instant par
l'écriture et la photo, saisi toute la force du mot ...beauté....
Répondre
C


Je n'ai fait que partir de la création d'un autre artiste, le jardinier qui avait accroché le mot à son arbre rouge...



C
Qui disait que "la beauté est une éloquence muette" ? Comme l'est cette photo simplissime et votre texte d'une grande force dans son économie de mots.
Répondre
C


Merci, Catheau. Beauté simple aussi comme les arbres des jardins, puisque c'est dans un jardin que je l'avais cueillie.



J
Bonjour Carole... Toujours avec poésie, j'aime te lire !!
Répondre
C


Merci, Jill. Tu sais aussi accrocher la beauté à tes branches !



S
Si tôt ce matin, la flagrance de ton écriture jaillit autant que la beauté qu'elle traite avec tant de sagesse et de poésie. A bientôt. Suzâme
Répondre
C


Merci de lire "tôt le matin", un texte publié "tard dans la nuit". C'est bon de savoir que les mots ne dorment pas. A bientôt. J'ai bien du retard de nouveau, pardonne-moi de ne plus te donner
beaucoup de "textoésies".



Q
Le rythme de ton texte est comme une chanson à écouter, un poème.

J'aime ce moment que tu nous offres ainsi.

Beauté des mots et de l'image, merci pour ce moment.

Passe une douce journée.
Répondre
C


Un tout petit bout de ruban, découpé dans la beauté du festival des jardins, qui vient de s'achever à Chaumont.