Retard

Publié le par Carole

Le tram s'est arrêté devant la gare.
 
-Hier, dit le garçon qui se tient debout près de moi, j'étais en retard.
-Oui, dit l'autre garçon qui se tient debout près de moi.
-Il y a eu un suicide sur la ligne.
-Je sais, j'étais aussi dans le train.
-On a attendu... c'était... la galère que c'était... 
-Oui, la galère...
-Cette galère...
Le tram s'est déjà éloigné, bientôt il sera à l'arrêt suivant, déjà il est à l'arrêt suivant Mais tous les deux, ils ont les yeux rivés vers la gare qu'on n'aperçoit plus qu'à peine, et ils n'arrivent pas à clore leur récit maladroit.
-Il s'est...
-Cette galère que c'était...
-Un truc de fou...
-On est tous descendus du train.
-C'était...
-Oui, c'était...
-Une galère...
-Jamais vu ça...
-C'était...
 
Ils ne se parlent pas vraiment. Ils ne savent pas s'en parler. Mais ils n'arrivent pas à se taire. Et de leurs jeunes mains, comme ils l'empoignent, tous les deux, cette barre métallique à laquelle ils se sont accrochés.
Comme s'ils pouvaient encore la rattraper par leurs mots qui trébuchent, comme s'ils pouvaient encore la retenir par leurs mains qui se serrent, cette ombre emportée tout là-bas.
Comme s'il était impossible, vraiment impossible de le laisser partir comme ça, dans ce silence des hommes qui cloue le cercueil de l'oubli, le pauvre mort qui a croisé leur chemin, et qui était peut-être, ils sont si jeunes, le tout premier qu'ils rencontraient.
 
 

 

 

Publié dans Fables, Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Les "incidents sur la ligne" qui interrompent bien trop souvent le traffic ferroviaire laissent toujours les voyageurs abasourdis, comme hébétés, consternés non d'arriver une fois de plus en retard mais d'avoir frôlé de si près l'ultime instant de cet.te inconnu.e, de s'en sentir vaguement responsables puisque c'est LEUR train qui a définitivement sectionné le fil de cette vie désespérée (désespérante ?), malheureux de leur impuissance. Tes mots disent tout cela. Si bien.
Répondre
C
Stupéfaction, sidération, cette mort qu vient à la rencontre de leur jeunesse !
Répondre
J
Touchant. Vrai.
Répondre
Q
Un apprentissage pas facile... mais un très beau texte.
Merci, Carole.
Passe une douce journée.
Répondre
L
C'est dur et c'est beau, cette irruption de l'insoutenable réalité dans deux jeunes vies jusqu'ici épargnées, et le récit que tu en fais.
Ton œil croise celui de l'anthropologue et de l'écrivain.
Répondre
M
Dire qu'on entend souvent, accident voyageur, pour ne pas dire suicide, quand on prend le train et le métro, la faute à ... nos vies?
Répondre
L
"Un accident de personne", dit-on pudiquement à la SNCF ... avec l'ambiguité qui nous ferait traduire "personne n'a eu d'accident". Mais la SNCF, comme les journaux, ne parlent pas des trains qui sont arrivés à l'heure.
mais les expressions "c'est une galère" et " pris en otages" sont tellement déviées de leur vrai sens ...
Répondre
A
Elle est pourtant partout, dans les journaux, en direct à la télé, dans les jeux vidéos, mais elle nous heurte quand nous la croisons dans la banalité de nos vies, la mort "en vrai" pour ces jeunes est un dur apprentissage.
Répondre