Faire la circulation

Publié le par Carole

Ce matin, au carrefour, devant l'hôpital psychiatrique, un homme vêtu de blanc fait la circulation.
Il agite ses bras comme la rose des vents, dans son sifflet d'enfant il souffle comme un dieu des ordres nuageux.
Les voitures le frôlent, un souffle d'au-delà dépeigne ses cheveux.
Ses bras tournent en rond, en ailes de moulins.
Il est aussi grand, aussi maigre que Lui.
 
Le monde est fou, et il est fou.
 
Mais les voitures galopent où il ne voudrait pas. Le chaos tient la corde et le chaos l'emporte, et le chaos hennit de fureur et de joie.
 
Accablé brusquement, l'homme renonce et se fige. Ses manches restent en croix un instant suspendues - deux voiles blanches qui n'ont plus d'horizon. Puis se replient vaincues, en pattes d'araignées. 
 
De quel royaume est-il le fou toujours fait mat,
celui qui veut que le monde ait un sens ?
 
 

Publié dans Nantes, Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Jubilation à jouer avec les mots. j'aime
Vouloir que le monde ait un sens? C’est à devenir fou!
Répondre
M
Encore un être aux ailes de géant qui l'empêchent de.....
Répondre
C
J'adore ton texte, si beau, poignant, très visuel (et même on sent le souffle d'au-delà dans les cheveux) et poétique.
Répondre
C
Vol au-dessus d'un nid de voitures ! Cet homme me fait penser à celui que je vis un jour, vêtu de sa blouse verte d'hôpital flottant au vent, et qui sautait les barrières du jardin voisin de celui de mes parents. Une course folle en pleine nature après les murs froids de l'hôpital...
Répondre
N
Ce fou fait mat, qui s'agite comme un mât Fenoux, comme on aurait aimé que les voitures avec lui entrent dans la danse et jouent le jeu, son jeu. Le monde en irait-il plus mal?
Répondre
C
J'aime beaucoup cette idée du mât Fénoux. Merci Nounedeb !
J
Nous sommes tous fous et rois en notre royaume.
Répondre
Q
Je ne sais pas, mais je le trouve très émouvant.
Est-il fou ou le sommes-nous ?
Merci pour ce partage, Carole.
Passe une douce journée.
Répondre
E
Je vois la folie qui nous gagne tous.
Répondre
A
Un ange venu du ciel...
Est ce lui le fou, qui veut que le monde ait un sens ou bien nous qui poursuivons notre route, indifférents à l'absurdité du monde?
Répondre