Donjon ruiné

Publié le par Carole

château vendôme rêve
.
     Cette vieille carte postale, je l'ai trouvée hier, au vide-grenier des "cartophiles"... Une vue du château de Vendôme, sur un étal de Nantes... c'était tellement inattendu, cela remuait tant de choses oubliées...
     On lisait au verso ce message laconique et tragique : 
 
affaires mauvaises
 
     Sur la photographie la vieille ruine, perchée sur cette butte qu'à Vendôme on appelle "la Montagne", semblait grise et lugubre derrière son rideau d'arbres sombres – sombres comme la crise comme la guerre comme la haine comme l'angoisse de cette année 33. 
     Dans ce donjon herbeux à demi écroulé, j'ai vu, enfant, au temps où la visite était encore possible, d'affreuses oubliettes qui m'ont valu bien des nuits hantées. Je crois même, en y réfléchissant, que c'est là, précisément là, que j'ai découvert le mal. Devant ce trou profond et noir. Quand j'ai compris qu'on y jetait des hommes tout vivants.
     Affaires mauvaises. Bons baisers de l'été 33. Il avait dû le trouver sinistre, le vieux château là-haut, au jour mauvais des affaires mauvaises, celui qui avait écrit ces mots. Une larme semblait avoir roulé sur le carton taché d'humidité. Versée là-bas sans doute, rue Alfred de Musset à Nantes, où le facteur avait porté le message.
 
    Je l'aimais bien, pourtant, cette haute ruine échevelée de corneilles et de lierre, quand je grimpais l'été sur la Montagne, faisant rouler sous mes pieds d'écolière des cailloux de craie poussiéreuse. Elle était gaie alors, légère et bienveillante, crénelée de nuages très blancs, sous l'ombre bleue du ciel, aux vacances immenses.
 
    Ombres et lumières dorment ensemble tête-bêche au fond de nos mémoires, ces vieux donjons ruinés.
     Il y a là-dedans de longs souterrains noirs qu'il faudrait songer à murer. Et des pentes heureuses qu'on voudrait regravir en rêvant.
     J'ai acheté la carte postale. 
 

Publié dans Enfance

Commenter cet article

alorraine 11/12/2013 19:05

Cette carte postale résume pour toi un rayon d'enfant en vacances et la tristesse de ces donjons dont les oubliettes ont lugubrement hanté ton sommeil. Les "Mauvaises affaires" y ajoutent leur
poids incongru. Je comprends que tu aies acheté cette carte...
Lorraine

Carole 13/12/2013 10:47



Tu dis bien les choses. Le château évoque des souvenirs contrastés, et la carte plonge dans une angoisse où résonne celle d'une époque (les effets de la crise de 29, peut-être). J'ai vraiment
l''impression que c'est une larme qui a fait cette tache d'eau sur le carton (il faudrait une analyse ADN !!)



Catheau 11/12/2013 18:11

Une carte postale aux odeurs de peste brune...

Carole 13/12/2013 10:48



Ou plus précisément qui les annonce, pour un Français. Une carte écrite à l'encre d'angoisse en tout cas.



Nounedeb 11/12/2013 08:03

Souterrains noirs et pentes heureuses. Cette carte fait imaginer un drame. Le Rêve nous fera sourire?

Dalva 10/12/2013 22:27

Très beau texte. Merci.

Anne-Marie 10/12/2013 09:18

j'ai eu l'occasion, il y a peu, de tomber sur un"marché" où on vendait cartes postales anciennes et vieux albums photos. Je trouve ça si émouvant, quand le passé sort de sa poussière, quand les
êtres s'incarnent...Imaginer leurs vies, leurs joies, leurs peines, leurs idéaux, leurs colères, les sentir si proches de ce que nous sommes, me bouleverse! Est-ce pour cette raison que j'ai envie
( que nous avons envie) par le biais de l'écriture de laisSer une trace?

Richard LEJEUNE 10/12/2013 08:54

Il est toujours très émouvant de lire les mentions de ces vieilles cartes postales car elles nous permettent, sinon d'entrer un instant dans la vie d'un inconnu, à tout le moins, d'extrapoler en
donnant sens, image et contexte à ses propres mots ...

Carole 11/12/2013 00:12



En effet. Et j'ai acheté d'autres cartes particulièrement émouvantes - en particulier "Le Rêve", dont on voit apparaître un coin sur ma photo. Qui sait si je ne les ressortirai pas bientôt ?



Joëlle Colomar 10/12/2013 08:48

Retrouver des souvenirs d'enfance en vrai, voilà qui est fait pour émouvoir mais aussi pour dresser comme une échelle de nos découvertes du monde adulte pas toujours réjouissant. Amitiés. Joëlle

almanitoo 10/12/2013 06:33

Que l'on y songe, oui, à les murer ces souterrains de haine et de violence. Tant de choses aujourd'hui nous rappellent ces sinistres années 30...