A la terrasse

Publié le par Carole

a-la-terrasse---Trentemoult.jpg
 
Je photographiais, hésitant, recommençant, avec l'impression de toujours me tromper, cherchant le cadrage le plus approprié, l'exposition la plus juste, la perspective la plus nette ou au contraire la plus troublante, à moins que ce ne soit la plus naturelle... Je photographiais, donc, à Trentemoult où les hasards d'un après-midi de beau temps m'avait conduite, cette fenêtre "à la terrasse"...
...quand derrière moi, j'ai entendu quelqu'un s'exclamer : 
— Ça alors, c'est incroyable ! Derrière la fenêtre... là, vous avez vu ? J'ai toujours cru que c'était un dessin ! Et je viens de me rendre compte que c'est une sculpture !... C'est incroyable... j'ai toujours cru que c'était un dessin, pendant des années... dire que je viens juste de comprendre !...
En effet le soleil d'après-midi accentuait les ombres et ne pouvait laisser aucun doute : la femme à la fenêtre était bien un personnage en trois dimensions, probablement sculpté dans le bois.
Le vieil homme qui m'avait interpellée continuait à manifester sa surprise : "...C'est incroyable... pendant des années... " Puis, brusquement gêné, il est parti, aussi rapidement qu'il était apparu dans mon dos : "Excusez-moi de vous avoir dérangée..."
Dérangée ? Oui, d'une certaine façon il m'avait dérangée, m'obligeant à quitter mes calculs maladroits et stériles sur le cadrage, la lumière et la perspective, pour une toute autre réflexion, sur la photographie elle-même.
Il arrive souvent que les gens m'interpellent, quand je photographie leur cadre quotidien, alors que pour ma part je ne songe jamais à leur parler. Une indiscrétion qui répond à la mienne, évidemment - car il n'y a rien de plus inquisiteur qu'une photographie. Mais la surprise du vieil homme avait naïvement mis l'accent sur autre chose, quelque chose de bien plus important : la façon dont notre regard hésite, se dirige et s'égare, créant et recréant le monde à la faveur d'infimes cheminements. Ainsi, mon interlocuteur avait brusquement vu là-haut la sculpture, au lieu du dessin, parce que ma présence "regardante" l'avait amené à la regarder autrement, suivant comme une piste un regard étranger. Mon appareil hésitant, braqué sans certitudes sur la fenêtre familière, avait guidé ses propres hésitations. Et il avait commencé à "voir" ce que jusqu'alors il n'avait jamais vu : les ombres, les arêtes et les arrondis d'un corps en volume.... Un jour, peut-être, un autre photographe, un autre rayon de soleil, un grain de joie ou un orage de douleur, l'amèneront à voir encore là-haut, comme sur une île sans fin cartographiée, d'autres motifs, d'autres images d'un réel incertain. Car regarder, c'est une aventure toujours recommencée, une exploration difficile, une indécise navigation  dans le monde flottant des apparences, qui est notre seule vérité.
Finalement, j'ai fait en quittant Trentemoult cette photo toute simple, essayant simplement de noter ce que j'avais vu - ou cru voir, "à la terrasse" où s'était un moment reposé mon regard, à l'auberge du temps qui passe.
 
Ce qui m'intéresse vraiment dans l'art difficile de la photographie, dont sans doute je ne maîtriserai jamais les arcanes, ce ne sont pas les règles, ce n'est pas d'atteindre on ne sait quelle perfection, non, même si rien de cela ne m'est indifférent. Ce qui m'intéresse vraiment, ce qui me fascine, c'est cette impression de poursuivre, très lentement, maladroitement, un long voyage d'exploration, avec mon modeste "appareil" pour seule boussole et pour seul gouvernail – d'appareiller pour le monde le plus proche, comme je partirais pour le lointain.
 
 

Publié dans Nantes

Commenter cet article

MARIE 27/04/2014 20:26

Lorsqu'un de ces "photographes" d'aujourd'hui se met à me parler technique, j'ai l'impression de me trouver face à un étranger dont je ne comprendrais pas la langue... la photo, c'est avant tout
quelque chose que l'on ressent, pas l'application d'une technique apprise... où d'ailleurs ?...

dominiqueb 26/04/2014 13:32

Bonjour,
Ce que vous dites tout à la fin de votre texte, à propos de la photographie me plait beaucoup, beaucoup. Les règles techniques, c'est bien de les connaitre, mais il faut les oublier souvent. Pour
vous, votre "humanité", votre talent pour voir et raconter me fait penser que vous aurez du talent pour voir et donner à voir.

Nalo 25/04/2014 02:39

Voilà un beau constat sur l'art de la photographie !!
Un angle, un cadrage, une exposition et tout constamment se métamorphose délivrant cent regards 100(sans) regards négatifs.
Bravo Carole.

almanito 24/04/2014 20:32

Je crois bien que ta démarche est strictement la même avec l'écriture...

(je n'ai pas reçu la notification de ton billet aujourd'hui, je suis venue à tout hasard....)

Hamza 24/04/2014 12:58

Bonjour Carole. C'est un plaisir de te lire et je ne te cache pas que j'apprends des choses chaque fois que je pénètre dans ton blog. Après la lecture, voila que je ss astreint à m'intéresser
également à la photo qui fige le sujet et le fait parler. La photo est un réel témoignage d'une situation donnée. Continue je ne manquerais de visiter ton blog.Bravo

Carole 24/04/2014 22:50



Merci pour cet intérêt, c'est encourageant pour moi. A bientôt donc, ce sera avec plaisir !



michèle 24/04/2014 10:47

Voir ce que les autres ne voient pas ou même ce qu'ils voient. Qu'importe au fond pourvu qu'on ait le plaisir.

Toi, Carole, tu as celui de montrer avec les mots et les images.

Richard LEJEUNE 24/04/2014 09:16

D'Aristote à Merleau-Ponty, en passant par les Méditations métaphysiques de Descartes ("Je suppose donc que toutes les choses que je vois sont fausses"), vous vous inscrivez brillamment, Carole,
dans la lignée de tous les littérateurs, de tous les philosophes qui ont réfléchi sur le Visible et l'Invisible.

Brillant.

louv' 24/04/2014 06:59

C'est ainsi que je conçois la photographie, "voir" ce que tout le monde ne voit pas, prolonger l'observation, figer un instant. Et tout cela sans chercher la perfection absolue. Chacune de tes
photos nous mène très loin, Carole et tes mots sonnent toujours très juste. Bravo.

jill bill 24/04/2014 01:53

Tu manies très bien et apn et les mots, clin d'oeil de jill

flipperine 24/04/2014 00:23

chacun interprète différemment une photo, un tableau et prendra une photo toute autre que son ami sur le même sujet