Usu, vetera, nova

Publié le par Carole

Blois, rue Pierre de Blois

Blois, rue Pierre de Blois

C'est, à Blois, une maison qui philosophe, comme philosophaient les maisons riches et les cathédrales, au temps où les murs étaient des livres de pierre et de bois, pour l'instruction des passants.
C'est une maison vieille, dont l'enseigne regrattée nous parle justement de la façon dont le vieux se fait neuf, dont le neuf se fait vieux, dont toutes choses s'usent et dont toutes choses renaissent, puis s'effacent pour renaître et s'user de nouveau, et de nouveau renaître.
USU, dit-elle, USU, VETERA' NOVA
 
Ce qui peut se comprendre ainsi :
 "par l'usage la vieille maison est devenue neuve"
ou
"si l'on s'en sert les vieilles choses se font neuves"
 
mais, aussi bien, pourrait s'inverser en :
"par l'usage la maison neuve est devenue vieille"
à moins que ce ne soit
"si l'on s'en sert les choses neuves se font vieilles"
 
ou même se déchiffrer :
"à force de servir, le nouveau devient vieux"
 
ou encore, pourquoi pas - mais est-ce vraiment si différent ? - :
"à l'expérience, le vieux peut se révéler neuf"
 
Comment savoir au juste ? C'est tout le charme du latin, de nous laisser à deviner, et de nous inviter à débrouiller sans fin l'écheveau laconique des mots qu'il mêle et resserre en énigmes.
 
Mais qu'importe le sens, si la question nous conduit ?
 
 
Sur le fronton malicieux de la vieille maison redevenue neuve qui déjà se recouvre de mousse,
VETERA et NOVA se font face comme les deux plateaux de la balance dont USU est le poids.
 
Entre hier et demain, entre avenir et décrépitude, entre mémoire et oubli, entre pierre qui mousse et paroles qui roulent,
 
nous ne valons que notre poids léger de présent. 
 
 

Publié dans Fables, Blois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aredius44 28/01/2019 22:29

Que j'aime ! merci,
Je venais d'écrire ce billet
https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2019/01/19/post-coitum-animal-tristum-si-vis-pacem-para-bellum-asinus-asinum-fricat-les-locutions-latines-de-ma-jeunesse/

La Baladine 10/04/2018 21:02

"notre vie est dans ces choses qui nous ont regardées vivre, et les murs d'une maison quand vous partez
sont des amis qui meurent... meurent..." (chanson de Michel Legrand)

La Baladine 10/04/2018 21:03

regardé.... évidemment pfff :-)

Catheau 10/04/2018 15:29

Joli cours de philosophie du quotidien des jours !

mansfield 06/04/2018 17:56

C est dans les vieux pots qu'on.... fait les meilleures confitures disait ma grand mère!

Nounedeb 05/04/2018 17:06

Certaines langues, complexes, permettent une grande précision. D'autres paraissent plus sobres mais offrent, comme tu le montres, une variété d'interprétations qui nourrit l'imaginaire. Les unes et les autres sont essentielles dans leurs diversités, tout comme les peuples qui les parlent.
Regret de ne pas être polyglotte...

JPT 04/04/2018 14:59

Quoiqu'il en soit acta est fabula

Quichottine 04/04/2018 10:19

Je bisserais bien le commentaire d'Arielle... entre autres. :)
J'aime ta réflexion et tout ce qu'elle inspire.
Merci pour tout.
Passe une douce journée Carole.

Oups 04/04/2018 09:25

mmm....un petit café du matin,..une petite photo commentée de Carole....ma tête endormie a reçu ...et énergie ..et matière à réflexion.... la journée peut démarrer !.....

Carole 04/04/2018 18:19

Voilà un petit message qui fait plaisir. Merci Oups !

Arielle 04/04/2018 09:03

A l'inverse de la pile Wonder (qui ne s'use que si l'on s'en sert) nos coeurs et nos maisons rajeunissent quand on les habite ;-)

Loïc Roussain 04/04/2018 08:36

"Vos beaux yeux, princesse, me font rougir d'amour ..."

almanito 04/04/2018 07:35

Oui mais je voudrais croire que sous la surface vieillie de la maison, le coeur de la pierre reste toujours jeune, neuf...