Un tigre dans la ville

Publié le par Carole

tigre.jpg
 
Un tigre dans la ville bondissant vers le soir,
attaché par la queue, un tigre sans pouvoir.
Sage et tenu en laisse, un tigre dérisoire.
 
Mais s'il se libérait, si dans la nuit qui vient
il s'élançait soudain sans qu'on n'en sache rien,
semant la peur la haine comme on fauche un chemin ?

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérard 02/10/2014 11:23

à une période on en trouvé même dans les moteurs

Catheau 30/09/2014 19:27

Hélas,il n'y a pas que des tigres de papier et les fauves sont à l'affût.

Nalo 28/09/2014 20:36

Ce serait alors un vrai tigre !!

flipperine 28/09/2014 18:12

ce serait dangereux s'il se détachait

michèle 27/09/2014 10:34

Ce n'est sûrement pas une gargouille mais cela me fait peur façon gargouille.
Le poème est fort beau!

Carole 27/09/2014 23:55



Un côté gargouille en effet. Je n'y avais pas pensé. Mais le contrejour transforme ce "tigre" en réalité naïf et coloré.



Cristophe 26/09/2014 22:04

Peut-être inspirerait-il la peur sans volonté de faire peur.

Carole 28/09/2014 00:00



Un vrai tigre, oui. Mais il y a encore d'autres sortes de "tigres".



Nounedeb 26/09/2014 17:42

Je pense à Bagheera, répondant au signe des corniches, est-ce un petit Mowglie que l'on aperçoit? Nous sommes du même sang toi et moi... ** )

Aloysia 26/09/2014 16:31

Superbe !! Un beau poème, un poème fort ! J'aime beaucoup.

mansfield 26/09/2014 15:09

Grr, quelle imagination, ce tigre-là est presque vivant!

Anne-Marie 26/09/2014 12:50

Prenons garde! Souvent les tigres font juste semblant d'être attachés pour endormir notre vigilance....

almanito 26/09/2014 10:50

Une angoisse bien dans les temps qui courent...

Oups 26/09/2014 09:11

Tout change...jadis on les plaçait dans les moteurs il me semble...?

Carole 28/09/2014 00:00



Et maintenant ils sont dans la mâture...



Richard LEJEUNE 26/09/2014 07:15

Cela s'est déjà passé, en Belgique, voici plusieurs années, avec un lion qui s'était échappé d'un petit cirque de seconde zone.

Aucun dommage : il se laissa "capturer" par son dresseur avant d'avoir, éventuellement, blessé quelqu'un ...

"Plus de peur que de mal", titrèrent simplement les journaux locaux.

Et toutes les représentations prévues les jours qui suivirent firent chapiteau comble ...

jill bill 26/09/2014 01:19

Un tigre ou un ours, en ville, j'imagine la panique s'il était vrai...