A moi

Publié le par Carole

a-moi-na.jpg
 
C'était une petite maison du bord de mer. Une mince bicoque délabrée coincée entre deux épaisses villas de moellons. Au lieu de l'appeler "Pluie de roses", "Doux ressac", "Mouette rieuse", "Manoir des grèves" ou "Sam'suffit", on l'avait nommée "A moi Na"...
Il en avait eu du mal, sans doute, l'heureux propriétaire, à se la bâtir, à se la payer, sa cabane du bord des flots... tellement de peine, Na... qu'il pouvait bien en rire à la fin. Mais aujourd'hui... eh bien... sans doute il était mort, ou alors il était vieux, et incapable de l'entretenir, aussi petite soit-elle. Comme une autre elle était à vendre, la villa "A moi Na..." Pour une bouchée d'algues, une liasse de méduses... au plus offrant - un promoteur peut-être ?
Je me suis souvenue d'une vieille tante qui avait eu du bien mais dont tous les biens tenaient après décès dans une petite valise. Cette petite valise était elle-même évidemment destinée à être jetée par d'autres héritiers, et, en attendant, se couvrait peu à peu de poussière, objet perdu que ne réclamerait plus jamais sa propriétaire.
Qu'est-ce qu'on a donc à soi, vraiment à soi, sur cette terre ? 
Rien du tout, Na ! même pas le coin de boue au cimetière qu'on ne concède qu'en location.
Et c'est sans doute pourquoi nous voulons tous absolument être propriétaires
 

 

Publié dans Fables

Commenter cet article

cathycat 31/07/2014 23:52

La photo est géniale ! et ton analyse aussi même si pour ma part, n'étant pas propriétaire, je me dis souvent : tant que je n'ai rien, tout m'appartient... et je suis très détendue à l'idée de
partir "légère"... L'instinct de propriété est je crois une illusion mais je crois que les retraités propriétaires s'en sortent tout de même mieux que les autres, alors je verrai bien dans quelques
années comment cela se passera...

Gérard 16/07/2014 21:14

bientôt à eux ...na !

Loqman 16/07/2014 17:17

Bien vu et ce moment d'interrogation est le bienvenu.

eva 16/07/2014 16:14

"la façade de la maison appartient à celui qui la contemple"... La façade de "à moi na" t'a donc appartenu le temps d'une photo, et tu nous en as fait profité ainsi que ces quelques sages
réflexions...

La magie mysérie 16/07/2014 15:14

"Le propriétaire a une maison, le locataire en a mille" dit un proverbe persan.

Bonheur du Jour 16/07/2014 06:58

C'est pour cela qu'il est bien préférable de ne rien avoir....

zadddie 15/07/2014 23:13

Avec un tel esprit, l'intérieur devait être succulent..je l'aime bien cette personne qui a fait poser ce "à moi, na!"

Carole 16/07/2014 00:23



Ah, moi aussi. D'ailleurs j'étais en voiture quand je l'ai aperçu, et je me suis arrêtée exprès tellement il me plaisait, ce "A moi Na".



M'amzelle Jeanne 15/07/2014 20:16

Tout n'est qu'illusions..
Nous venons au monde nu et repartons avec rien.
Les biens que nous laissons sont sujets à provoquer des jalousies entre ceux qui héritent.!
Pourtant hériter de la petite maison au bord de la plage qui appartenait à vos grands parents.. quelle fierté !

Carole 16/07/2014 00:30



Oui, mais celle-là est bel et bien à vendre. 



hamza 15/07/2014 17:28

Mais NA a complètement raison de posséder un chez soi durant sa vie. Dans ma langue on dit que posséder une maison c'est s'assurer la tombe de la vie. Cependant, ce qui me fait frissonner c'est la
vieillesse. Oui cette vieillesse que d'après nos anciens est un naufrage.

Carole 15/07/2014 18:06



J'aime bien cette expression lucide "tombe de la vie". Mais chez nous les tombes sont peu durables... Merci, Hamza.



Lorraine 15/07/2014 11:59

Une belle réflexion sur l'élan de vie qui pousse à avoir "son" chez-soi, et le déclin inéluctable contenu dans une valise....et encore!
Lorraine

JC 15/07/2014 09:47

Tout nous est prêté le temps d'une vie, même nos enfants ne sont pas à nous . Tout appartient à la vie.Voilà une réalité qui m'a toujours habitée. Amitiés. Joëlle

Anne-Marie 15/07/2014 07:42

Le monde étant ce qu'il est, faut-il blâmer les propriétaires d'une petite maison, d'un bout de jardin acquis aux prix de bien des sacrifices? Posséder une maison pour ne plus se faire "arnaquer"
par des propriétaires peu scrupuleux, pour être libre chez soi, pour transmettre ce bien à ses enfants qui en profiteront, peut-être pour se faire une vie meilleure...
Enlever les clôtures, partager le bien commun et la terre, verrons-nous ça un jour? L'a-t-on déjà vu , d'ailleurs, en Europe en tout cas...

Carole 15/07/2014 11:17



Pas de blâme, juste un sourire.


D'ailleurs relativisons, en bord de mer il n'y a presque que des résidences secondaires.


Et je ne me désolidarise pas du propriétaire naïf, j'ai bien écrit "nous voulons..."



Cristophe 15/07/2014 07:13

La propriété c'est le vol... de notre âme.

Carole 16/07/2014 00:23



Excellent ! Mais difficile pour nous de vivre en tête à tête avec notre âme.



almanito 15/07/2014 06:50

La plus grosse tare de l'humanité est bien là: dans ce désir incompréhensible de posséder "un bien pour être à l'abri".
Mais à l'abri de quoi?

Carole 15/07/2014 11:21



Une tare dans les (rares) cas "pathologiques" de ceux qui accumulent sans fin les richesses (nos fameux milliardaires en croissance). Pour les autres, l'expression d'une fragilité. Se mettre à
l'abri... du destin, je crois. 



jc legros 15/07/2014 06:19

J'adore!Ca prouve le sens de la dérision, du second degré qui m'enchante beaucoup plus que ces notes posées sur une portée (le tout en fer forgé): do mi si la do ré ou autre Islacoul XII.
Cependant, il peut y avoir un hic: si vous avez pris cette photo sur les bords de Loire, là où les maisons sont si chères, cette nomination pourrait sembler orgueilleuse. Le propriétaire doit être
plus drôle, cependant, que ce client qui, devant son immense propriété des hauteurs "chic" de Liège, a fait construire une sculpture en cuivre (6 m de haut, 20 de long, 0,5 de large)représentant
les trois lettres suivantes: YES (Y pour Yen; E pour Euro et S pour Dollar). Moins marrant!

Carole 16/07/2014 00:34



Tiens, je ne connaissais pas "Islacoul XII". Quant au Yes en monnaies du monde, c'est une provocation qui en dit long. Personne ne lui répond "Niet" ? 



jill bill 15/07/2014 04:00

Rien ne nous appartient à vie et pourtant nous accumulons pour laisser aux héritiers, voire à l'Etat quand rien, personne quoi... Ce proprio a de l'humour... je me demande l'épitaphe de sa
tombe.... ;-)

Carole 16/07/2014 00:35



Oui, j'aimerais bien aussi la lire. Mais j'étais seulement de passage.