Lorraine

Publié le par Carole

Juste un mot ce matin : Lorraine nous a quittés hier. 
Dans le vacarme de ce monde, c'était une voix claire et délicate. Dans la folie de ce monde, c'était une voix calme et sereine. Dans la violence de ce monde, c'était une voix douce et tendre.
Une voix.
Une voix comme il y en a si peu.
Une voix comme une âme.
 
Il nous reste son cahier.
Où veille encore sa voix.
Son âme.
 
 

Derrière la grille c’était désert

Mais j’ai l’esprit qui vagabonde

A défaut d’avoir l’univers

Je me suis inventé un monde

 

LORRAINE

 

 

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dalva 27/02/2018 11:27

Je n'avais jamais eu l'occasion de voir le blog de Lorraine mais j'ai appris son décès dans un autre blog, celui de Quichottine je crois. Et je suis allée chez Lorraine. Ses mots sont formidables.

Alain 03/02/2018 12:55

C’est un perte pour sa famille, ses amis, et pour la poésie française.
Heureusement, il me semble qu’elle avait parlé d’un futur recueil de ses poèmes qui nous permettra, un jour, de retrouver les mots de cette femme et écrivain de très grande qualité.

Quichottine 03/02/2018 11:06

J'aime énormément son monde... inventé ou pas.
Lorraine va énormément nous manquer, mais ses écrits restent, et c'est important.
Pensées pour sa famille.
Notre amie a rejoint celui qu'elle aimait tant...
Merci pour ton magnifique hommage. Je t'embrasse fort.

almanito 03/02/2018 09:43

Je regrette de l'avoir connue si tard mais je continuerai à flâner dans son élégant jardin si délicatement fleuri.

Martine 03/02/2018 05:31

Je ne connaissais pas Lorraine. En suivant ton lien Carole, j'ai découvert son beau visage et ce poème si paisible et lumineux. Quelqu'un de rare et de tendre qui est parti vers la lumière . Mes sincères condoléances à toi Carole qui l'aimais beaucoup, à sa famille et ses amis.

Hélène*** 03/02/2018 02:57

J'appréhendais cette triste nouvelle depuis un certain temps. Voici que notre grande dame nous fait sa plus majestueuse révérence. Quelle belle âme! doivent se dire les oiseaux qui la regardent passer.

mbj 03/02/2018 02:24

Quelle infinie tristesse... elle nous inventait un monde de douceur et d'humanité pour nous apporter sérénité et apaisement. Elle nous manquait mais nous nous bercions de l'illusion qu'elle reviendrait avec ses mots si chaleureux et tendres. Quel chagrin pour ses proches... je les assure de ma plus cordiale sympathie.