Après

Publié le par Carole

Après
C'était étrange de les voir démontés et défaits, dans la boutique à louer, les mannequins footballeurs qui avaient si longtemps fait la haie.
 
C'était si curieux, aussi, ce soir, de voir chacun se passionner pour "son" équipe, d'entendre qu'on disait "nous" qu'on disait "on", et qu'on disait "la France" et qu'on disait "la Croatie", comme si vraiment onze artistes du ballon pouvaient, modernes Horaces ou modernes Curiaces, être à eux seuls leur peuple.
C'était si troublant, ensuite, de voir tant de gens secouer des drapeaux comme au temps des grandes guerres. Et plus troublant encore, à la  télé, de voir un coq géant s'afficher sur le vieil arc des triomphes napoléoniens...
 
C'était un peu la guerre, au fond. Et justement, non : ce n'était pas, ce n'était plus la Guerre. 
C'était le bonheur d'être ensemble, de se passionner pour le même spectacle, de crier les mêmes mots, de retrouver enfin, riche ou pauvre, la vieille égalité des conscrits et des "bleus". Sans les canons et sans les morts.
Alors, comment ne pas s'en réjouir ?
 
Tout de même. Je me demande s'ils ne vont pas, d'un coup, se sentir un peu seuls, demain, ceux qui étaient si heureux tous ensemble devant leurs écrans géants. Ceux qui faisaient la fête et qui nous klaxonnaient leur joie.
Quand tout sera vraiment fini.
Qu'on rangera dans le carton aux souvenirs les cris de victoire et les trompes des klaxons.
Dans l'ombre et la poussière de leur décor défait, comme au fond des vitrines qu'on démonte,
un peu seuls un peu tristes. 
 
 
15 juillet 2018, au soir de la finale de la Coupe du Monde de football
 

Publié dans Fables, Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mansfield 22/07/2018 23:11

Un beau parallèle et une réflexion très juste. Le reflet d'un peuple, de son unité, de ses joies... et de ses malaises.

Nounedeb 22/07/2018 17:15

Et, comme je l'ai lu, "on" a gagné", mais "ils" auraient perdu?

Loïc Roussain 19/07/2018 09:23

Je partage tout à fait tes impressions, Carole.
Je dois dire que cette année pour la première fois, j'ai suivi le Championnat à la télé !

Catheau 18/07/2018 14:34

«On a gagné !», assis dans un fauteuil en sirotant une bière ! Est-ce si enthousiasmant ?

Francis 16/07/2018 16:57

Pas d'inquiétude pour les mannequins, juste le temps d'enfiler un nouveau maillot ; le même, mais avec deux étoiles ! Et puis..., le Tour repart demain...

Carole 16/07/2018 23:23

eh oui ! ainsi tourne la roue (du Tour).

almanito 16/07/2018 10:51

Dès le lendemain quand chacun est retourné à la routine de la vie, ce triste constat: non ils ne sont pas des héros et ils sont toujours aussi seuls...

Quichottine 16/07/2018 10:43

Un peu seuls, oui, je crois... mais pourtant, pourquoi ne pas rêver à un monde où la moindre joie serait partagée ?
J'aimerais bien...

Martine 16/07/2018 05:56

Un moment de joie partagée...qui va rester au fond d'un tiroir avec les vieilles lettres parfumées comme autrefois. Peut-être avec le secret espoir de le revivre dans pas trop longtemps avec un autre sport?